Sacha Baron Cohen incarnera Abbie Hoffman
Rechercher

Sacha Baron Cohen incarnera Abbie Hoffman

Le portrait de l'activiste anti-guerre dans "The Trial of the Chicago 7" semble opportun et familier - même s'il dépeint des événements d'il y a plus de 50 ans

Sacha Baron Cohen, (à droite), dans le rôle d'Abbie Hoffman dans "The Trial of the Chicago 7". (Niko Tavernise/Netflix via JTA)
Sacha Baron Cohen, (à droite), dans le rôle d'Abbie Hoffman dans "The Trial of the Chicago 7". (Niko Tavernise/Netflix via JTA)

JTA – Le moment ne pouvait pas être plus opportun pour le nouveau film d’Aaron Sorkin, « The Trial of the Chicago 7 ».

Le film du créateur juif de la série « West Wing », qui sera diffusé sur Netflix le 16 octobre, traite du militant anti-guerre juif Abbie Hoffman, qui a été jugé avec six autres personnes pour conspiration et incitation à l’émeute pour leur rôle dans les manifestations de 1968 à la Convention nationale démocrate.

Hoffman est interprété par l’acteur juif Sacha Baron Cohen. C’est son deuxième rôle dramatique pour l’opérateur de streaming après avoir joué l’espion israélien Eli Cohen dans l’excellente mini-série « The Spy » de 2018.

La première bande-annonce du film a été présentée en avant-première cette semaine, et beaucoup de choses semblent si opportunes et familières – même si elles décrivent des événements d’il y a plus de 50 ans.

Les scènes de manifestations anti-guerre, qui ont conduit à une violente confrontation entre les manifestants yippies et les forces de l’ordre, y compris la police et la Garde nationale, sont particulièrement familières. « Le monde entier regarde », entend-on la foule scander. Une pancarte avec les poings du Black Power sur laquelle on peut lire « Une attaque contre l’un d’entre nous est une attaque contre nous tous » semble pouvoir provenir de l’une des manifestations de Black Lives Matter de ces derniers mois.

Voir la peur et la détermination des manifestants face à des gardes armés est aussi incroyablement actuel. En fait, cela vous fait réaliser à quel point les choses ont peu changé au cours du dernier demi-siècle – à part les coiffures et les tenues, bien sûr, et le fait que personne ne porte de masque.

Avec sa crinière bouclée et indisciplinée et sa voix traînante de la côte Est, Cohen est parfait dans le rôle d’Hoffman. Après tout, l’acteur est connu pour sa satire immersive et exagérée et pour ses grands shows, et Hoffman était connu pour son style théâtral, ses méthodes comiques et son activisme anti-guerre.

Le dernier projet de Cohen, « Who Is America » de Showtime, était une tentative de se moquer et de mettre en lumière les injustices et l’hypocrisie des politiciens américains. Comme le père juif de trois enfants l’a déclaré à l’Anti-Defamation League (ADL) l’année dernière, sa vie et son travail ont toujours été influencés par l’activisme.

« En tant qu’étudiant de premier cycle, j’ai voyagé à travers l’Amérique et j’ai écrit ma thèse sur le mouvement des droits civils, avec l’aide des archives de l’ADL », a-t-il déclaré aux participants du sommet « 2019 Never Is Now Summit on Anti-Semitism and Hate » de l’ADL. « Et en tant que comédien, j’ai essayé d’utiliser mes personnages pour amener les gens à baisser leur garde et à révéler ce qu’ils croient réellement, y compris leurs propres préjugés ».

Ces derniers temps, Cohen recommence à utiliser sa propre voix au service de son militantisme. (« C’est la première fois que je me suis levé et que j’ai fait un discours en tant que Sacha Baron Cohen, mon personnage le moins populaire », avait-il déclaré à la foule de l’ADL l’année dernière). Il brandit des critiques cinglantes (parfois même chargées d’analogies avec le nazisme) des sites de médias sociaux comme Facebook et Twitter pour leur rôle dans la diffusion de la désinformation, la fomentation de la haine et des conflits dans ce pays et à l’étranger. Dans son discours à l’ADL, il a qualifié YouTube, Google, Facebook et Twitter de « la plus grande machine de propagande de l’histoire ».

Il est donc logique qu’il ait été choisi par Sorkin pour jouer Hoffman, l’un des militants anti-guerre les plus connus (et les plus controversés) de l’histoire des États-Unis. C’est vrai même si Cohen insiste (en plaisantant) sur Twitter pour dire que c’était une erreur :

En tant que militant anti-guerre tristement célèbre, Hoffman a souvent eu des problèmes avec la loi et a passé sept ans à se cacher pour échapper aux autorités. Il était également profondément juif. Dans de nombreuses interviews en ligne fascinantes, vous pouvez entendre Hoffman parler de la façon dont il a chanté « hum hum » au lieu de « Jésus » dans des chants de Noël alors qu’il fréquentait le prestigieux internat de la Worcester Academy dans le Massachusetts. (« Ils venaient juste de commencer à laisser entrer les Juifs », dit-il).

Mais peut-être que la meilleure vidéo juive de Hoffman le montre en train de faire du gefilte fish et de raconter une histoire sur la façon dont il a préparé cette spécialité juive pour le légendaire auteur et pédiatre Dr Benjamin Spock :

Le gefilte fish sera-t-il présent dans une scène du « Trial of the Chicago 7 » ?

Nous ne le savons pas encore – mais on peut l’espérer.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...