Israël en guerre - Jour 192

Rechercher
Les victimes du 7 octobre

Shlomo Alsheikh, 28 ans : un ex-haredi féru de fêtes qui « avait toujours le sourire »

Assassiné lors du Festival Supernova, à proximité du kibboutz Reïm, le 7 octobre 2023

Shlomi Alsheikh, assassiné lors du Festival Supernova, à proximité du kibboutz Reïm, le 7 octobre 2023. (Crédit : Autorisation)
Shlomi Alsheikh, assassiné lors du Festival Supernova, à proximité du kibboutz Reïm, le 7 octobre 2023. (Crédit : Autorisation)

Shlomo Eliyahu Alsheikh, 28 ans, originaire de Bnei Brak, a été assassiné par des terroristes palestiniens du Hamas lors du Festival Supernova, à proximité du kibboutz Reïm, le 7 octobre.

Ses amis ont déclaré qu’il venait à peine d’arriver à la rave-party, et qu’il n’avait même pas encore récupéré son bracelet pour le concert, lorsque les tirs de roquettes ont commencé. Tout contact a été coupé vers 7h45, et on n’a plus jamais entendu parler de lui. Cinq jours plus tard, son corps a été retrouvé et sa famille a été informée de son décès.

Il laisse derrière lui ses parents et ses jeunes frères et sœurs. Il a été enterré le 13 octobre à Petah Tikva.

Il a grandi dans une famille ultra-orthodoxe à Bnei Brak, mais à l’adolescence, il a commencé à explorer et à s’éloigner de la stricte observance de la loi juive orthodoxe. Il vivait dans la ville voisine de Petah Tikva lorsqu’il a été tué.

Yaakov Ovadia a écrit sur Facebook qu’il considérait Shlomo « comme un fils ».

« Nous étions comme une famille pour toi. Tu es notre vrai prince, celui qui n’aimait qu’aider les autres. Nous t’aimons de tout notre cœur, que ta mémoire soit une bénédiction, tu seras dans nos cœurs pour toujours. »

« C’est si dur pour moi de penser que je ne te verrai plus, et mes larmes ne s’arrêteront pas (…) Tu étais un garçon spécial et bien-aimé qui savait comment aimer », a-t-il ajouté.

Hezi Gohari a écrit en ligne que Shlomo était « la personne au plus grand cœur que j’aie jamais rencontrée, toujours heureux, toujours souriant, toujours joyeux, toujours prêt à aider même quand on ne le lui demande pas – c’est tout simplement la preuve de ton âme immense ».

Une proche, Ortal Shirin, a écrit sur Facebook qu’elle avait passé des jours à attendre et à espérer « que tu apparaisses soudainement et que tu dises que tu as marché jusqu’ici. Cela te ressemblerait tant ».

« Peu importe quand ou à quel point tu étais fatigué, tu aidais toujours, tu affichais toujours un sourire », a poursuivi Shirin.

« Tu étais aimé de tous, tu embrassais tout le monde, mes filles t’aimaient tellement et t’appelaient tonton Shlomi. Je veux croire que tu as donné ta vie pour aider quelqu’un d’autre – parce que c’était toi ! Tu aidais pour tout. Veille sur nous d’en haut, notre bien-aimé. »

Un mois après sa mort, Shirin a écrit « 30 jours se sont écoulés pendant lesquels nous ne parvenons toujours pas à  comprendre, nous travaillons, nous continuons notre vie parce que nous devons retourner à la routine – mais nous n’arrivons pas à nous résigner. À chaque instant, mes pensées se tournent vers ce que tu as vécu, vers ceux qui étaient avec toi, vers l’endroit où tu étais et vers le moment où ils t’ont trouvé. Nous t’aimerons toujours, mon cher frère ».

Pour lire d’autres hommages sur les victimes des massacres du Hamas du 7/10/2023 et de la guerre qui s’en est suivie, cliquez ici.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.