Richard Gere : Des cigares « ne sont pas une grosse affaire » si Netanyahu fait la paix
Rechercher

Richard Gere : Des cigares « ne sont pas une grosse affaire » si Netanyahu fait la paix

En Israël pour présenter son nouveau film, la star de Hollywood rappelle que l'ex-Premier ministre Olmert était 'un ami à moi' et compare le Premier ministre actuel et le président Trump en disant : "tout est histoire de marchés à leurs yeux"

Richard Gere lors de la soirée d'ouverture du Festival du film de Miami le 3 mars 2017 à  Miami, en Floride. (Crédit : Gustavo Caballero/Getty Images/AFP)
Richard Gere lors de la soirée d'ouverture du Festival du film de Miami le 3 mars 2017 à Miami, en Floride. (Crédit : Gustavo Caballero/Getty Images/AFP)

La star de cinéma hollywoodienne et militant vétéran en faveur de la paix a évoqué les allégations de corruption pesant sur le Premier ministre Netanyahu, disant à un journaliste israélien lors d’un entretien accordé ce week-end qu’avoir accepté des cigares ne « serait pas une grosse affaire » si le Premier ministre parvenait à finaliser un accord de paix avec les Palestiniens.

En Israël pour la première du film « Norman » de Joseph Cedar, Gere se référait à une enquête de police en cours sur des cadeaux offerts par le producteur Arnon Milchan à la famille Netanyahu qui auraient consisté en cigares et en champagne pour un montant atteignant des centaines de milliers de shekels.

Le Premier ministre nie toute malversation dans cette affaire, surnommée « Affaire 1000″, et rappelle que Milchan est son meilleur ami.

“J’ai fait deux films avec lui [Milchan] et il s’est toujours conduit en honnête homme. Je ne connais pas les détails. Mais une fois encore, c’est quoi le problème avec des… cigares ? » a déclaré Gere samedi sur la Deuxième chaîne. « Si vous traitez avec des gars qui sont engagés dans des choses extraordinaires et qui les réussissent, qui s’inquiète de cigares ? »

Mais a-t-il ajouté, Netanyahu doit « trouver un plan de paix pour que ça se règle comme ça ».

C’est ce qui fera que le reste [les cadeaux] ne compteront pas à mes yeux », a ajouté la star, qui a insisté sur le fait qu’une paix avec les Palestiniens était possible.

Michael Sheen, Lior Ashkenazi et Richard Gere dans le dernier film de Joseph Cedar, "Norman: The Moderate Rise and Tragic Fall of a New York Fixer." (Crédit : Sony Pictures Classics)
Michael Sheen, Lior Ashkenazi et Richard Gere dans le dernier film de Joseph Cedar, « Norman: The Moderate Rise and Tragic Fall of a New York Fixer. » (Crédit : Sony Pictures Classics)

« Vous pouvez réussir si vous en avez la volonté. Je l’ai appris par expérience et par ce que je vois autour de moi, si vous voulez vraiment quelque chose, vous pouvez le réussir », a-t-il indiqué.

Gere, 67 ans, pour son quatrième déplacement en Israël, a également révélé que l’ancien Premier ministre tombé en disgrâce, Ehud Olmert, et qui est actuellement emprisonné pour corruption, était « un ami à moi. Avec tous les défis qu’il avait relevés, je pensais réellement qu’il y avait un espoir dans ce conflit grâce à lui ».

“Si Olmert était allé au bout du processus de paix, qui aurait pu prêter attention à quoi que ce soit qu’il aurait pris – il aurait réussi le processus de paix ! Et c’est la même chose dans la situation que vous connaissez actuellement », a ajouté Gere.

Alors qu’il lui était demandé s’il était naïf, Gere a riposté : « Je suis extrêmement naïf. Je préfère être naïf que cynique ».

Richard Gere rencontre les activistes de  Women Wage Peace à Jérusalem en mars 2017 (Capture d'écran YouTube)
Richard Gere rencontre les activistes de Women Wage Peace à Jérusalem en mars 2017 (Capture d’écran YouTube)

Gere, qui a rencontré des activistes des organisations Breaking the Silence, Women Wage Peace et YaLa Young Leaders au cours de sa visite en Israël a aussi comparé Netanyahu au président américain Donald Trump.

“Trump, Bibi, ces gens ne comprennent pas les choses dans toutes leur complexité. Tout est histoire de marchés à leurs yeux. On ne recherche pas le bien ultime pour le plus grand nombre de gens », a-t-il expliqué.

Ajoutant qu’il ne « devrait probablement pas dire ça – ce n’est pas mon rôle », il a indiqué que Trump « semble ne pas avoir de centre de moralité. C’est un bonimenteur de carnaval. Il fait beaucoup de dégâts à la présidence ».

La vague actuelle d’antisémitisme qui balaie les Etats Unis est « connectée de manière absolue » à l’ascension au pouvoir de Trump », a-t-il accusé.

“La crudité de son langage et sdes idées ont ouvert la boîte de Pandore. Je ne dis pas qu’il a créé la boîte de Pandore, mais il laissait entendre qu’on pouvait dire et faire des choses horribles », a-t-il dit.

“En Amérique, nous vivons un moment très sombre avec un chef très sombre lui aussi. Il y a un sentiment d’acceptation que ce statu-quo terrible va perdurer », a ajouté Gere. « Je continue à chercher de l’espoir, et la possibilité de la lumière ».

Richard Gere joue Norman, un artiste au bord du rouleau dans le nouveau film éponyme de  Joseph Cedar. (Autorisation :  Sony Pictures Classics)
Richard Gere joue Norman, un artiste au bord du rouleau dans le nouveau film éponyme de Joseph Cedar. (Autorisation : Sony Pictures Classics)

La star de blockbusters comme « American Gigolo », « Officier et Gentleman »,” et « Pretty Woman » interprète actuellement le rôle titre de « Norman: The Moderate Rise and Tragic Fall of a New York Fixer » — l’histoire d’un Juif de New York qui octroie des faveurs exorbitantes à un Premier ministre israélien incarné par l’acteur Lior Ashkenazi.

Le film semble faire écho à l’histoire de Morris Talansky, oncle par alliance de Cedar, qui fut au centre d’une affaire majeure de corruption qui s’était soldée par l’incarcération d’Olmert.

Mais à une conférence de presse, jeudi, Cedar a insisté sur le fait que le personnage de Norman n’était pas basé sur Talansky.

Lors d'une conférence de presse le 9 mars suite à la projection de presse du film 'Norman' de Joseph Cedar avec Richard Gere, deuxième à gauche, Joseph Cedar et Lior Ashkenazy (Crédit : Jessica Steinberg/Times of Israel)
Lors d’une conférence de presse le 9 mars suite à la projection de presse du film ‘Norman’ de Joseph Cedar avec Richard Gere, deuxième à gauche, Joseph Cedar et Lior Ashkenazy (Crédit : Jessica Steinberg/Times of Israel)

Talansky et Olmert étaient de vieux amis, et l’homme d’affaires américain avait donné au Premier ministre des « enveloppes bourrées de liquidités » à des occasions variées. Une condamnation à huit mois de prison avait été due à cette affaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...