Pour Netanyahu, malgré une opposition croissante, l’annexion est déjà payante
Rechercher
Analyse

Pour Netanyahu, malgré une opposition croissante, l’annexion est déjà payante

Pourquoi le Premier ministre veut annexer la Cisjordanie : tactique de campagne, trace dans l'histoire, opportunité accordée par Trump. Tout est vrai, mais ce n'est pas tout

Haviv Rettig Gur

Haviv Rettig Gur est l'analyste du Times of Israël

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu observe la vallée du Jourdain avec des officiers de l'armée israélienne lors d'une visite en 2011. (Moshe Milner/GPO/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu observe la vallée du Jourdain avec des officiers de l'armée israélienne lors d'une visite en 2011. (Moshe Milner/GPO/Flash90)

L’annexion par Israël d’une partie de la Cisjordanie semblait presque inévitable il y a deux semaines à peine.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui a fait de l’annexion de la plupart de la vallée du Jourdain et des implantations israéliennes en Cisjordanie son initiative phare à l’approche des élections de septembre 2019, s’est accroché à cette idée depuis lors, promettant de donner suite à une version encore peu claire de sa proposition initiale d’annexion en seulement trois semaines, le 1er juillet.

Mais les défis se sont multipliés de toutes parts. De nombreux dirigeants des implantations s’opposent désormais à cette initiative parce qu’elle s’inscrit dans le cadre d’un plan de paix plus large qui comprend la création d’un État palestinien, à laquelle ils sont absolument opposés. Les dirigeants européens mettent en garde contre la détérioration des relations – le ministre allemand des Affaires étrangères était en Israël mercredi pour une visite d’urgence afin de repousser cette idée. Le candidat démocrate à la présidence des États-Unis, Joe Biden, a mis en garde contre cette éventualité. L’Autorité palestinienne menace à la fois de se dissoudre et de déclarer un État. La Jordanie a averti qu’elle pourrait reconsidérer son traité de paix avec Israël.

Les Israéliens, pour leur part, semblent avoir réagi à l’idée par un bâillement collectif. Pour la plupart des Israéliens, cela ressemble à un acte symbolique sans grande signification concrète sur le terrain. Un sondage réalisé début juin par la pacifiste Geneva Initiative a révélé que la plupart des Israéliens sont opposés à l’annexion – 41,7 % s’y opposent et 32,2 % la soutiennent – mais aussi que la quasi-totalité de ses partisans la considèrent comme une priorité secondaire. Lorsqu’on leur a demandé quelles étaient les questions « les plus importantes » que le gouvernement devait traiter en priorité, la première place est revenue à l’économie ravagée par le coronavirus (42,4 %), suivie par la lutte contre le virus
(24,6 %). L’annexion est arrivée en cinquième et dernière position avec
3,5 %.

Un homme passe devant des magasins fermés dans le centre commercial Mamilla à proximité de la Vieille Ville de Jérusalem, le 22 avril 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Un sondage similaire utilisant des termes différents (par exemple, « annexion » a été remplacé par « application de la souveraineté ») réalisé pour la Douzième chaîne le 8 juin a donné des résultats similaires : 46 % d’opposition, 34 % de soutien. Même parmi la droite qui se définit comme telle, 39 % s’y opposent, 41 % la soutiennent. Et où se situe l’annexion dans le classement des priorités ? Encore une fois, dans les chiffres : « lutte contre la crise économique » a obtenu 69 %, « lutte contre le coronavirus » 15 %, « annexion des implantations en Judée et en Samarie » 5 %.

Alors que les critiques se multiplient et que les Israéliens haussent les épaules, une question se détache du reste : Pourquoi ? Pourquoi Netanyahu pense-t-il que cela en vaut la peine ? Pourquoi maintenant ?

À la recherche d’un héritage

La proposition d’annexion est née comme un stratagème électoral. Netanyahu a présenté son plan d’annexion de la vallée du Jourdain et des implantations israéliennes le 10 septembre 2019, une semaine avant le jour des élections, dans une tentative transparente d’éloigner les voix du parti de droite Yamina afin de s’assurer que le Likud termine la course en tête de la Knesset.

Mais l’idée est vite devenue plus importante pour le Premier ministre.

Netanyahu a 70 ans. Il croit que son temps au pouvoir pourrait bientôt se terminer. Il est à la recherche de son héritage.

C’est un défi ironique pour le leader de longue date. Le succès politique de Netanyahu depuis son retour au pouvoir en 2009 ne réside pas dans des initiatives audacieuses mais dans une sorte de théorie préventive de l’art de gouverner : Ne pas faire de mal, éviter les nombreux pièges et les effusions de sang chaotiques que sont les retraits ou les guerres.

