Rechercher

Quelles sont ces 6 ONG palestiniennes qu’Israël considère comme terroristes ?

La déclaration de Gantz selon laquelle 6 groupes de défense des droits des Palestiniens sont des groupes terroristes a déclenché une tempête internationale. Les voici :

Des employés palestiniens dans les bureaux d'Addameer à Ramallah en Cisjordanie, après que les forces de Tsahal on fait une descente dans 3 ONG palestiniennes, le 11 décembre 2012. (Issam Rimawi/FLASH90)
Des employés palestiniens dans les bureaux d'Addameer à Ramallah en Cisjordanie, après que les forces de Tsahal on fait une descente dans 3 ONG palestiniennes, le 11 décembre 2012. (Issam Rimawi/FLASH90)

La semaine dernière, le ministre de la Défense Benny Gantz a déclaré que six organisations de défense des droits des Palestiniens sont des groupes terroristes, déclenchant une forte réaction internationale.

Les autorités israéliennes ont cherché à réprimer de nombreux groupes dans le passé et ont allégué qu’ils avaient des liens avec le Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), un groupe engagé dans une lutte violente contre Israël. Les militants et les politiciens palestiniens ont à leur tour accusé Israël de chercher à faire taire ses détracteurs.

Le FPLP est d’abord devenu célèbre pour ses détournements d’avions répétés dans les années 1970. Le groupe terroriste a également mené des attaques armées contre des Israéliens pendant la deuxième Intifada et a été impliqué dans le meurtre en 2014 de cinq fidèles israéliens dans une synagogue de Jérusalem et d’un officier de police qui a répondu à l’attaque terroriste.

Certains des hauts responsables des six organisations auraient eu des liens avec le FPLP dans le passé. Mais Israël affirme désormais que les groupes eux-mêmes ne sont que des façades pour canaliser le financement vers le groupe terroriste – bien que les autorités n’aient fourni publiquement aucune preuve soutenant ces affirmations.

Les six groupes en question comprennent certaines des institutions les plus connues et les plus respectées au niveau international de la société civile palestinienne. Tous reçoivent des fonds des pays européens, de l’Union européenne et d’autres donateurs internationaux.

Même les États-Unis, normalement un fidèle allié, ont critiqué la décision d’Israël. Le porte-parole du département d’État américain, Ned Price, a déclaré que Washington demanderait des éclaircissements à Israël sur les preuves à l’appui des accusations.

Israël a néanmoins maintenu ses revendications, bien que des responsables aient déclaré que les principales preuves liant le FPLP aux groupes étaient classifiées pour des raisons de sécurité. Les États-Unis, l’Union européenne, Israël et d’autres pays occidentaux considèrent le FPLP comme un groupe terroriste.

Lors d’un briefing anonyme aux journalistes dimanche soir, les autorités israéliennes ont répété que les preuves secrètes étaient « irréprochables ».

Mais les conséquences continuent de se répercuter. Jeudi soir, les législateurs américains progressistes ont proposé un projet de loi qui censurerait officiellement Israël pour cette décision.

Al-Haq

Fondé en 1979, Al-Haq est l’un des plus anciens groupes de défense des droits des Palestiniens opérant en Cisjordanie. L’organisation répertorie les violations présumées des droits de l’homme contre les Palestiniens, et le directeur Shawan Jabarin a remporté plusieurs prix récompensant le travail du groupe.

Au cours des dernières années, Al-Haq a publié des rapports et des prises de position sur des questions aussi diverses que la torture dans les prisons de l’Autorité palestinienne, les lois de l’AP limitant l’activité de la société civile, les démolitions israéliennes de maisons et d’infrastructures palestiniennes et les tirs sur des Palestiniens par les forces israéliennes.

Plus controversé, Al-Haq s’est efforcé de soumettre des dossiers à la Cour pénale internationale dans le cadre de l’enquête en cours sur les crimes de guerre présumés commis en Israël, en Cisjordanie et à Gaza depuis 2014. Le gouvernement israélien a fermement condamné l’enquête, tandis que les Palestiniens l’ont saluée et l’ont même encouragée.

Le directeur d’Al-Haq, Shawan Jabarin fait lui-même objet de controverse. Les tribunaux israéliens ont condamné Jabarin dans le passé pour être un membre présumé du FPLP, et le service de sécurité du Shin Bet l’a placé à plusieurs reprises sous une interdiction de voyager dans le passé.

