Rechercher

Plus de Pass vert pour tous les Israéliens n’ayant pas reçu un rappel dimanche

Un grand nombre de citoyens ne pourront plus accéder à certains espaces publics ou rassemblements sans un résultat de test négatif suite au changement de politique

Un panneau à l'entrée d'un magasin de Jérusalem ne permet l'accès qu'aux détenteurs du passe vert et établit les règles en termes de port du masque et de distanciation sociale, le 4 août 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Un panneau à l'entrée d'un magasin de Jérusalem ne permet l'accès qu'aux détenteurs du passe vert et établit les règles en termes de port du masque et de distanciation sociale, le 4 août 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

À partir de dimanche, plus d’un million d’Israéliens perdront leur Pass vert après un changement de politique selon lequel il est dorénavant nécessaire de procéder à une injection de rappel six mois après avoir bénéficié des deux premières doses.

Des données du ministère de la Santé ont fait savoir, lundi, que 4 710 716 Israéliens avaient reçu deux doses de vaccin il y a six mois ou plus mais que seulement 3 243 641 avaient bénéficié d’une dose de rappel.

Même en soustrayant les centaines de milliers de personnes qui ont attrapé la COVID-19 au cours des six derniers mois – ce qui signifie qu’ils n’auront pas besoin d’une troisième dose de vaccin – le nombre de personnes qui perdront le droit à détenir un Pass vert dépassera le million.

Le Pass n’est valide qu’une semaine après avoir bénéficié de l’injection de rappel et est valable six mois. Le document, qui est remis aux personnes vaccinées ou en rémission de la COVID-19, permet d’accéder à de nombreux lieux publics, et notamment aux restaurants et aux musées.

Un Pass vert temporaire peut être obtenu sur présentation d’un résultat négatif à un test de dépistage, qui doit être payé de la poche du citoyen concerné – à moins que ce dernier ne soit pas éligible à la vaccination.

Par ailleurs, le ministère a annoncé, cette semaine, que les patients guéris de la COVID-19 ne devraient se faire injecter qu’une seule dose après avoir été malades afin de rester éligible à un Pass vert. Tous les Israéliens rétablis du coronavirus avaient auparavant droit au Pass vert.

Des enfants montrent leur Pass vert à l’entrée du Musée des sciences de Jérusalem, le 19 août 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

De plus, dès dimanche, les personnes infectées après avoir été vaccinées ne conserveront leur Pass que pour une période de six mois, à l’issue de laquelle le ministère réexaminera leur cas.

Israël – qui a été le premier pays à proposer officiellement une troisième dose – a lancé sa campagne de rappel en date du 1er septembre, proposant dans un premier temps une troisième dose aux personnes âgées de plus de 60 ans seulement. Le pays a ensuite graduellement abaissé l’âge d’éligibilité. Dorénavant, tous les Israéliens âgés de 12 ans et plus ayant bénéficié d’une deuxième dose il y au moins cinq mois peuvent prétendre à une injection de rappel.

Une enseignante reçoit une dose du vaccin COVID-19 dans un centre de vaccination à Jérusalem, le 24 août 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le cabinet dit « du coronavirus » se réunira dimanche pour la première fois depuis un mois. Le Premier ministre Naftali Bennett devrait s’opposer à l’imposition de nouvelles restrictions induites par la pandémie malgré des centaines de nouveaux décès des suites de la COVID-19.

Depuis la dernière rencontre du cabinet, plus de 600 Israéliens ont succombé à une forme grave du coronavirus. Le nombre de cas graves, dans l’ensemble, est légèrement plus bas, avec 760 qui avaient été enregistrés en date du 30 août contre 641 dans la journée de lundi.

Lundi, les responsables gouvernementaux ont fait savoir que le taux de reproduction de base du virus, qui mesure la transmission, était de 0,7, ce qui indique un ralentissement de l’épidémie.

Tandis que la quatrième vague d’infections a connu des chiffres records en ce qui concerne le nombre de nouveaux cas quotidiens, le nombre de malades nécessitant une hospitalisation est resté inférieur à celui des vagues précédentes – ce qui serait, selon les experts, le résultat du taux de vaccination élevé.

Un infirmier du Magen David Adom pratique un test de dépistage rapide dans un centre de dépistage de Jérusalem, le 26 septembre 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

7 684 personnes sont mortes des suites de la COVID-19 depuis le début de l’épidémie dans le pays. 593 personnes sont décédées des suites de complications liées au coronavirus depuis le début du mois – il s’agit du deuxième mois consécutif marqué par au moins 500 morts. Au mois d’août, 609 personnes ont succombé à une forme grave de la maladie.

Le ministère de la Santé a indiqué que 3 208 nouvelles infections avaient été diagnostiquées dimanche, ce qui marque une tendance à la baisse, même si les dépistages sont habituellement moins nombreux pendant le week-end. Le taux de positivité des tests de dépistage, dimanche, était en déclin, à 4,19 %.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...