Rechercher

Presque un Israélien sur quatre sera ultra-orthodoxe d’ici 2050 – étude

Les Juifs haredim seront 3,8 millions sur une population estimée à 16 millions d'Israéliens dans 30 ans grâce au fort taux de naissance dans la communauté

Illustration : Des hommes ultra-orthodoxes lors d'une cérémonie à Meron, près de Safed, le 7 décembre 2020. (David Cohen/Flash90)
Illustration : Des hommes ultra-orthodoxes lors d'une cérémonie à Meron, près de Safed, le 7 décembre 2020. (David Cohen/Flash90)

JTA — Presque un quart de la population sera ultra-orthodoxe d’ici l’année 2050, selon des projections des projections du Conseil économique national israélien.

La population actuelle – de 9,2 millions de personnes – devrait croître de 70 %, passant à presque 16 millions de personnes d’ici 2050. Sur ces 16 millions de personnes, un quart, soit 3,8 millions, seront des membres de la communauté ultra-orthodoxe, estime le Conseil national économique.

Les Juifs haredim représentent un tiers de la population juive du pays.

La population arabe passera à 3,24 millions et elle continuera à représenter environ 20 % de la population totale.

Ces nouveaux chiffres de la population soulignent un avenir dans lequel la population juive du pays continuera à constituer environ 80 % de la population nationale, mais avec une présence plus forte des ultra-orthodoxes.

Les Haredim constituent actuellement 12,6 % de la population actuelle. D’ici 2050, ce pourcentage s’élèvera à 26 %, note le conseil.

Cette croissance résultera en majorité du taux élevé de natalité chez les femmes issues de la communauté ultra-orthodoxe, avec 6,7 enfants par femme, un taux nettement supérieur à celui des familles juives non-haredim. Dans tous les secteurs de la population, les Israéliens âgés de 0 à 19 ans formeront plus d’un tiers de la population.

La plus grande partie des Juifs ultra-orthodoxes devraient rester concentrés à Jérusalem et à ses environs ainsi que dans la ville de Beit Shemesh. Mais la population haredim devrait aussi se renforcer dans le sud, où une nouvelle ville de la communauté est planifiée, ainsi que dans le nord, quoique à un moindre degré.

Tel Aviv et ses banlieues devraient rester le secteur le plus peuplé dans le pays. Cette zone connaîtra également une hausse majeure de ses résidents seniors et le nombre d’Israéliens âgés de plus de 65 ans devrait y être approximativement multiplié par deux.

L’augmentation de la population dans le pays, dans tous les secteurs, devrait entraîner une demande plus forte de logements dans le pays – des logements dont le nombre est d’ores et déjà considéré comme insuffisant pour les besoins de la population – ainsi qu’une demande plus forte en termes de transports publics et d’établissements scolaires.

L’étude, qui a réactualisé un rapport qui avait été diffusé en 2017, a été publiée au mois d’août et évoquée, cette semaine, par Haaretz.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...