Pour Bernie Sanders, le retrait de la loi santé de Trump est une “victoire”
Rechercher

Pour Bernie Sanders, le retrait de la loi santé de Trump est une “victoire”

Le mouvement réformé appelle le Congrès à étendre la couverture santé et pas à la restreindre après la défaite de la motion Trump-Ryan

Bernie Sanders pendant un rassemblement à Dearborn, Michigan, le 7 mars 2016. (Crédit : Geoff Robins/AFP)
Bernie Sanders pendant un rassemblement à Dearborn, Michigan, le 7 mars 2016. (Crédit : Geoff Robins/AFP)

Le sénateur Bernie Sanders a applaudi le retrait d’un projet de loi républicain visant à annuler l’Affordable Care Act, surnommé Obamacare. Le Centre d’action religieuse du mouvement réformé a pour sa part appelé à l’extension de la couverture médicale des Américains.

Sanders, sénateur indépendant du Vermont, a parlé de « victoire majeure » après que le président de la Chambre des représentants, le républicain du Wisconsin Paul Ryan, a annoncé vendredi après-midi qu’il retirait le projet de loi qui aurait annulé la majorité de la réforme du président Barack Obama, et n’a pas réussi à rassembler le soutien nécessaire à son adoption.

« La défaite du désastreux projet de loi Trump – Ryan sur la santé est une victoire majeure pour les familles qui travaillent et quiconque se trouve dans l’opposition », a déclaré sur Twitter l’ancien candidat à la présidentielle américaine, qui est juif.

Le Centre d’action religieuse, la branche politique du mouvement réformé américain, a appelé à l’extension de la couverture santé en réponse aux informations.

« Le Congrès devrait se concentrer sur l’extension et l’amélioration de la couverture, pas sur l’entrave aux soins abordables », a-t-il écrit sur Twitter.

Le représentant Ted Deutch, démocrate juif de Floride, et l’association de justice sociale Bend the Arc Jewish Action ont applaudi l’échec de la mesure.

« Le peuple américain a parlé haut et fort ; il ne soutient pas le dépouillement de ses propres bénéfices de santé afin de permettre des baisses d’impôts massives pour les compagnies d’assurance santé. Les républicains de la Chambre doivent commencer à travailler avec les démocrates sur de réelles solutions politiques qui bénéficieront à l’ensemble du peuple américain », a déclaré Deutch dans un communiqué.

Stosh Cotler, le directeur exécutif de Bend the Arc, a déclaré que « l’annulation de ce vote est une victoire pour tous les Américains et pour nos valeurs juives fondamentales. L’American Health Care Act aurait dévasté le système de santé de notre nation et menacé le bien-être des membres les plus vulnérables de notre société, notamment les pauvres, les personnes âgées, les personnes handicapées et les enfants. »

Une évaluation du bureau du budget du Congrès sur une version récente du projet de loi avait prédit qu’il pourrait entraîner la perte ou la baisse d’une assurance maladie pour 24 millions de personnes en dix ans.

Mercredi, la Fédération juive de New York avait envoyé une lettre à la délégation de l’état au Congrès pour lui demander de s’opposer au projet de loi en raison de son impact négatif sur les pauvres.

« Nous avons de graves préoccupations sur l’impact potentiellement désastreux de l’American Health Care Act sur des centaines de milliers de New-Yorkais ayant de faibles revenus, et sur les organisations qui les servent », était-il écrit dans la lettre envoyée par Eric Goldstein, le directeur exécutif de la Fédération UJA de New York.

Le président américain Donald Trump à la Maison Blanche, le 22 janvier 2017. (Crédit : Mandel Ngan/AFP)
Le président américain Donald Trump à la Maison Blanche, le 22 janvier 2017. (Crédit : Mandel Ngan/AFP)

Le président républicain Donald Trump a subi un revers cinglant avec le retrait vendredi au dernier moment de son projet phare de réforme du système de santé américain, faute d’un soutien suffisant dans ses propres rangs au Congrès.

Un sérieux camouflet pour Trump, arrivé au pouvoir en promettant d’employer ses qualités de négociateur, mises en œuvre dans sa carrière d’homme d’affaires, pour faire passer ses projets à la Maison Blanche.

Se disant « déçu » et « un peu surpris », il a toutefois refusé vendredi d’accabler les élus républicains, reportant la faute sur la minorité démocrate.

Et a promis de passer immédiatement à autre chose, en s’attelant à son prochain projet : une profonde réforme fiscale et une baisse d’impôts.

Avec l’échec de sa réforme de la santé, Donald Trump se voit toutefois forcé de reculer pour la deuxième fois en seulement neuf semaines au pouvoir, après le blocage par la justice de ses décrets visant à fermer temporairement les frontières américaines aux réfugiés et ressortissants de six pays à majorité musulmane.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...