Réduction de moitié des centrales à gaz, et davantage d’énergies renouvelables
Rechercher

Réduction de moitié des centrales à gaz, et davantage d’énergies renouvelables

Le ministère de l'Energie, salué par les écologistes, estime que la technologie lui permettra d'atteindre 30 % d'énergies renouvelables d'ici 2030, mais aura toujours besoin du gaz

Lignes électriques à proximité du Moshav Bnei Reem dans le centre d'Israël, le 26 avril 2010. (Nati Shohat/Flash90)
Lignes électriques à proximité du Moshav Bnei Reem dans le centre d'Israël, le 26 avril 2010. (Nati Shohat/Flash90)

Dimanche, le ministère de l’Energie a demandé au Conseil national de la planification et de la construction de réduire de plus de moitié ses projets de nouvelles centrales électriques au gaz, ce qui a été salué par le ministère de la Protection de l’environnement et les militants de la société civile en faveur d’une plus grande utilisation des énergies renouvelables.

Le ministère a demandé aux planificateurs de rayer quatre projets en cours de conception, avec une production combinée de 4 860 mégawatts (MW).

Le ministre de l’Energie, Yuval Steinitz, a déclaré que ces questions pourraient être retirées de l’ordre du jour, car grâce aux progrès technologiques, Israël est maintenant en mesure d’augmenter ses objectifs en matière d’énergie renouvelable, principalement via l’énergie solaire.

Avec des plans visant à ajouter plus de 12 000 MW de capacité provenant de sources renouvelables au système énergétique – plus 2 200 MW de stockage – d’ici 2030, les planificateurs doivent s’assurer que 4 000 MW peuvent potentiellement être mis à disposition via de nouvelles centrales électriques au gaz, avec l’objectif que seulement 1 400 MW seront réellement nécessaires, a déclaré le ministère.

Le ministre de l’Energie Yuval Steinitz à la commission de l’Intérieur et de la Protection de l’environnement de la Knesset, le 22 juillet 2020. (Adina Velman, porte-parole de la Knesset)

En juin, Steinitz a augmenté les objectifs concernant le pourcentage de l’électricité israélienne qui doit être produite à partir de sources renouvelables de 17 % à 30 % d’ici la fin de la décennie, les 70 % restants devant provenir du gaz naturel.

Les quatre centrales qui devraient être retirées de la liste sont Mevoot Gilboa (Gilboa Foothills) au sud de la ville d’Afula, au nord, Sagi 2000, à l’ouest d’Afula, Zvaim près de Beit Shean, dans le nord de la vallée du Jourdain, et Hartuv dans la région de Beit Shemesh, au nord-ouest de Jérusalem.

Le ministère a également l’intention de geler la planification de nouvelles centrales pour les zones qui ne sont pas encore zonées de manière appropriée et donnera la préférence aux nouvelles centrales qui seront construites à proximité des infrastructures existantes.

Plusieurs projets de centrales au gaz sont toujours en cours, dont une extension de la centrale de Dalia à l’est de Kiryat Malachi dans le sud et la centrale de Sorek, à 40 minutes de route au sud de Tel Aviv, qui ont tous deux été approuvés par les autorités de planification, avec une puissance totale prévue de 1 525 MW.

Les autorités locales et les résidents mènent une bataille contre les plans de la centrale électrique privée de Kesem près de Rosh HaAyin dans le centre d’Israël, craignant qu’elle ne provoque une pollution atmosphérique et ne contamine l’important aquifère de Yarkon-Taninim (ou montagne occidentale), qui fournit 30 % de l’eau potable du pays.

Udi Adiri, directeur-général du ministère israélien de l’Energie. (Capture d’écran : YouTube)

Lors d’une vidéoconférence dimanche, le directeur général du ministère de l’Energie, Udi Adiri, a déclaré aux journalistes que s’il s’avérait possible de produire plus de 30 % de l’électricité à partir de sources durables, lui et le ministre de l’Energie le soutiendraient.

Adiri a déclaré que même si des centrales électriques au gaz étaient construites et pouvaient fournir l’énergie nécessaire par elles-mêmes, elles ne seraient pas utilisées si les sources renouvelables étaient capables de répondre à la demande.

A titre de comparaison, il a fait remarquer que les usines à charbon avaient reçu l’ordre d’installer des filtres sur leurs cheminées à des coûts exorbitants, mais que lorsque le gaz naturel est entré en service, Steinitz n’a pas hésité à fermer toutes les centrales à charbon d’ici 2025.

Le littoral de Hadera, avec la centrale électrique d’Orot Rabin, en grande partie alimentée au charbon, le 16 avril 2013. (Flash90)

Adiri a déclaré qu’en tout état de cause, les centrales solaires seront une priorité absolue, car elles ont des coûts d’exploitation très faibles. Lorsqu’elles ne peuvent pas produire, l’électricité est produite par de nouvelles centrales à gaz, plus efficaces et moins polluantes que les anciennes. Les anciennes centrales, telles que la centrale Eshkol à Ashdod sur la côte sud, Gezer près de Ramle au centre, et Tsafit, au sud-est de Tel Aviv, ne seront utilisées que comme troisième option. « C’est comme ça que le marché fonctionne », a déclaré Adiri.

Mais il reste encore de nombreux obstacles sur la voie des énergies renouvelables, notamment les objections du public aux parcs éoliens et aux panneaux solaires sur des éléments tels que les lacs et les réservoirs d’eau douce.

La ministre de la Protection de l’environnement, Gila Gamliel, qui s’est battue pour stopper la construction de toute nouvelle centrale électrique basée sur les combustibles fossiles au motif qu’elles sont plus polluantes et plus coûteuses que les énergies renouvelables, a néanmoins salué cette initiative. Mme Gamliel a déclaré que la construction de moins de centrales alimentées au gaz naturel, même si elle n’était pas nulle, signifiait néanmoins que le ministère de l’Energie avait adopté le point de vue de son propre ministère et avait fait un « virage à 180 degrés », ce qui était « mieux vaut tard que jamais ».

Les organisations environnementales à but non lucratif ont également félicité Steinitz pour cette décision, mais comme Gamliel, l’ont pressé d’annuler tous les projets de nouvelles centrales à gaz.

Le ministère de Gamliel a mené ses propres recherches et a conclu qu’Israël pourrait atteindre 47 % d’énergie renouvelable d’ici 2030 sans toucher aux espaces ouverts, principalement en plaçant des panneaux solaires supplémentaires dans les environnements construits existants – tels que les toits des bâtiments des villes israéliennes et les parkings exposés au soleil. Elle a cherché à persuader le ministère de l’Energie de porter l’objectif de 30 % d’énergies renouvelables à 40 %.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...