Oman : Nécessité d’un état palestinien comme Israël après la 2e Guerre mondiale
Rechercher

Oman : Nécessité d’un état palestinien comme Israël après la 2e Guerre mondiale

Yussef bin Alawi, en visite de trois jours, est le premier diplomate de son pays à se rendre en Cisjordanie

Le ministre des Affaires étrangères omanais Yussef bin Alawi arrive pour assister à la 136ème réunion ordinaire du Conseil de coopération du Golfe (CCG), le 15 septembre 2015, dans la capitale saoudienne Riyad. (AFP Photo/Fayez Nureldine)
Le ministre des Affaires étrangères omanais Yussef bin Alawi arrive pour assister à la 136ème réunion ordinaire du Conseil de coopération du Golfe (CCG), le 15 septembre 2015, dans la capitale saoudienne Riyad. (AFP Photo/Fayez Nureldine)

Mercredi, lors d’une rare visite à l’Autorité palestinienne, le ministre des Affaires étrangères omanais Yussef bin Alawi a comparé la nécessité actuelle de créer un état palestinien indépendant à l’urgence ressentie dans le monde entier pour établir l’État d’Israël après les deux guerres mondiales du 20e siècle.

« Aujourd’hui, la création d’un état palestinien est devenue une nécessité stratégique pour le monde entier », a-t-il déclaré lors d’une visite dans la ville de Jericho, au sud de la Cisjordanie.

Alawi est arrivé en Cisjordanie mardi pour une visite de trois jours à l’Autorité palestinienne – un séjour extraordinairement long d’un ministre arabe des Affaires étrangères. C’était également la première visite d’un ministre des Affaires étrangères omanais dans les Territoires palestiniens, a rapporté le site d’information du Golfe AlKhaleej Online.

Il doit rencontrer le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, jeudi.

L’agence de presse officielle d’Oman a publié une image sur son compte Twitter de la rencontre d’Alawi avec le haut responsable palestinien Jibril Rajoub.

Abbas et Alawi devraient discuter des moyens de « contrer » la décision du président américain Donald Trump en décembre de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël, selon le rapport.

Les Palestiniens et le monde arabe au sens large se sont fortement opposés à cette initiative des Etats-Unis. Les Palestiniens ont déclaré que la décision de Trump à Jérusalem disqualifie Washington de son rôle historique en tant que seul médiateur dans le processus de paix.

Les Palestiniens veulent que Jérusalem-Est soit la capitale d’un futur état palestinien.

Dans son allocution de mercredi, M. Alawi a appelé « tout le monde à soutenir le président palestinien dans l’intérêt de la paix pour la Palestine et de la région, et de l’établissement d’un état palestinien avec Jérusalem-Est comme capitale ».

En janvier 1996, Israël et Oman ont signé un accord sur l’ouverture réciproque de bureaux de représentation commerciale. L’accord a été suspendu lors du déclenchement de la Deuxième Intifada en 2000.

Raphael Ahren a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...