Jabarin continue de nier les allégations, y compris lors d’un appel téléphonique avec le Times of Israël vendredi.

« Ils peuvent peut-être nous faire fermer. Ils peuvent saisir notre financement. Ils peuvent nous arrêter. Mais ils ne peuvent pas arrêter notre conviction ferme et inébranlable que l’occupation doit être tenue responsable de ses crimes », a déclaré Jabarin.

Shawan Jabarin, directeur du groupe de défense des droits de l’homme al-Haq, dans les bureaux de l’organisation à Ramallah, en Cisjordanie, le 23 octobre 2021. (AP Photo/Majdi Mohammed)

L’organisation a critiqué non seulement Israël, mais aussi l’Autorité palestinienne. Jabarin et d’autres ont appelé à une enquête transparente sur le meurtre de Nizar Banat,un militant anti-AP décédé sous la garde des forces de sécurité de Ramallah en juin. Il aurait été battu à mort par les forces de l’AP après un raid sur sa cachette à Hébron fin juin.

« C’était une décision politique, pas une décision de sécurité. Je défie Israël, du ministre de la Défense au chef du Shin Bet en passant par n’importe quel responsable, de prouver tout ce qu’ils disent sur al-Haq », a ajouté Jabareen.

Voici les cinq autres organisations palestiniennes déclarées groupes terroristes par Gantz.

Addameer

Addameer, créé en 1991, représente les prisonniers de sécurité palestiniens devant les tribunaux militaires israéliens. Le nom du groupe signifie littéralement « conscience » en arabe.

Addameer s’efforce également d’assurer l’accès de ses clients aux soins médicaux, aux visites familiales et d’améliorer leurs conditions pendant leur incarcération.

Le groupe est officiellement non partisan et indépendant, bien que beaucoup de ceux qu’il défend aient été accusés d’être liés au FPLP. L’ancienne directrice de l’organisation, Khalida Jarrar, est également un éminent responsable du FPLP et une législatrice du parlement palestinien, qui n’est plus fonctionnel.

Les employés de l’organisation ont également parfois fait face à des accusations devant les tribunaux israéliens eux-mêmes. Sahar Francis, directrice d’Addameer, a elle-même été accusée de collusion avec un prisonnier en 2002 et risquait une peine de six ans d’emprisonnement. Elle a finalement été acquittée.

Un haut responsable de l’organisation, Ayman Nasser, est détenu par Israël depuis septembre 2018.

« Cette décision est dangereuse non seulement pour nous. Nous vivons tous sous le régime israélien. Les lois qu’ils utilisent contre les Palestiniens – ils les utiliseront contre tout le monde », a déclaré Francis lors d’une réunion avec des groupes israéliens de défense des droits de l’homme mercredi.

Francis a refusé de commenter davantage, disant au Times of Israel qu’elle ne parlait pas avec les médias israéliens.

L’Union des comités de travail agricole

Organisation agricole palestinienne à but non lucratif fondée en 1986, l’Union des comités de travail agricole mène des projets pour le compte de dizaines de milliers d’agriculteurs palestiniens.

L’organisation aide les agriculteurs à développer leurs terres, à mettre en place des infrastructures agricoles, à fournir de l’eau et à résoudre d’autres problèmes connexes. Selon le directeur Fuad Abu Seif, quelque 25 000 familles palestiniennes bénéficient du travail du groupe.

Abu Seif, ingénieur agronome d’une famille d’agriculteurs, travaille à l’organisation depuis 37 ans. « J’ai été surpris d’entendre la décision, car c’est une décision imprudente et mal pensée », a déclaré Abu Seif lors d’un appel téléphonique.

Des agriculteurs palestiniens portant des masques pour empêcher la propagation du COVID-19 et préparent des fraises pour l’exportation dans une installation d’emballage de la ville de Beit Lahia, dans le nord de la bande de Gaza, le 15 décembre 2020. (Crédit : Mohammed Abed / AFP)

Bon nombre des initiatives de l’organisation se trouvent dans des zones de Cisjordanie classées dans la « zone C ». Les accords d’Oslo, une série d’accords bilatéraux entre Israël et l’Autorité palestinienne, ont divisé la Cisjordanie en différentes zones : dans la zone C, Israël a un contrôle civil et sécuritaire total.

