Omar Razzaz : Oui à un Etat binational israélo-palestinien
Rechercher

Omar Razzaz : Oui à un Etat binational israélo-palestinien

Mais un tel Etat devrait garantir des droits démocratiques égaux à tous ses citoyens, souligne le Premier ministre jordanien

Le Premier ministre jordanien Omar Razzaz s'exprime lors de la Conférence sur la croissance et les opportunités en Jordanie, à Londres, le 28 février 2019. (Toby Melville/PA via AP)
Le Premier ministre jordanien Omar Razzaz s'exprime lors de la Conférence sur la croissance et les opportunités en Jordanie, à Londres, le 28 février 2019. (Toby Melville/PA via AP)

Le Premier ministre jordanien Omar Razzaz a déclaré que son pays pourrait éventuellement soutenir un seul État israélo-palestinien, s’il offrait des droits égaux à tous les citoyens.

S’adressant au journal britannique The Guardian dans une interview publiée mardi, M. Razzaz a déclaré qu’un État binational pourrait, dans ces circonstances, être une alternative à la solution à deux États qui constitue actuellement la base des attentes internationales pour mettre fin au conflit israélo-palestinien.

Le format proposé d’un seul État survient alors qu’Israël prévoit d’étendre sa souveraineté à des zones de Cisjordanie, comme le permet la proposition de paix du président américain Donald Trump, qui envisage la domination palestinienne et, à terme, un État sur le territoire restant. Les critiques affirment que les intentions israéliennes d’annexer unilatéralement les implantations en Cisjordanie et dans la vallée stratégique du Jourdain, soit environ 30 % du territoire, mettraient fin à la possibilité d’une solution viable à deux États.

« Vous fermez la porte à la solution à deux États, je pourrais très bien voir cela d’un œil positif, si nous ouvrons clairement la porte à une solution démocratique à un seul État », a déclaré M. Razzaz.

« Mais personne en Israël ne parle de cela, et nous ne pouvons donc pas nous contenter d’enrober de sucre ce qu’ils font », a déclaré M. Razzaz. « Qui parle de la solution à un seul État en Israël ? Ils parlent d’apartheid dans tous les sens du terme ».

« Je mets au défi toute personne en Israël de dire oui, mettons fin à la solution des deux Etats, elle n’est pas viable », a-t-il déclaré. « Mais travaillons ensemble sur une solution démocratique à un seul État. Cela, je pense que nous l’envisagerons très favorablement. Mais fermer l’un et souhaiter l’autre n’est qu’une illusion ».

Les partisans de la solution à un seul État disent qu’elle mettrait fin au conflit israélo-palestinien, mais les opposants rejettent ce plan comme une tentative de transformer Israël d’un pays à majorité juive en un pays à majorité palestinienne.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d’un discours de campagne à côté d’un tableau des secteurs de la Cisjordanie proposés pour l’annexion, le 10 septembre 2019. (Capture d’écran : Facebook)

L’annexion d’Israël, a déclaré Razzaz, « inaugure un nouvel Etat d’apartheid » qui pourrait déstabiliser et radicaliser la région.

« De notre point de vue, tout ce qui n’est pas une solution viable à deux États va pousser non seulement la Jordanie, non seulement la Palestine, non seulement Israël, mais aussi la région et le monde dans le chaos », a-t-il déclaré, s’exprimant à Amman.

La Jordanie s’oppose à toute action unilatérale, a-t-il indiqué.

« Nous sommes contre toute mesure qui ne s’inscrit pas dans un schéma global conduisant à une solution à deux États », a-t-il déclaré. « En dehors de cela, si nous n’allons pas vers une solution à deux États, faites-nous savoir vers quoi nous allons, vers quel type de solution à un seul État nous allons ».

Il a averti qu’Israël pourrait devenir de plus en plus isolé non seulement dans la région, mais aussi dans la communauté internationale, s’il poursuit l’annexion, établissant un parallèle avec l’attitude internationale envers l’Afrique du Sud lorsqu’elle était sous un régime d’apartheid.

« L’Afrique du Sud n’était pas un problème pour ses pays voisins ; l’Afrique du Sud était un problème pour le monde. Si Israël continue sur cette voie, ce sera un problème pour le monde », a-t-il déclaré.

Vue de la vallée du Jourdain en Cisjordanie, le 17 juin 2020. (Yaniv Nadav/Flash90)

Razzaz a également exclu toute intégration des Palestiniens en Jordanie dans le cadre d’un accord visant à mettre fin au conflit.

« La Jordanie n’absorbera pas les transferts de Palestiniens », a souligné M. Razzaz. La Jordanie ne deviendra pas « la » Palestine, comme le souhaite l’extrême droite israélienne. Et la Jordanie ne renoncera pas à sa tutelle sur [les lieux saints musulmans et chrétiens de] Jérusalem. Ces trois points sont clairs pour nous ».

Le projet d’annexion du Premier ministre Benjamin Netanyahu a récemment disparu de l’actualité, dans un contexte de résurgence du coronavirus et d’hésitation de la Maison Blanche. Netanyahu avait promis d’entamer le processus au début du mois de juillet, mais les efforts se sont apparemment enlisés dans les querelles internes et l’absence de feu vert de Washington.

Le projet a fait l’objet de vives critiques internationales, en grande partie de la part de l’Europe ainsi que de la Jordanie et d’autres pays arabes.

La Jordanie aurait clairement fait savoir à Israël qu’elle n’accepterait pas une annexion, même limitée, des terres de Cisjordanie. Le royaume a menacé d’abroger ou de revoir à la baisse son traité de paix de 1994 avec Israël si l’annexion se poursuit et le roi Abdallah serait tellement furieux des intentions d’Israël qu’il a cessé de prendre les appels téléphoniques de Netanyahu.

Une position similaire a été exprimée par le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, qui a menacé d’une réponse sévère si Israël annexe ne serait-ce qu’un « centimètre ».

JTA a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...