Rechercher

Première visite du président égyptien au Qatar depuis leur brouille diplomatique

Abdel Fattah al-Sissi sera reçu par cheikh Tamim ben Hamad al-Thani pour la première fois depuis le rétablissement en 2021 des relations diplomatiques entre les deux pays

Sur cette photo fournie par le bureau des médias de la présidence égyptienne, le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi s'exprime lors d'une conférence internationale de la jeunesse, dans la station balnéaire de la mer Rouge de Charm el-Cheikh, en Égypte, le lundi 10 janvier 2022. (Crédit : Bureau des médias de la présidence égyptienne via AP)
Sur cette photo fournie par le bureau des médias de la présidence égyptienne, le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi s'exprime lors d'une conférence internationale de la jeunesse, dans la station balnéaire de la mer Rouge de Charm el-Cheikh, en Égypte, le lundi 10 janvier 2022. (Crédit : Bureau des médias de la présidence égyptienne via AP)

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi se rendra mardi au Qatar pour la première fois depuis le rétablissement en 2021 des relations diplomatiques entre les deux pays après quatre ans de rupture, a annoncé le riche petit pays gazier du Golfe.

M. Sissi sera reçu par l’émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, a indiqué le palais sur Twitter.

Selon l’agence de presse qatarie QNA, cette visite « instaure une nouvelle ère dans les relations entre Doha et Le Caire, les faisant évoluer en un partenariat fructueux ».

« Les relations qataro-égyptiennes connaissent une phase de communication active et de visites mutuelles destinées à (les) renforcer », ajoute lundi QNA sur Twitter.

L’émir du Qatar s’est rendu en Egypte fin juin, pour sa première visite au Caire depuis la reprise des relations entre les deux pays.

L’émir qatari Sheikh Tamim bin Hamad al-Thani participe au sommet du Conseil de coopération du Golfe (CCG) au palais Bayan à Koweït City, le 5 décembre 2017. (Crédit : GIUSEPPE CACACE/AFP/Getty Images)

Les deux dirigeants avaient alors discuté, selon la présidence égyptienne, du « renforcement des liens dans les domaines de l’énergie et de l’agriculture » ainsi que « l’approfondissement de la coopération en matière d’échanges commerciaux et en particulier concernant les flux d’investissements du Qatar à destination de l’Egypte ».

L’Egypte, le plus peuplé des pays arabes et premier importateur mondial de blé –principalement de Russie et d’Ukraine–, souffre des conséquences du conflit déclenché en février. L’inflation atteint 15%, portée par une hausse des prix des denrées alimentaires atteignant jusqu’à 66% et réduisant le pouvoir d’achat des ménages.

Le Qatar a annoncé fin mars investir 4,5 milliards d’euros en Egypte, tandis que le géant qatari des hydrocarbures QatarEnergy a signé un accord avec l’Américain ExxonMobil pour acquérir une participation de « 40% dans un bloc d’exploration au large de l’Egypte ».

En 2017, l’Egypte, l’Arabie saoudite, Bahreïn et les Emirats arabes unis ont rompu leurs relations avec Doha, lui reprochant de soutenir les Frères musulmans et de s’être rapproché de l’Iran – des accusations démenties par le Qatar.

Le blocus diplomatique et économique imposé au petit émirat gazier du Golfe a été levé en janvier 2021.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...