Sanders : Trump est un « menteur pathologique » avec des ambitions autoritaristes
Rechercher
'Le désespoir n'est absolument pas une option'

Sanders : Trump est un « menteur pathologique » avec des ambitions autoritaristes

L’ancien candidat démocrate a déclaré que le président érode sciemment la démocratie américaine pour mener le pays vers une dictature

Bernie Sanders pendant un rassemblement à Dearborn, Michigan, le 7 mars 2016. (Crédit : Geoff Robins/AFP)
Bernie Sanders pendant un rassemblement à Dearborn, Michigan, le 7 mars 2016. (Crédit : Geoff Robins/AFP)

Le sénateur du Vermont et ancien candidat démocrate Bernie Sanders a été très critique du président Donald Trump, qu’il a décrit comme un « menteur pathologique » qui érode sciemment la démocratie américaine pour asseoir ses propres ambitions autoritaristes.

Dans une interview accordée au journal The Guardian, Sanders a affirmé que l’approche « sans précédent » que Trump a du leadership est une manœuvre calculée pour cimenter son pouvoir.

« Nous avons un président qui est un menteur pathologique. Trump ment tout le temps », a-t-il déclaré au quotidien britannique depuis son bureau de Washington DC.

« Trump ment tout le temps et je pense que ce n’est pas un accident. Il y a une raison à cela. Il ment pour saboter les fondamentaux de la démocratie américaine. »

Sanders a affirmé que l’hostilité manifeste de Trump pour les médias conventionnels, ses accusations infondées de fraude lors des élections et la dé-légitimation du système juridique s’inscrivent dans une stratégie plus importante pour mener les États-Unis vers l’autoritarisme.

Le président américain Donald Trump, à la Maison Blanche, le 15 février 2017. (Crédit : Saul Loeb/AFP)
Le président américain Donald Trump, à la Maison Blanche, le 15 février 2017. (Crédit : Saul Loeb/AFP)

Sanders a ajouté que les attaques du président, sont vouées à mener les citoyens américains vers une seule et unique conclusion, « que la seule personne en Amérique qui se lève pour le peuple américain, qui dit la vérité, qui a raison, c’est le président des États-Unis, Donald Trump. C’est du jamais vu dans l’histoire de l’Amérique. »

« Ce qu’il veut, c’est finir comme le dirigeant d’une nation qu’il aura fait évoluer vers l’autoritarisme ; où le président des États-Unis a des pouvoirs extraordinaires, bien plus que ceux que la constitution prévoit », a poursuivi Sanders.

Le sénateur du Vermont, qui a été battu par Hillary Clinton aux primaires démocrates, a déclaré que son parti était responsable de l’ascension du « faux milliardaire », depuis la téléréalité jusqu’au bureau ovale, parce qu’il a ignoré la classe ouvrière et la classe moyenne américaine, en faveur de l’élite aisée.

« Ces 30 ou 40 dernières années, le parti démocrate s’est transformé. D’un parti de la classe ouvrière, de travailleurs blancs, de travailleurs noirs, de travailleurs immigrés, il est devenu un un parti contrôlé par une élite libérale qui s’est éloignée des besoins des familles travailleuses de ce pays. »

Mais Sanders, chef de file du mouvement anti-Trump, a déclaré qu’il trouvait encourageant de voir la forte participation des Américains aux récents rassemblements de protestation contre l’abrogation proposée par Trump de l’Obamacare.

« Quand les républicains craignent littéralement de tenir des réunions publiques – certains disent : ‘Oh mon Dieu, nous avons peur des problèmes de sécurité !’- je me dis qu’ils savent que le peuple américain est prêt à se lever et à se battre », a affirmé Sanders.

« La seule façon de vaincre cette tendance est la résistance massive, et nous le voyons clairement en ce moment », a-t-il ajouté.

Sanders a exhorté les Américains à résister à l’administration Trump, disant que le défi contre la menace de l’autoritarisme était la seule forme efficace de résistance.

« Comprenez que ce sont des moments très difficiles et effrayants. Mais comprenez aussi qu’en temps de crise, ce qui s’est passé, maintes et maintes fois, c’est que les gens se sont dressés et ont combattu. Donc, le désespoir n’est absolument pas une option. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...