Israël en guerre - Jour 229

Rechercher

Réunion des ministres des Affaires étrangères israélien, grec et chypriote

Eli Cohen a exhorté ses homologues à inscrire le corps des Gardiens de la révolution islamique sur la liste terroriste de l'UE; la Grèce a déjoué un complot antijuif de Téhéran

Le ministre des Affaires étrangères  Eli Cohen, à droite, rencontre son homologue chypriote, Konstantinos Kombos, au centre et son homologue grec, Nikos Dendias, à gauche, à Nicosia, à Chypre, le 31 mars 2023. (Crédit : Israeli Embassy in Cyprus via The Foreign Ministry site)
Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen, à droite, rencontre son homologue chypriote, Konstantinos Kombos, au centre et son homologue grec, Nikos Dendias, à gauche, à Nicosia, à Chypre, le 31 mars 2023. (Crédit : Israeli Embassy in Cyprus via The Foreign Ministry site)

Le ministre des Affaires étrangères, Eli Cohen, a rencontré ses homologues grec et chypriote vendredi à Nicosia, la capitale de Chypre, à l’occasion de discussions trilatérales sur la situation internationale et régionale, avec notamment au menu de ces entretiens la guerre russe en Ukraine et la menace croissante des activités terroristes iraniennes sur le sol européen. Une rencontre survenue seulement trois jours après que la Grèce, avec l’aide du Mossad, a déjoué un complot iranien présumé visant à attaquer des cibles juives et israéliennes à Athènes.

Les ministres ont aussi évoqué le renforcement de la coopération internationale dans plusieurs secteurs comme l’énergie, la prise en charge des catastrophes environnementales, la sécurité et le tourisme.

Pendant la réunion, Cohen a vivement recommandé à ses homologues de faire inscrire le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) sur la liste des organisations terroristes au sein de l’Union européenne, particulièrement au vu de l’attaque iranienne qui a été déjouée cette semaine, en Grèce, « contre des cibles israéliennes et juives », selon un compte-rendu de la réunion émis par le ministère des Affaires étrangères.

Le bloc formé de 27 nations a imposé plusieurs séries de sanctions aux officiels et aux organisations iraniennes – s’en prenant notamment à des ministres du gouvernement, à des officiers militaires et à la police des mœurs – pour ses violations aux droits de l’Homme ou pour sa répression brutale des manifestations qui avaient été entraînées à la mi-septembre par la mort brutale de Mahsa Amini alors qu’elle était placée en détention. L’Union européenne n’a néanmoins pas inscrit les Gardiens de la révolution sur sa liste noire du terrorisme – comme l’ont fait les États-Unis et l’Union européenne – malgré l’appel lancé à cette fin par le Parlement européen.

La semaine dernière, les autorités grecques ont arrêté, en collaboration avec le Mossad, deux ressortissants pakistanais, nés en Iran, qui sont soupçonnés d’avoir programmé un attentat contre un centre juif, dans un quartier animé situé au cœur d’Athènes. Le ministre de l’Ordre public grec, Takis Theodorikakos, a fait savoir qu’il était probable que les deux suspects avaient été rémunérés par un Iranien pour commettre cette attaque.

Dans ses discussions, vendredi, avec le ministre des Affaires étrangères de Chypre, le docteur Konstantinos Kombos et avec le ministre grec des Affaires étrangères, Nikos Dendias, Cohen a aussi souligné la présence de drones iraniens en Ukraine, où la Russie a lancé une offensive depuis le mois de février 20222 et où elle utilise les drones kamikazes développés et fabriqués en Iran contre des cibles civiles et militaires, depuis l’automne dernier.

« L’Iran est une menace pour le monde. Le terrorisme iranien nuit au Moyen-Orient, à l’Ukraine, à l’Europe et à d’autres endroits », a dit le ministre, selon le compte-rendu.

Un homme tenant un parapluie passe devant un restaurant juif dont les autorités grecques pensent qu’il a été l’une des cibles d’un projet d’attentat terroriste, dans le centre d’Athènes, le mardi 28 mars 2023. (Crédit : AP Photo/Thanassis Stavrakis)

Selon la Douzième chaîne, Cohen a expliqué à ses homologues que les sanctions et la diplomatie n’arrêteraient pas les agressions iraniennes, ajoutant qu’il fallait opposer à Téhéran une forte menace militaire de dissuasion.

Concernant le programme nucléaire présumé de la république islamique, l’État juif a menacé l’Iran de manière répétée de recourir à l’action militaire contre ce qu’il considère comme une menace existentielle.

« La seule chose qui a jamais arrêté les nations voyous dans leur volonté de développer l’arme atomique, c’est une menace militaire ou un recours à l’action militaire crédibles », avait déclaré le Premier ministre Benjamin Netanyahu lors d’une conférence de sécurité nationale, au mois de février. « Une condition nécessaire – et qui est souvent suffisante – est l’action militaire crédible. Et plus on attendra, plus difficile cela deviendra : et nous avons déjà attendu trop longtemps ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.