« Nous travaillons à améliorer l’utilisation par les gens de leurs ressources dans la zone C – où se trouve la grande majorité de notre agriculture – leurs terres, leur eau, etc. », a déclaré Abu Seif.

Mais dans une Cisjordanie hautement politisée, où les Israéliens et les Palestiniens considèrent la zone C largement vacante comme un champ de bataille important pour établir des faits sur le terrain, tout travail là-bas est loin d’être politiquement neutre.

L’UAWC a également critiqué l’Autorité palestinienne, bien qu’Abu Seif ait attesté qu’une récente réunion entre l’organisation interdite et le président de l’AP Mahmoud Abbas s’était bien déroulée.

Mais l’UAWC a également été accusée à plusieurs reprises par des organismes de surveillance israéliens, tels que NGO Monitor, d’avoir des liens avec le FPLP. Une étude menée par l’Aide et le Développement international des États-Unis à partir de 1993 les a également identifiés comme « un bras agricole » du FPLP.

L’affaire récente la plus préoccupante pour les observateurs a été l’inculpation de deux employés de l’UAWC, Abd al-Raziq Farraj et Samir Arbeed, pour leur implication dans une attaque terroriste en 2019 qui a tué l’adolescente israélienne Rina Shnerb.

Shnerb, 17 ans, faisait de la randonnée en Cisjordanie lorsqu’elle a été tuée par une bombe en bordure de route. Israël a blâmé le FPLP pour l’attaque et a commencé une répression massive contre le groupe terroriste en Cisjordanie.

Les forces de sécurité israéliennes ont arrêté Farraj et Arbeed et ils ont ensuite été inculpés pour leur implication présumée dans l’attaque. Les procureurs les ont décrits comme des terroristes de la branche armée du FPLP.

Les Pays-Bas ont suspendu le financement de l’UAWC après l’annonce de la nouvelle afin de mener une enquête interne sur les liens du groupe avec le FPLP.

Mais Abu Seif a affirmé que les actions présumées des deux employés ne sont pas représentatives des centaines de personnes qui travaillent dans l’organisation.

« Nous parlons de deux personnes au milieu de centaines d’employés et de milliers de familles. Quel genre de stupidité ridicule nous entraînerait vers le bas avec une telle opération ? », a déclaré Abu Seif.

« Nous n’avons aucune affiliation factionnelle, religieuse ou sectaire. Nous ne croyons tout simplement pas à ce genre de liens. Nous faisons partie de la société civile », a insisté Abu Seif.

Défense des enfants International — Palestine

Defense for Children International – Palestine défend les droits des enfants palestiniens. Fondée en 1979, elle est la branche locale de l’organisation internationale à but non lucratif Defense for Children.

Lorsqu’il y a des incidents violents en Cisjordanie ou à Gaza qui entraînent la mort d’enfants palestiniens, DCI-P enquête souvent et publie des rapports. Le groupe fait également pression au nom des mineurs palestiniens détenus dans les prisons israéliennes.

Alors que la plupart de leurs activités consistent à critiquer le régime militaire israélien, DCI-P a également publié des rapports accusant les groupes armés palestiniens d’avoir tué des enfants palestiniens.

Le 11 mai, alors que le Hamas tirait des centaines de roquettes sur des villes israéliennes et qu’Israël bombardait la bande de Gaza, huit Palestiniens ont été tués à Beit Hanoun, dont deux enfants. Alors que le Hamas a d’abord blâmé les frappes aériennes israéliennes, DCI-P a pointé du doigt une roquette ratée par des groupes armés palestiniens.

Des pleureuses palestiniennes portent le corps de Hussain Hamad, 11 ans, lors de ses funérailles à Beit Hanoun, dans le nord de la bande de Gaza, le 11 mai 2021. (Atia Mohammed/Flash90)

Bien avant l’annonce de Gantz samedi dernier, NGO Monitor avait publié des rapports accusant l’organisation d’avoir des liens avec le FPLP. Selon l’organisme de surveillance, certains membres du personnel étaient membres du FPLP, tandis que d’autres ont pris la parole lors d’événements du FPLP.

Jabarin, le directeur d’Al-Haq, a également siégé au conseil d’administration de DCI-P pendant plusieurs années. NGO Monitor a également soulevé des questions sur l’organisation compte tenu de la condamnation de Jabarin devant le tribunal militaire israélien pour appartenance à un groupe terroriste.