Sous Netanyahu, les Israéliens dormaient tranquillement la nuit, certains qu’il n’y aurait pas de retraits comme le retrait de Gaza en 2005 qui s’est terminé par une prise de contrôle du territoire par le groupe terroriste du Hamas. Il n’y aurait pas non plus d’annexions spectaculaires ou d’expansions massives des implantations, du moins du genre de celles qui pourraient rendre une future séparation d’avec les Palestiniens irréalisable. Il n’y aurait pas de guerres inutiles à Gaza ou au Liban, Netanyahu préférant toujours arrêter toute escalade vers la guerre, désamorcer et déployer les ressources militaires et de renseignement d’Israël pour affaiblir l’ennemi dans une lente série d’opérations secrètes, la fameuse « campagne entre les guerres ». Il n’y aurait pas non plus (ou du moins pas trop) de dépenses excessives irresponsables de la part de la classe politique, pas de changements spectaculaires dans le statu quo religieux, etc.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et des officiers supérieurs de Tsahal visitent la frontière nord sur le plateau du Golan, le 25 juillet 2017. (Kobi Gideon/GPO)

Netanyahu a qualifié cette approche de « responsabilité ». Ce n’est pas de la passivité. Même s’il est resté globalement inactif face aux Palestiniens, il s’est opposé avec audace à l’enracinement de l’Iran en Syrie et a travaillé avec férocité pour réduire le programme nucléaire iranien et lui faire payer un prix élevé – mais jamais de manière si audacieuse ou si féroce risquant de provoquer un conflit ouvert.

La prudence peut être admirable chez un dirigeant, mais elle est difficile à vendre comme un héritage. Netanyahu parle constamment de la prospérité d’Israël sous sa direction, de son profil international en expansion et de son importance en tant que centre de haute technologie. Tout cela aussi, bien que ce soit en partie à son honneur, n’est pas facile à transformer en un héritage déterminant – marquant.

Et puis, il y a ce procès pour corruption exaspérant qui le suit de près et qui menace son avenir politique (et son héritage). Netanyahu a besoin d’une histoire nouvelle et différente sur son mandat de Premier ministre, suffisamment importante pour éclipser ce procès.

Une avancée spectaculaire dans la revendication d’une partie stratégiquement importante de la Cisjordanie pour Israël pourrait-elle faire l’affaire ? Ce désir explique-t-il sa détermination tenace ?

Pas tout à fait. Comme Netanyahu le sait bien, un grand projet d’annexion d’une partie de la Cisjordanie pourrait très vite mal tourner. Les répercussions pourraient menacer la stabilité du régime jordanien et bouleverser le traité de paix le long de la plus longue frontière d’Israël. Cela pourrait mettre un vent dans les voiles des gouvernements islamistes, de la Turquie au Qatar, et affaiblir le soutien à Israël parmi les alliés régionaux.

Un autre président américain, Joe Biden, désireux de montrer qu’il revient sur la politique de Donald Trump, pourrait décider de prendre l’annexion comme un signe de mauvaise foi de la part d’Israël, d’annuler la reconnaissance de cette décision par Washington et d’exercer une pression massive sur Jérusalem pour de nouveaux pourparlers et de nouvelles concessions. Sans la reconnaissance des États-Unis, que reste-t-il de l’annexion au-delà d’une revendication israélienne sur elle-même ?

Le monde arabe et les experts semblent être d’accord sur le fait que la question palestinienne est un sujet qui rend malade. Mais le monde arabe en a également assez de sentir qu’il perd du terrain. Il est plus facile de répondre avec colère à un Israël expansionniste qu’à d’autres acteurs perturbateurs comme la Turquie ou l’Iran.

Le convoi du Premier ministre Benjamin Netanyahu quitte la vallée du Jourdain, où s’est déroulée une réunion du cabinet, le 15 septembre 2019. (Crédit : Amir Cohen/Pool via AP)

Netanyahu ne peut pas contrôler de manière significative les retombées de son geste d’annexion. Si cela conduit à l’affaiblissement de son « dégel » régional tant vanté avec les Saoudiens et les pays du Golfe, à quoi a-t-il abouti ? Si, selon les termes employés par Netanyahu, la question est traitée avec la plus grande gravité, elle sape la grande architecture régionale de coopération qu’il a laborieusement construite pendant une décennie contre la menace iranienne, qu’adviendra-t-il de son héritage – et de son pays ?

Le soutien de Trump

Trump est incontestablement un élément essentiel de l’équation, ne serait-ce que parce que Netanyahu l’a dit à plusieurs reprises. L’administration actuelle offre une opportunité de mettre en œuvre une aspiration de droite de longue date qui pourrait ne pas redevenir possible avant un bon bout de temps, a-t-il dit.

Mais là aussi, l’explication est insuffisante.

