Rechercher

Strasbourg : Un étudiant condamné pour propos pro-nazis, antisémites et transphobes

L'étudiant a été condamné à quatre mois de prison avec sursis pour provocation publique à la haine et apologie de crime contre l’humanité et devra effectuer un stage de citoyenneté

Le Palais de Justice de Strasbourg. (M.Strīķis / Palais de Justice / CC BY-SA 3.0)
Le Palais de Justice de Strasbourg. (M.Strīķis / Palais de Justice / CC BY-SA 3.0)

Un étudiant en économie de l’université de Strasbourg âgé de 21 ans a été jugé au début du mois pour avoir posté des messages racistes, antisémites et homophobes sur un compte Telegram dédié aux étudiants de faculté et comptant 500 membres, a rapporté le journal Dernières nouvelles d’Alsace.

Afin de répondre à une étudiante juive, il avait envoyé des publications associées à une photo d’Adolf Hitler et des croix gammées. Dans d’autres messages, il a clamé sa haine des homosexuels et « surtout des transsexuels », qu’il avait invités à « brûler ».

Le dossier judiciaire mentionne également ses appels à créer « un gang de mecs virils chrétiens » prêts à défendre les valeurs de la France, et il a jugé « les Russes comme une race supérieure ».

Certains membres du compte Telegram ont alors alerté le doyen de l’université, qui a à son tour alerté la police, qui a enfin ouvert une enquête.

Logo fan Telegram (Crédit : Domaine public/Wikimedia Commons)

Lors de son procès, le prévenu, venu sans avocat, a tenté de justifier ses actes notamment par la prise « d’anxiolytiques durant la période où [il a] écrit ces énormités ».

Il a par ailleurs évoqué l’agression de sa grand-mère en Ukraine par deux personnes d’origine maghrébine, les attentats d’octobre 2020 contre la France, sa séparation avec sa copine et la dissolution du groupe d’extrême droite Génération identitaire.

« C’était un craquage psychologique. J’ai fait ça par pure connerie. Je n’ai absolument rien contre les Juifs ou les homos », a-t-il déclaré, ajoutant faire l’objet depuis d’un suivi médical.

« J’ai voulu un peu jouer le facho débile et ringard. J’ai mis tout le monde dans le même sac. J’étais puéril dans ma tête, sans penser aux conséquences. Au fond de moi je ne suis pas comme ça. Je regrette mes propos. »

Christine Mengus, représentant le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP), a dit ne pas être convaincue : « Le prévenu a bien compris la portée de ses propos. »

Michaël Santelli, représentant la Ligue contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA), a ajouté « qu’on est en présence de quelqu’un qui s’est radicalisé ».

Édouard Pelletier, conseil de SOS Racisme et de SOS Homophobie, a lui dit discerner une détestation « assumée, au point que Monsieur [veuille] constituer une ligue de factieux ».

Le procureur a invité le jeune homme à s’informer sur la « signification d’une politique d’extermination » et l’a exhorté à accepter le fait d’être
« entouré de personnes qui ne [lui] ressemblent pas ».

L’étudiant a été condamné à quatre mois de prison avec sursis pour provocation publique à la haine et apologie de crimes contre l’humanité. Il devra également effectuer à ses frais un stage de citoyenneté et payer 800 euros à chacune des associations qui se sont portées partie civile au titre du préjudice moral.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...