Rechercher

Stanford va enquêter sur les quotas d’admission des Juifs dans les années 1950

Selon une lettre trouvée dans les archives de l'université, le responsable des admissions était "préoccupé" par le fait qu'un quart des candidats masculins étaient juifs

Une vue générale des bâtiments du quadrilatère principal et de la tour Hoover sur le campus de l'université de Stanford, le 2 octobre 2021. (David Madison/Getty Images via JTA)
Une vue générale des bâtiments du quadrilatère principal et de la tour Hoover sur le campus de l'université de Stanford, le 2 octobre 2021. (David Madison/Getty Images via JTA)

JTA – Le fait que les établissements de la prestigieuse Ivy League aient imposé des quotas sur le nombre de Juifs admis dans leurs classes pendant une grande partie de la première moitié du 20e siècle est établi depuis longtemps.

Mais l’existence d’un quota d’étudiants juifs à l’université de Stanford n’avait jamais été plus qu’une rumeur – du moins jusqu’à la publication d’un blog rédigé par un chercheur l’an dernier.

Aujourd’hui, l’université du nord de la Californie a nommé un groupe de travail chargé d’enquêter sur l’existence d’un quota de Juifs en son sein dans les années 1950. Le groupe de travail sera dirigé par Ari Kelman, professeur d’éducation et d’études juives.

Le groupe, qui entamera son travail ce mois-ci, a été chargé de faire des recherches sur l’existence de quotas et de recommander des moyens « d’améliorer la vie juive sur le campus, y compris la meilleure façon d’aborder toute découverte résultant de la recherche sur les pratiques d’admission ».

« Il est important de faire face à notre histoire en tant qu’institution et de comprendre pleinement l’impact des actions passées », a déclaré le président de Stanford, Marc Tessier-Lavigne, dans un communiqué.

« Je suis reconnaissant au doyen Steinwert et au vice-principal Dunkley de diriger cet effort, ainsi qu’à ceux qui ont accepté de faire partie de ce groupe de travail. Leur travail aidera l’université à apporter une réponse éclairée et délibérée – en précisant que le parti pris, sous quelque forme que ce soit, n’a pas sa place dans l’enseignement supérieur ni à Stanford. »

Université de Stanford. (Crédit : Kazuhisa Otsubo/CC BY 2.0/Flickr)

Les allégations concernant les quotas d’admission de Stanford ont été soulevées pour la première fois dans un billet de blog par Charles Petersen, un chercheur en post-doctorat de l’université Cornell qui étudie le concept de méritocratie, en particulier dans la Silicon Valley.

Dans son post de blog datant d’août 2021, Petersen a fait référence à une lettre de 1953 qu’il a trouvée dans les archives de Stanford, adressée au président de l’université de l’époque, J.E. Wallace Sterling, par Fred Glover, un conseiller de Sterling.

Une partie de la lettre, qui fait référence à Rixford Snyder (surnommé « Rix »), le responsable des admissions à Stanford dans les années 50 et 60, indique :

« Rix s’inquiète du fait que plus d’un quart des candidatures masculines proviennent de garçons juifs. L’année dernière, nous avons eu 150 candidats juifs, dont 50 ont été acceptés. Cette situation semble s’appliquer uniquement aux hommes ; il ne semble pas y avoir d’augmentation des candidatures de filles juives. Dans l’état actuel des choses, Rix pourra choisir 500 hommes, d’un calibre égal à celui de la nouvelle classe de l’année dernière, mais il y aura un pourcentage élevé de garçons juifs parmi les 300 étudiants de première année qui seront au village de Stanford. Rix a déclaré qu’il pensait que vous devriez être au courant de ce problème, car il a des implications très dures. Il a souligné que l’Université de Virginie est devenue une institution largement juive, et que Cornell a également un très fort taux d’inscription juive. Harvard et Yale s’en tiennent strictement à un système de quotas. Rix a suivi une politique consistant à choisir les garçons juifs exceptionnels tout en s’efforçant de maintenir un équilibre normal entre les hommes et les femmes juifs dans la classe. »

Une vue du centre de l’apprentissage et du savoir Li Ka Shing de l’école de médecine de l’université de Stanford (Crédit : Wikimedia Commons via JTA)

La lettre poursuit en indiquant que le fait d’accepter quelques candidats juifs d’une école entraîne généralement un plus grand nombre de candidats juifs de cette école l’année suivante.

« Rix dit qu’apparemment, l’information sur ceux qui acceptent ou rejettent les étudiants juifs circule rapidement dans la clandestinité », peut-on lire dans la lettre.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...