Tel Aviv : Mort d’un ouvrier palestinien qui tentait d’échapper à la police
Rechercher

Tel Aviv : Mort d’un ouvrier palestinien qui tentait d’échapper à la police

Le travailleur, qui se trouvait illégalement en Israël, a fui les agents qui se trouvaient aux abords d'un chantier ; il est tombé dans une cage d'ascenseur

La police des frontières et des membres de ZAKA opèrent sur le chantier de Tel Aviv où un Palestinien a fait une chute mortelle après une poursuite policière, le 24 mars 2021. (Crédit : Porte-parole de ZAKA)
La police des frontières et des membres de ZAKA opèrent sur le chantier de Tel Aviv où un Palestinien a fait une chute mortelle après une poursuite policière, le 24 mars 2021. (Crédit : Porte-parole de ZAKA)

Un ouvrier palestinien âgé de 20 ans a fait une chute mortelle sur un chantier de construction de Tel Aviv, mercredi, alors que la police recherchait des travailleurs entrés illégalement en Israël.

Le jeune homme, originaire des environs de Ramallah en Cisjordanie, a voulu fuir les agents à proximité du chantier. Les policiers ont déclaré que l’individu qui travaillait en Israël sans autorisation était entré dans le bâtiment en cours de construction et « il a apparemment sauté dans la cage d’un escalier qui faisait des dizaines de mètres de profondeur en tentant de s’échapper ».

Un porte-parole du Magen David Adom, les services de secours israéliens, a dit que les personnels venus sur le site n’avaient pu que prononcer la mort de l’ouvrier.

La police a fait savoir qu’une enquête avait été ouverte sur l’incident.

Des ouvriers palestiniens entrent illégalement en Israël par une brèche dans la barrière de sécurité près de la ville de Beer sheva, le 20 novembre 2019. (Crédit : HAZEM BADER / AFP)

S’il est difficile de donner des chiffres fiables, il y aurait des milliers de Palestiniens qui travailleraient dans le pays illégalement, selon les estimations – en majorité dans le secteur de la construction et autres activités professionnelles manuelles.

Environ 70 000 Palestiniens bénéficient d’autorisations officielles de travail, selon la Banque d’Israël.

La police a fait savoir qu’elle allait sanctionner ce phénomène et elle inspecte régulièrement les chantiers de construction de tout le pays.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...