Plus d’un million de travailleurs israéliens touchés par la crise du virus
Rechercher

Plus d’un million de travailleurs israéliens touchés par la crise du virus

Selon le Bureau central des Statistiques, 1 100 000 personnes ont perdu leur emploi définitivement ou temporairement dans le contexte de la crise entraînée par la COVID-19

Des artistes de théâtre manifestent à Tel aviv le 12 avril 2020 pour demander au gouvernement de les aider pendant la crise du coronavirus. (Crédit : Eve)
Des artistes de théâtre manifestent à Tel aviv le 12 avril 2020 pour demander au gouvernement de les aider pendant la crise du coronavirus. (Crédit : Eve)

Le Bureau central des Statistiques a diffusé de nouveaux chiffres qui ont révélé que plus d’un million de travailleurs – un million cent mille Israéliens – ont été limogés ou placés en congé sans solde pendant le mois de mai, en raison de la pandémie de coronavirus.

L’arrêt de l’économie israélienne à la suite de la pandémie de coronavirus a entraîné des taux de chômage plus élevés chez les femmes que chez les hommes, une évolution qui pourrait effacer les progrès réalisés par les femmes sur le marché du travail, comme le montre un rapport du Centre Taub pour les études de politique sociale en Israël.

Selon les chiffres compilés dans le rapport, bien que les femmes constituent un peu moins de 50 % des employés, elles ont représenté 56 % des demandes de chômage pendant la pandémie, depuis le 1er mars. C’est le cas dans toutes les tranches d’âge.

« L’étude nous montre à quel point les femmes en Israël ont réellement supporté une grande partie du poids des pertes d’emploi, de l’impact économique », a déclaré Liora Bowers, l’auteur du rapport, au Times of Israel par téléphone. « C’est une grande préoccupation », a-t-elle déclaré, car les développements sont susceptibles de réduire à néant les progrès réalisés par les femmes en Israël au cours des décennies en matière d’entrée dans la vie active et de réduction de l’écart salarial.

« Étant donné le taux plus élevé de pertes d’emploi chez les femmes depuis le début de la crise du coronavirus, il existe un risque réel pour l’emploi et les gains salariaux réalisés par les femmes israéliennes au cours des dernières décennies », a écrit Mme Bowers dans le rapport, ajoutant que l’on ne sait pas exactement combien de femmes ayant perdu leur emploi réintégreront la population active.

Liora Bowers, du Taub Center for Social Policy Studies. (Autorisation)

Cette disparité entre les sexes est principalement observée dans le secteur juif – les femmes Haredi subissant des pertes d’emploi particulièrement élevées, et le secteur Haredi en général étant le plus durement touché, tant les hommes que les femmes, a déclaré Mme Bowers.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre des Finances Israel Katz ont annoncé, le 8 juin, que les taxes à l’achat sur un certain nombre de produits – notamment sur les produits électroniques et les vêtements – seraient suspendues pour aider les Israéliens à traverser la pandémie, alors que les allocations chômage ont été encore prolongées d’un mois pour les personnes ayant récemment perdu leur emploi.

Les deux responsables avaient convenu de prolonger l’éligibilité aux allocations-chômage des Israéliens qui se trouvent actuellement en congé sans solde de 35 jours supplémentaires, pour tenir compte de la durée du confinement national imposé par le gouvernement pendant une période à peu près équivalente.

Le ministre des Finances a indiqué que « le plus important » était de « prolonger l’éligibilité aux allocations chômage des jeunes, de leur donner un mois supplémentaire, ce qui équivaut à la période de fermeture de l’économie. Nous allons donc ajouter ce mois de telle manière qu’à la fin de ce chômage, ils puissent toucher encore un mois. Ce qui est une bonne nouvelle pour des centaines de milliers d’Israéliens », avait-il affirmé.

Ce sont des centaines de milliers de personnes qui restent aujourd’hui sans emploi à cause de la pandémie, la plupart ayant été placée au chômage technique et vivant d’allocations versées par l’État. Selon les services chargés de l’emploi, près de 300 000 personnes sont retournées au travail à la mi-avril, lorsque les entreprises ont commencé à reprendre leurs activités.

Les services ont cessé de diffuser publiquement les chiffres actualisés du chômage depuis la fin du mois d’avril, faisant seulement part du nombre d’Israéliens revenus au travail. Le site d’information Ynet avait estimé début juin le nombre de personnes actuellement au chômage à 950 000, contre 1,2 million au mois d’avril.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...