Israël en guerre - Jour 201

Rechercher
Les victimes du 7 octobre

Sgt. Maj. Denis Belenky, 47 ans : Un officier de police au courage inébranlable

Tué au combat contre le Hamas, au commissariat de Sderot, le 7 octobre 2023

Le sergent-major Denis Belenky, tué en combattant le Hamas au commissariat de Sderot le 7 octobre 2023. (Crédit : Autorisation)
Le sergent-major Denis Belenky, tué en combattant le Hamas au commissariat de Sderot le 7 octobre 2023. (Crédit : Autorisation)

Le sergent-major Denis Belenky, 47 ans, originaire d’Ofakim, a été tué en défendant le poste de police de Sderot contre les terroristes palestiniens du Hamas le 7 octobre.

Il laisse derrière lui son père, Alexander, son épouse, Olga, et leurs trois enfants.

Denis est né à Kaliningrad, dans l’ex-Union soviétique, selon une description figurant sur le site web de la municipalité d’Ofakim. Il a eu une enfance heureuse et, après le divorce de ses parents, Denis est parti en Israël avec la famille de son père. Ils se sont installés à Beer Sheva, où il a terminé ses études secondaires et s’est engagé dans l’armée israélienne. Après son service militaire, il a travaillé dans la sécurité dans la Vieille Ville de Jérusalem.

Il a commencé sa carrière de policier à l’âge de 26 ans, en servant dans l’unité de patrouille spéciale Yasam à Hébron. Il s’est avéré être un excellent tireur et a finalement servi comme instructeur de tir.

En 2007, il a épousé Olga et a élevé sa fille, Nestia, comme si c’était la sienne. La famille a vécu à Maale Adumim pendant un certain temps, puis a déménagé à Beer Sheva, où ils ont eu deux autres enfants, Polina et Daniel.

Lorsqu’ils ont déménagé à nouveau à Ofakim, Denis a accepté un poste de policier dans la ville voisine de Sderot.

Selon le site internet de la municipalité d’Ofakim, Belenky terminait son service de nuit le 7 octobre au matin. Il s’est précipité vers le commissariat et s’est battu vaillamment pour le défendre, mais lui et ses collègues policiers ont finalement été dépassés par le nombre de terroristes du Hamas et par les armes dont ils disposaient.

Le chanteur Harel Moyal, qui a servi avec Denis à Hébron, a déclaré que son sourire illuminait la pièce. « Il avait un cœur de lion », a déclaré Moyal, ajoutant qu’il se battait également comme un lion, abattant plusieurs terroristes avant que le poste de police ne soit pris d’assaut.

שיר באהבה – הראל מויאל

הראל מויאל נפרד מחברו לשירות דניס בלנקי ז"ל, שנפל בקרב על תחנת המשטרה בשדרות

Posted by ‎קשת 12‎ on Sunday, October 15, 2023

Denis a été enterré le 9 octobre au cimetière d’Ofakim.

Ses amis ont décrit Denis comme ayant un sourire perpétuel et comme un membre actif de la communauté où qu’il se trouve. Ceux qui ont travaillé avec lui ont admiré son dévouement au travail de policier et sa volonté de prêter main-forte.

« Il n’y avait rien de mauvais en lui », a écrit un collègue sur un site commémoratif en ligne.

« Il avait un sourire permanent […] Il était l’instructeur de tir préféré des officiers. »

« Vous étiez unique en votre genre », a écrit un autre ancien collègue.

« Je suis si fier de toi. »

« Il devait être l’un des premiers à se précipiter vers les terroristes », a écrit sur Facebook Avi Leibovich, qui a servi avec Denis dans les rangs de Tsahal.

« C’était un homme courageux au grand cœur. »

Pour lire d’autres hommages sur les victimes des massacres du Hamas du 7/10/2023 et de la guerre qui s’en est suivie, cliquez ici.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.