Raid militaire dans un camp de réfugié palestinien où un soldat a été tué
Rechercher

Raid militaire dans un camp de réfugié palestinien où un soldat a été tué

Des affrontements auraient eu lieu entre les soldats et les habitants d'al-Amari, après la mort d'un soldat tué par une plaque de marbre lancée pendant une opération d'arrestation

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Un grand nombre de soldats israéliens sont entrés lundi dans le camp de réfugiés d’al-Amari, à proximité de Ramallah , en Cisjordanie, cherchant apparemment l’attaquant qui a mortellement blessé un militaire israélien la semaine dernière en lui jetant une plaque de marbre sur la tête, ont fait savoir les médias en hébreu.

Des informations palestiniennes ont fait état d’affrontements en cours entre les soldats effectuant des fouilles dans les habitations et les résidents locaux.

Plusieurs Palestiniens ont été légèrement blessés, les soldats ayant eu recours à des balles en caoutchouc contre les émeutiers qui ont répliqué à l’aide de pierres et de cocktails Molotov, ont fait savoir les médias. Il n’y a pas eu de blessés parmi les forces de sécurité israéliennes.

Les soldats auraient été à la recherche du meurtrier de Ronen Lubarsky, 20 ans, qui appartenait à une unité d’élite de l’armée israélienne et qui a été blessé jeudi en recevant une plaque de marbre sur la tête au cours d’une opération d’arrestation de terroristes présumés à al-Amari.

L’armée israélienne n’a pas fait de commentaires.

Des images partagées lundi sur les réseaux sociaux ont montré des véhicules de l’armée israélienne dans le camp.

Selon des sources palestiniennes, sept personnes ont été arrêtées.

La chaîne Hadashot a noté que l’armée entourait un bâtiment dans lequel se cacherait l’homme qui a jeté la plaque de marbre.

La lourde plaque de marbre avait été jeté du toit d’un immeuble de trois étages sur un groupe de soldats lors d’une opération d’arrestation dans le camp de réfugiés, aux premières heures de la matinée de jeudi, avait fait savoir l’armée. L’agresseur n’avait pas été identifié et était parvenu à s’échapper, selon les militaires.

Lubarsky avait été hospitalisé dans un état critique à l’hôpital Hadassah Ein Kerem dans une unité de soins intensifs. Il était mort samedi et il a été inhumé dimanche matin au cimetière militaire du mont Herzl de Jérusalem. L’armée l’a promu au grade de sergent à titre posthume.

Ronen Lubarsky, soldat de l’armée israélienne de l’unité Duvdevan décédé le 26 mai 2018 après avoir été grièvement blessé par un bloc de marbre reçu à la tête deux jours auparavant (Autorisation)

Jeudi, l’armée israélienne avait révélé que les soldats étaient en mission pour arrêter les membres d’une cellule terroriste qui avait commis des attentats à l’arme à feu. Un membre de la cellule avait été épinglé pendant l’opération et deux autres avaient été rattrapés dans l’après-midi de jeudi, a fait savoir l’armée. Le raid avait eu lieu grâce à des renseignements obtenus en coordination avec l’agence de sécurité du Shin Bet.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...