Des soldats israéliens ont fait irruption dans les bureaux de l’organisation à Ramallah le 29 juillet, confisquant des documents et du matériel. Un porte-parole de l’armée israélienne a estimé que le raid « faisait partie de la bataille contre le financement du terrorisme, sur la base de renseignements établis et à jour ».

Comme les autres organisations nouvellement classées comme groupes terroristes, DCI-P a fermement nié les accusations portées contre lui par le ministère de la Défense.

« Nous avons connu et supporté le poids de l’augmentation des campagnes de désinformation menées par des acteurs gouvernementaux israéliens et des acteurs privés qui ciblent nos donateurs institutionnels, nos partenaires, notre conseil d’administration et notre personnel », a déclaré DCI-P dans un communiqué.

« Nous rejetons la récente désignation par le gouvernement israélien de DCI-P comme une ‘organisation terroriste’, car il s’agit d’une autre action injuste des autorités israéliennes visant à criminaliser et à éliminer notre travail légal en matière de droits humains et de protection de l’enfance », a ajouté l’organisation à but non lucratif.

Centre Bisan pour la recherche et le développement

Le centre Bisan est un petit groupe de réflexion palestinien de gauche et une organisation à but non lucratif qui mène des recherches et des initiatives culturelles en Cisjordanie et à Gaza. Elle aussi a été accusée d’être liée au FPLP – y compris certaines condamnations par des tribunaux militaires israéliens.

Le directeur de Bisan, l’Américain d’origine palestinienne Ubai al-Aboudi, a été arrêté par Israël en novembre 2019. En juin 2020, Al-Aboudi a été condamné à un an de prison pour appartenance au FPLP après avoir accepté une négociation de plaidoyer.

« Bisan travaille avec des organisations de jeunesse, des institutions féministes et [des organisations communautaires] dans les zones marginalisées et rurales de toute la Palestine pour soutenir leur lutte pour faire progresser leurs droits socio-économiques », indique l’organisation dans son énoncé de mission.

L’organisation a également critiqué l’Autorité palestinienne, en particulier après la mort récente de Banat, l’éminent militant anti-AP.

Al-Aboudi a de nouveau été arrêté lors de manifestations qui ont éclaté après la mort de Banat. Cette fois, cependant, c’est l’AP, et non Israël, qui l’a accusé de participer à un rassemblement illégal.

Itiraf al-Rimawi, l’ancien directeur de l’organisation, a été condamné en 2019 pour son implication dans l’aile étudiante du FPLP. Al-Rimawi avait déjà quitté l’organisation au moment de son arrestation.

« L’accusé a collecté de l’argent, transféré des fonds, dirigé des comités, formé des comités et enrôlé des militants », a écrit un jugement militaire israélien dans la condamnation d’al-Rimawi.

Bisan a nié qu’il s’agissait d’une façade pour le FPLP, malgré les allégations contre certains de ses membres.

« Comment toute une organisation peut-elle être responsable des actes qu’une personne aurait commis en dehors du travail ? Si une personne travaille pour une banque aux États-Unis et enfreint la loi, fermez-vous alors la banque? Al-Aboudi a demandé à Local Call plus tôt cette semaine.

L’Union des comités des femmes palestiniennes 

L’Union des comités de femmes palestiniennes (UPWC) a été fondée en 1980. L’organisation offre une formation aux femmes qui veulent participer à la politique, ainsi qu’un soutien juridique et psychologique.

« L’Union vise à améliorer le statut des femmes palestiniennes et à leur donner les moyens d’assurer une véritable égalité entre les hommes et les femmes et la justice sociale pour tous les segments de la société », indique le site Web de l’organisation.

Selon NGO Monitor, le groupe a reçu des fonds de la Norvège, de l’Espagne et de la Commission européenne, entre autres.

La relation entre certains membres du personnel de l’UPWC et le FPLP repose sur des bases plus solides que dans d’autres cas. Le vice-président de l’organisation, Suheir Khadr, est un membre publiquement déclaré du Comité central du FPLP, un organe décisionnel de haut niveau du groupe terroriste.

Le chef de l’UPWC, Khitam Safin, a été arrêté par Israël en 2020. Elle a d’abord été arrêtée et détenue sans inculpation pendant six mois avant d’être accusée d’appartenance au FPLP en mai.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...