La Maison Blanche a réussi, de manière subtile et respectueuse, principalement par des fuites prudentes aux médias israéliens, à faire savoir au cours des deux dernières semaines qu’elle n’était pas sûre de soutenir une annexion israélienne immédiate et radicale. La Maison Blanche est à cinq mois d’une élection difficile – Trump perd actuellement dans tous les grands sondages – dans un pays ébranlé par les décès massifs dus à la pandémie de coronavirus, les protestations massives contre le racisme dans les services de police et une forte récession économique. Pense-t-elle toujours disposer de la marge de manœuvre et du capital politique nécessaires pour faire face aux éventuelles retombées négatives, régionales ou nationales, d’un mouvement d’annexion israélien ?

Le président américain Donald Trump (à gauche) et le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’entretiennent avec des journalistes avant une réunion dans le bureau ovale de la Maison Blanche, le 27 janvier 2020, à Washington. (AP Photo/Evan Vucci)

Netanyahu tient à ancrer sa démarche d’annexion sur une légitimation de Washington, mais il est confronté à un chœur croissant de préoccupations de la part des dirigeants des implantations israéliennes concernant l’appel du plan Trump à un État palestinien indépendant sur quelque 70 % de la Cisjordanie, ainsi qu’à une annexion palestinienne réciproque du territoire israélien dans le cadre d’un grand échange.

Netanyahu aurait discrètement confirmé aux dirigeants municipaux inquiets des implantations en Cisjordanie cette semaine qu’aucune de ces stipulations du plan Trump – statut d’Etat et échange de terres – ne serait mise en œuvre.

Il y a donc une limite à la possibilité de faire valoir que l’annexion est le produit d’une fenêtre d’opportunité de Trump. Netanyahu semble prêt à aller de l’avant même si l’administration Trump commence à se dérober.

Une réponse simple

Il est certain que l’administration Trump est encore plus susceptible de répondre favorablement à une annexion limitée. Et l’héritage de Netanyahu lui tient profondément à cœur. Même avec tous ses pièges potentiels, le Premier ministre peut raisonnablement espérer que les Israéliens à l’avenir le jugeront favorablement pour cette décision.

Pourtant, aucune de ces considérations ne peut expliquer pleinement l’urgence. Un Netanyahu qui a longtemps considéré tout changement du statu quo sur le front palestinien comme débordant de menaces potentielles semble soudain avoir perdu de vue ces menaces. Quelle est la cause de ce changement ?

La réponse est simple, et n’a pas grand-chose à voir avec Netanyahu. Au contraire, il s’agit de Benny Gantz.

Lors d’une réunion mardi entre le ministre de la Défense Gantz et les maires des municipalités israéliennes de Cisjordanie, Gantz a offert une pépite de sage conseil aux dirigeants inquiets des implantations. En sortant de la réunion, les dirigeants des implantations se sont souvenus très clairement d’une phrase de Gantz : « Un Mapainik [membre d’une faction jadis dominante de centre-gauche] m’a dit un jour : « Ce qu’ils vous donnent, prenez-le. Le reste, vous pourrez vous en occuper plus tard ».

Le ministre de la Défense Benny Gantz (deuxième à gauche) s’adresse aux chefs d’implantation au siège de la division Judée-Samarie de l’armée israélienne dans l’implantation de Beit El, le 9 juin 2020. (Crédit : Ariel Hermoni/ministère de la Défense)

Les maires de Cisjordanie sont divisés. Ils soutiennent à moitié l’annexion, estimant qu’on ne peut pas refuser la possibilité d’étendre le droit israélien aux implantations jusqu’ici régies par des diktats militaires. L’autre moitié soutient que toute annexion soutenue par Trump serait la dernière annexion d’Israël – qu’il ne s’agissait pas tant d’étendre Israël que de donner naissance à un État de Palestine indépendant et, selon eux, dangereux.

Les propos de Gantz aux dirigeants rassemblés étaient une ruse que l’on entend souvent dans l’armée. L’hébreu rime même. Il dit : « s’ils te donnent quelque chose, prends-le. S’ils te frappent, cours. » Pragmatique, cynique, évident.

En rencontrant un groupe comprenant des opposants de droite au plan, Gantz aurait pu tenter de saper l’annexion en encourageant la rébellion. Il ne l’a pas fait. Au lieu de cela, il a essayé de calmer l’opposition en disant aux dirigeants des implantations de prendre ce qu’il y avait à prendre et en leur assurant que tout éventuel État palestinien que quiconque tenterait d’établir par la suite, « vous pourrez vous en occuper plus tard ».

De ces réunions à huis clos, des déclarations publiques occasionnelles et généralement vagues, et des dispositions de l’accord de coalition entre le Likud et Kakhol lavan, il se dégage un fil conducteur dans la manière dont Gantz traite l’annexion : cela en vaut la peine, semble-t-il croire, tant que les retombées peuvent être limitées au minimum.

