Une Parisienne frappée à la tête par une boule de pétanque devant une synagogue
Rechercher

Une Parisienne frappée à la tête par une boule de pétanque devant une synagogue

La femme de 79 ans est dans un état stable après avoir été hospitalisée pour lésions crâniennes ; pour le Congrès juif mondial, cet acte s'inscrit "dans une inquiétante tendance"

Des soldats français patrouillent le 21 janvier 2015 devant une synagogue à Neuilly-sur-Seine, dans le cadre du plan Vigipirate, un outil central du dispositif français de lutte contre le terrorisme. (Crédit : KENZO TRIBOUILLARD/AFP/Getty Images)
Des soldats français patrouillent le 21 janvier 2015 devant une synagogue à Neuilly-sur-Seine, dans le cadre du plan Vigipirate, un outil central du dispositif français de lutte contre le terrorisme. (Crédit : KENZO TRIBOUILLARD/AFP/Getty Images)

Une femme de confession juive, âgée de 79 ans, a été blessée devant une synagogue parisienne par une boule de pétanque qu’elle a reçue en pleine tête.

La victime a été transportée à l’hôpital avec des lésions crâniennes et un hématome. Selon le site France Bleu, son  état est stable, au lendemain de l’agression qui s’est produite dans le 11e arrondissement de la capitale française.

Des témoins ont déclaré ne pas avoir vu d’où provenait la boule ni qui l’avait lancée.

Le Congrès juif mondial a déclaré qu’il considérait que cet incident s’inscrivait « dans une inquiétante tendance, pas seulement en France, mais dans le monde entier.

Le CRIF a condamné cette « violente agression » dans un communiqué publié sur son site.

« Nous souhaitons à la victime une prompte guérison et appelons les autorités françaises à faire tout ce qui est en son pouvoir pour traduire l’auteur de cet acte en justice », a indiqué le groupe dans un communiqué.

L’Union des étudiants juifs de France (UEJF) a également fait part de ses inquiétudes dans un communiqué.

« Si pour l’heure, il n’y a pas de confirmation du mobile antisémite, les attaques visant les Juifs, et plus particulièrement les femmes âgées de confession juive, dans cet arrondissement populaire de l’est parisien ravivent des souvenirs douloureux. C’est pourquoi nous demandons aux enquêteurs de faire rapidement la lumière sur cette agression et d’en déterminer les causes et d’agir en conséquence », a déclaré Sacha Ghozlan, président de l’UEJF.

Lundi, un seau d’eau avait été jeté, possiblement depuis un appartement en étage élevé, pendant que les fidèles quittaient cette même synagogue.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...