Sissi réitère son soutien à l’accord entre Israël et les Emirats
Rechercher

Sissi réitère son soutien à l’accord entre Israël et les Emirats

Le président égyptien dit soutenir "tout développement pour apporter la paix dans la région de façon à préserver les droits des Palestiniens"

Le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi s'exprime devant la Chambre pour un second mandat de quatre ans au Caire, le 2 juin 2018. (Crédit : Bureau de presse de la présidence égyptienne via l'AP)
Le président égyptien Abdel-Fattah el-Sissi s'exprime devant la Chambre pour un second mandat de quatre ans au Caire, le 2 juin 2018. (Crédit : Bureau de presse de la présidence égyptienne via l'AP)

Le président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi a réitéré mercredi, après avoir discuté par téléphone avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, son soutien à l’accord de normalisation des relations entre Israël et les Emirats arabes unis.

M. Sissi soutient « tout développement pour apporter la paix dans la région de façon à préserver les droits des Palestiniens », selon un communiqué de la présidence égyptienne, précisant que le président avait insisté sur la nécessité de « permettre l’établissement d’un Etat indépendant (pour les Palestiniens) et d’assurer la sécurité d’Israël ».

Selon lui, l’accord entre les Emirats et Israël est « un pas dans cette direction ».

Par ailleurs, le président égyptien a mis en garde contre toute « décision unilatérale » de la part d’Israël, telle que l’annexion des territoires palestiniens.

Les Emirats arabes unis et Israël ont annoncé le 13 août un accord pour normaliser leurs relations – officieuses depuis des années –, les Emirats devenant ainsi le premier pays du Golfe à établir des relations avec l’Etat hébreu, et le troisième du monde arabe après l’Egypte en 1979 et la Jordanie en 1994.

L’accord de normalisation prévoit, selon les Emirats, la suspension par Israël de l’annexion de territoires en Cisjordanie, mais M. Netanyahu a rapidement affirmé qu’il ne s’agissait que d’une suspension temporaire.

De leur côté, les Palestiniens ont condamné l’accord entre les Emirats et Israël, accusant Abou Dhabi de trahison et de violation du consensus arabe qui faisait du règlement du conflit israélo-palestinien une condition sine qua non à la normalisation des relations avec l’Etat hébreu.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...