Shoah : une majorité de Français ignorent le nombre de Juifs tués
Rechercher

Shoah : une majorité de Français ignorent le nombre de Juifs tués

10 % des sondés pensent que "soit l'Holocauste est un mythe, soit le nombre de Juifs assassinés pendant l'Holocauste a été largement exagéré"

Une photographie de la libération du camp de Dachau le 29 avril 1945, dans la collection d'Adrian Aloy, agent belge anti-Nazi sous couverture. (Maison d'enchères Kedem)
Une photographie de la libération du camp de Dachau le 29 avril 1945, dans la collection d'Adrian Aloy, agent belge anti-Nazi sous couverture. (Maison d'enchères Kedem)

Une majorité de Français (57 %) ignorent le nombre de Juifs – 6 millions – tués durant la Shoah, une proportion qui s’élève à 69 % chez les moins de 38 ans, selon un sondage Schoen Consulting publié mercredi.

43 % des personnes interrogées connaissent a contrario le nombre de Juifs exterminés par les nazis, selon une étude commandée par la Conférence sur les revendications matérielles des Juifs contre l’Allemagne (Jewish Claims Conference) à l’occasion du 75e anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz.

Mais 19 % « ne savent pas », 8 % ont répondu « 20 millions » de Juifs, 11 % « 2 millions », 13 % « 1 million », 4 % « 100 000 » et 2 % « 25 000 ». Plus de deux sondés sur trois de moins de 38 ans (69 %) ont donné une réponse différente du nombre de 6 millions de Juifs tués.

16 % des personnes interrogées disent « ne pas avoir entendu parler » de la Shoah, contre 84 % qui affirment le contraire. Une personne sur quatre de moins de 38 ans (25 %) dit ne pas en avoir entendu parler.

Des jeunes juifs du monde entier ont participé à la Marche des vivants au camp d’Auschwitz-Birkenau en Pologne le 11 avril 2018 (Yossi Zeliger / Flash90)

Deux sondés sur trois (66 %) citent Auschwitz-Birkenau parmi les camps ou ghettos dont ils auraient « entendu parler », loin devant Dachau (19 %), le ghetto de Varsovie (13 %), Buchenwald (10 %), Treblinka (6 %), Sobibor (5 %), Bergen-Belsen (4 %) et Drancy (2 %), situé en banlieue parisienne.

Une nette majorité de sondés (82 %) juge « important de continuer à enseigner la Shoah, notamment pour que cela ne se reproduise plus ». « L’école » doit être « responsable de l’enseignement de la Shoah », selon 77 % des sondés, devant « les parents » (46 %) et « le gouvernement » (42 %).

Quelque 46 % de ceux qui en ont entendu parler disent que c’est à l’école que le sujet a été abordé, devant la télévision (17 %) ou « chez moi » (12 %). Ceux qui en ont pris connaissance à travers une oeuvre citent en premier lieu Le Journal d’Anne Frank (64 %), La liste de Schindler (63 %) et la série « Holocauste » avec Meryl Streep (46 %).

Ils sont 54 % à penser que « quelque chose de similaire à la Shoah pourrait se reproduire », même si l’extermination des Juifs est « unique et différente de tout autre acte de génocide survenu au XXe et XXIe siècle », selon 59 % des personnes interrogées.

Les Juifs peuvent-ils « subir un autre génocide de masse » ? 35 % des sondés pensent que oui, contre 32 % qui sont « en désaccord » avec cette affirmation. Le national-socialisme, ou nazisme, « pourrait reprendre le pouvoir », craignent 42 % des personnes sondées (26 % « en désaccord »).

En revanche, 10 % des sondés pensent que « soit l’Holocauste est un mythe, soit le nombre de Juifs assassinés pendant l’Holocauste a été largement exagéré », un pourcentage qui monte à 23 % chez les moins de 38 ans.

L’étude a été réalisée par téléphone et en ligne entre les 9 et 16 novembre 2019 auprès de 1 100 personnes de plus de 18 ans (marge d’erreur de 3,1 points). Elle est la quatrième d’une série d’enquêtes internationales menées par la Claims Conference pour déterminer l’état actuel des connaissances sur la Shoah dans le monde. À l’instar des enquêtes précédentes aux États-Unis, au Canada et en Autriche, les résultats de l’étude en France montrent des lacunes alarmantes dans la connaissance des faits historiques concernant la Shoah.

A LIRE / Canada : les millenials peu informés sur la Shoah – réaction de leurs aînés

« Une fois de plus, nous constatons un manque important de connaissances sur la Shoah, un événement historique d’une portée cruciale », a déclaré Julius Berman, président de la Claims Conference, à propos de l’enquête sur la France. « Notre enseignement actuel ne suffit pas ; il n’aboutit nulle part, et la tendance actuelle à l’ignorance croissante sur la Shoah que nous constatons dans le monde entier exige des efforts d’éducation nettement plus soutenus. »

Matthew Bronfman, président du groupe de travail de la Claims Conference pour l’enquête sur les connaissances générales et approfondies relatives à la Shoah (Holocaust Knowledge and Awareness Survey), a commenté : « Il est désastreux d’apprendre que les jeunes générations ne comprennent pas les conséquences de la Shoah. C’était la tentative d’anéantir un peuple entier. Sans connaissances adéquates, comment assurer de pouvoir affronter résolument les préjugés et la haine incontrôlée ? »

Greg Schneider, vice-président exécutif de la Claims Conference, a déclaré : « Au vu du 75e anniversaire de la libération d’Auschwitz, il est effrayant de constater la diminution du niveau des connaissances au sujet de la Shoah. Il est certes rare qu’il existe un consensus mondial sur une question, mais l’acceptation de la nécessité d’un enseignement de la Shoah devrait constituer pour nous un appel à l’action. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...