Comme le stipule l’accord de coalition, Netanyahu ne peut proposer l’annexion à partir du 1er juillet qu’en tant qu’“accord conclu avec les États-Unis”. La mise en œuvre plus large du plan de paix Trump doit voir le gouvernement s’efforcer de « maintenir la stabilité régionale, de maintenir les accords de paix, et de s’efforcer de conclure de futurs accords de paix ».

Le président de Kakhol lavan, Benny Gantz (C), s’adresse aux journalistes lors d’une visite dans la vallée du Jourdain, le 21 janvier 2020. (Elad Malka/Kakhol lavan)

C’est là que se trouve la pièce manquante, le point d’intersection entre les efforts de Netanyahu et les propres convictions de Gantz, ainsi que celles de Gabi Ashkenazi, ministre des Affaires étrangères, ancien chef d’état-major de Tsahal et compagnon de Gantz, (qui soutient l’annexion à condition qu’elle ne compromette pas la paix avec la Jordanie) et des générations de penseurs et de planificateurs militaires israéliens.

La pensée stratégique israélienne a changé à la suite de trois conclusions désastreuses sur les retraits territoriaux : la vague d’attentats suicides qui a déferlé sur les villes israéliennes pendant des années à partir de 2000 dans les zones qu’Israël avait laissées dans le cadre du processus de paix d’Oslo ; la montée du Hezbollah après le retrait israélien du Sud-Liban en 2000 ; et la montée du Hamas après le retrait de Gaza en 2005. Il est difficile d’exagérer l’effet que ces expériences ont eu pour vacciner les Israéliens, tant les planificateurs politiques que le public, contre les pressions internationales, arabes ou palestiniennes en faveur de nouveaux retraits, en particulier dans le territoire le plus stratégiquement important encore contesté par Israël, la Cisjordanie.

Gantz et Ashkenazi sont le reflet d’un consensus presque total au sein de l’élite politique israélienne, selon lequel les vides de pouvoir du type de ceux que le Hezbollah et le Hamas remplissent avec avidité ne peuvent être autorisés en Cisjordanie, qui comprend les hauts plateaux surplombant les principaux centres de population israéliens et réduit les frontières défensives d’Israël à seulement 14 km de large dans la plaine côtière au nord de Tel Aviv.

Le débat en Israël aujourd’hui entre la « gauche » et la « droite » – le débat de fond qui se déroule loin des feux de la rampe et des prises de position politiques – ne porte pas sur la question de savoir s’il faut ou non se retirer de la Cisjordanie, mais sur le degré de contrôle qu’Israël doit inévitablement y conserver.

L’attention que Netanyahu porte à la vallée du Jourdain n’est pas un hasard. La bande de territoire a été une priorité pour les planificateurs militaires israéliens – y compris, par exemple, Gantz et Ashkenazi – depuis que les premières lueurs du plan Allon ont été présentées au cabinet israélien peu après la guerre des Six jours de 1967. Les dirigeants actuels d’Israël estiment que la vallée du Jourdain, qui reflète la plupart des factions politiques et des élites de planification politique israéliennes, ne peut être abandonnée au contrôle de la sécurité palestinienne.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (au centre) rencontre les dirigeants des implantation israéliennes à Alon Shvut dans le bloc d’Etzion en Cisjordanie, le 19 novembre 2019. (Menahem Kahana/AFP)

Le fait que Netanyahu ait soigneusement limité le reste de son plan d’annexion aux implantations israéliennes elles-mêmes reflète également le désir général des Israéliens d’éviter la démolition de villes et de maisons appartenant à des civils, comme ce fut le cas lors du retrait de Gaza. La plupart des résidents des implantations qui se retrouveront probablement sous le droit civil israélien si le plan se poursuit après le 1er juillet auraient été attribués à Israël même dans les « paramètres Clinton » qui reflétaient une sorte de consensus des années d’Oslo.

L’annexion sert de nombreux objectifs pour Netanyahu. Elle est politiquement utile dans la lutte avec les autres factions de droite pour les électeurs de droite. Il espère qu’elle sera perçue par les Israéliens comme un couronnement qui éclipsera son procès pour corruption. Et il en vient à profiter d’une fenêtre d’opportunité inhabituelle dans la présidence Trump, une fenêtre qui pourrait rapidement se refermer.

Mais le principal moteur du plan est une impulsion plus fondamentale : il estime qu’il s’agit d’une bonne politique. L’initiative de Netanyahu suit attentivement les limites de ce que la plupart des Israéliens, y compris la plupart des adversaires politiques de Netanyahu, estiment être les besoins stratégiques vitaux du pays.

Cette orientation a déjà porté ses fruits ; au lieu de travailler à perturber le plan, Gantz et Ashkenazi se sont engagés à faire avancer ses éléments les plus précieux sur le plan stratégique tout en s’efforçant de minimiser les retombées internationales et régionales.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...