Prison à vie pour les terroristes palestiniens ayant tué leur patron israélien
Rechercher

Prison à vie pour les terroristes palestiniens ayant tué leur patron israélien

Yousef Kamil et Mohammed Abu al-Rub ont poignardé et battu à mort Reuven Schmerling après qu'il les a engagés pour travailler dans son entrepôt de charbon

La police est sur les lieux du crime à Kafr Qassem où Reuven Schmerling a été retrouvé assassiné, le 4 octobre 2017. (Roy Alima/Flash90)
La police est sur les lieux du crime à Kafr Qassem où Reuven Schmerling a été retrouvé assassiné, le 4 octobre 2017. (Roy Alima/Flash90)

Le tribunal de district de Lod a condamné jeudi deux Palestiniens de Cisjordanie à la prison à vie pour le meurtre de leur patron israélien lors d’une attaque terroriste qui s’était déroulée l’année dernière.

Yousef Kamil et Mohammed Abu al-Rub ont poignardé et battu à mort Reuven Schmerling dans son entrepôt de charbon situé dans la ville de Kafr Kassem, au nord d’Israël, en octobre dernier.

L’acte d’accusation contre Kamil et al-Rub indique que les deux hommes ont décidé de « mener une attaque pour des raisons nationalistes et de tuer des Juifs ».

Les procureurs ont déclaré que l’attaque de Kamil et al-Rub était préméditée, tous deux cherchant à venger leur ami qui avait été tué un an plus tôt en tentant de perpétrer un attentat.

Ils ont été condamnés par le tribunal de Lod en mars après avoir conclu une négociation de plaidoyer.

Lors de la sentence de jeudi, le juge a également ordonné à Kamil et al-Rub de verser à la famille de Schmerling 258 000 shekels à titre d’indemnisation.

À l’extérieur de la salle d’audience, la fille de M. Schmerling, Idit, a remercié le juge d’avoir imposé la peine maximale aux tueurs de son père. Elle a ajouté que sa famille pouvait maintenant concentrer ses efforts sur la construction d’une synagogue à la mémoire de son père dans l’implantation d’Elkana.

Reuven Schmerling, un habitant de l’implantation d’Elkana, assassiné dans un entrepôt de la ville arabe israélienne de Kafr Qassem, le 4 octobre 2017. (Crédit : autorisation)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...