Oxfam supprime les « Protocoles des Sages de Sion » de sa boutique en ligne
Rechercher

Oxfam supprime les « Protocoles des Sages de Sion » de sa boutique en ligne

Le directeur général de l'organisation caritative s'excuse et déclare que les livres ont été détruits

L'extérieur d'une boutique Oxfam à Londres. (Crédit : Nick Ansell/PA via AP, File)
L'extérieur d'une boutique Oxfam à Londres. (Crédit : Nick Ansell/PA via AP, File)

JTA – Oxfam, une organisation caritative internationale qui œuvre à la fin de la pauvreté, a présenté ses excuses pour avoir vendu des copies des « Protocoles des Sages de Sion », un document antisémite.

L’organisation a retiré le texte de sa boutique en ligne lorsqu’elle a eu connaissance de sa mise en vente.

Les exemplaires comprenaient une édition de 1936 proposée au prix de 100 euros environ, ainsi que les éditions de 2002 vendues pour environ 12 euros. Ce sont les bénévoles qui fixent le prix, photographient et mettent les produits en ligne pour la boutique virtuelle d’Oxfam, rapporte le Jewish Chronicle.

« Le Protocole des Sages de Sion » est un document antisémite décrivant le prétendu plan des Juifs pour dominer le monde. Il a été publié pour la première fois en Russie en 1903.

L’ambassadeur d’Israël au Royaume-Uni, Mark Regev, sur la BBC, le 1er mai 2016. (Crédit : capture d’écran BBC)

Le directeur général d’Oxfam Grande-Bretagne, Danny Sriskandarajah, a présenté ses excuses à l’ambassadeur d’Israël au Royaume-Uni, Mark Regev, après que ce dernier a tweeté « Pourquoi Oxfam vend-elle de la littérature
antisémite ? ».

« Les livres ont été détruits & nous essayons d’en tirer des leçons. Cela n’aurait pas dû arriver », a répondu Danny Sriskandarajah sur Twitter. « Nous sommes désolés que cela se soit produit et pour l’offense causée ».

Mark Regev a ensuite tweeté qu’il appréciait la décision et les excuses.

Mardi, l’organisation a fermé ses boutiques caritatives physiques en raison de la crise du coronavirus.

Oxfam a été fondée au Royaume-Uni, et son siège se trouve à Nairobi, la capitale du Kenya.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...