Six roquettes tirées depuis le Liban échouent à franchir la frontière
Rechercher

Six roquettes tirées depuis le Liban échouent à franchir la frontière

Les militaires ont répondu par des tirs d'artillerie, demandant aux communautés d'ouvrir les abris antiaériens ; la FINUL a annoncé le retour du calme

Les soldats des forces de maintien de la paix au Liban (FINUL) se tiennent le long de la frontière avec Israël, à proximité du village libanais d'Adaiseh, le 15 mai 2021. (Crédit : Mahmoud ZAYYAT / AFP)
Les soldats des forces de maintien de la paix au Liban (FINUL) se tiennent le long de la frontière avec Israël, à proximité du village libanais d'Adaiseh, le 15 mai 2021. (Crédit : Mahmoud ZAYYAT / AFP)

Six roquettes ont été tirées depuis le Liban en direction d’Israël, lundi soir, mais elles ne seraient pas parvenues à franchir la frontière. L’armée a indiqué avoir riposté à l’aide de tirs d’artillerie.

Les roquettes ont activé les sirènes d’alerte dans quelques localités proches de la frontière. L’armée a ultérieurement ordonné aux communautés situées dans un périmètre de quatre kilomètres de la frontière nord d’ouvrir les abris antiaériens.

Il n’y aurait pas eu de blessés.

Une source militaire libanaise a confirmé à l’AFP que plusieurs roquettes de type Grad avaient été lancées depuis le secteur des Fermes de Sheeba, dans le sud du Liban, vers l’État juif.

L’armée israélienne pense c’est une petite faction palestinienne – et non le groupe terroriste du Hezbollah – qui est à l’origine de l’attaque, a déclaré le porte-parole des militaires, Hidai Zilberman, dans la matinée de mardi.

Tsahal a dit prévoir que des attaques à la roquette et au mortier émanant du Liban puissent continuer alors qu’Israël affronte le groupe terroriste du Hamas à Gaza, comme cela avait été le cas lors la guerre de 2014 au sein de l’enclave côtière.

Les forces de maintien de la paix des Nations unies déployées à la frontière, la FINUL, ont déclaré mardi matin que le calme était revenu dans le secteur.

« La FINUL a détecté des tirs de roquettes dans la zone de Rashaya Al Foukhar, au nord de Kfar Chouba, dans le sud du Liban », a écrit la FINUL sur Twitter, notant que l’armée israélienne avait procédé à des tirs d’artillerie vers l’endroit d’où semblaient partir les roquettes.

« La situation dans le secteur est dorénavant calme », a-t-elle ajouté.

C’est la troisième fois que des roquettes sont tirées depuis un pays voisin au nord de l’État juif, ces derniers jours, alors que les combats intenses entre Israël et les terroristes de Gaza sont entrés dans leur huitième jour et dans un contexte de condamnations émanant de tout le monde arabe des actions israéliennes dans la bande et à Jérusalem.

Trois missiles ont été tirés vers l’État juif émanant de la Syrie, vendredi soir, quelques heures après l’annonce faite par l’organisation terroriste du Hezbollah que l’un de ses membres avait été tué par des tirs israéliens au cours d’une manifestation sur la frontière.

Un projectile est retombé en Syrie et les deux autres sur le plateau du Golan, ont expliqué les militaires.

Jeudi, les forces israéliennes ont lancé des obus de char en guise d’avertissement en direction d’un groupe de manifestants qui avaient traversé la clôture frontalière avec le Liban, près de Metulla, sabotant la barrière et allumant des feux, a ajouté l’armée.

Le Liban a fait savoir qu’il y avait eu un mort. Le Hezbollah a ultérieurement précisé que Mohammad Tahan, 21 ans, était un membre du groupe terroriste chiite.

Les forces de maintien de la paix eu Liban regardent un feu déclenché lors d’un rassemblement propalestinien sur la frontière avec Israël, le 14 mai 2021. (Crédit : Mahmoud ZAYYAT / AFP)

Le président libanais Michel Aoun a condamné avec force « le crime commis par les troupes israéliennes » quand ces dernières ont ouvert le feu sur le groupe.

Les tirs de roquettes n’ont pas été revendiqués et aucun lien n’a été confirmé entre les attaques perpétrées depuis le Liban et celles émanant de la Syrie. Toutefois, le Hezbollah et d’autres milices ont déjà attaqué Israël depuis le territoire syrien, dans le passé.

Jeudi, trois roquettes ont été tirées depuis le Liban vers l’État juif et elles se sont toutes abîmées en mer. Un porte-parole du Hezbollah a déclaré au média L’Orient aujourd’hui que le groupe terroriste n’était pas responsable de cette agression.

Israël mène une campagne de bombardements, depuis presque une décennie, en Syrie, avec pour objectif d’empêcher l’Iran et ses milices, notamment le Hezbollah, d’y établir des bases qui lui permettraient d’attaquer l’État juif ou d’y transférer des armes avancées.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...