Toujours pas de liste de rabbins approuvés en Diaspora, annonce le rabbinat à l’audience Lookstein
Rechercher

Toujours pas de liste de rabbins approuvés en Diaspora, annonce le rabbinat à l’audience Lookstein

Pendant l’appel du rejet controversé d’une femme convertie par le “rabbin de Trump”, Haskel Lookstein, les responsables affirment que la liste sera prête “bientôt”

Amanda Borschel-Dan édite la rubrique « Le Monde Juif »

Le rabbin David Stav (à droite), fondateur et président de l'organisation rabbinique israélienne Tzohar, a exprimé son plein soutien au rabbin de New York Haskel Lookstein (à gauche), après une rencontre le 5 juillet 2016. (Crédit : Yakov Gaon)
Le rabbin David Stav (à droite), fondateur et président de l'organisation rabbinique israélienne Tzohar, a exprimé son plein soutien au rabbin de New York Haskel Lookstein (à gauche), après une rencontre le 5 juillet 2016. (Crédit : Yakov Gaon)

Le nom du rabbin Haskel Lookstein, important dirigeant spirituel orthodoxe moderne américain, n’apparaît pas sur la liste des rabbins de Diaspora officiellement reconnus par le grand rabbinat israélien, parce qu’il n’y a pas de telle liste, a déclaré un responsable du rabbinat devant la cour suprême rabbinique de Jérusalem pendant une audience jeudi.

« Il n’y a pas de liste aujourd’hui et nous nous basons sur un certain nombre de personnes et d’institutions », pour évaluer au cas par cas l’acceptabilité d’un rabbin, a déclaré le rabbin Itamar Tubul, employé unique du bureau des registres du grand rabbinat chargé d’approuver tous les ans les demandes de reconnaissance de leur statut de juif de 2 500 immigrants.

« Le conseil rabbinique se réunira bientôt pour cataloguer les rabbins de Diaspora et construire cette liste », a déclaré Tubul.

Après deux ans de pétitions devant la cour par Itim, une association à but non lucratif qui aide les immigrants à naviguer dans la bureaucratie des autorités religieuses, le bureau de Tubul a publié en avril une liste préliminaire avec les noms des rabbins qui ont été approuvés depuis septembre 2015, au moment où le bureau a été numérisé.

Avec 19 pays représentés, la liste comprend 150 rabbins orthodoxes, dont la majorité appartient à des unions rabbiniques ultra-orthodoxes (60 %), ou à la plus grande union de rabbins orthodoxes, le Conseil rabbinique d’Amérique (RCA).

L’audience a eu lieu suite à une manifestation la semaine dernière, protestant contre le rejet par le rabbinat de Petah Tikva de la conversion à New York par Lookstein de Nicole, qui est née d’un père juif et a récemment immigré en Israël.

Nicole, qui s’est convertie il y a un an en suivant le rite orthodoxe, est fiancée à Zohar, né à Petah Tikva. Après avoir commencé le processus bureaucratique pour se marier, il a été dit au couple que son rabbin de conversion n’était pas acceptable, et que donc ils ne pouvaient pas se marier légalement en Israël.

« Je veux juste me marier, je veux commencer ma vie. Ils [le rabbinat de Petah Tikva] mettent toute ma vie sur pause », a déclaré la semaine dernière Nicole, 31 ans, au Times of Israël.

Nicole, immigrante américaine, et son fiancé israélien Zohar (Crédit : autorisation)
Nicole, immigrante américaine, et son fiancé israélien Zohar (Crédit : autorisation)

Nicole est représentée par des avocats d’Itim. Selon les comptes-rendus de l’audience de jeudi, les trois membres de la cour suprême rabbinique ne connaissaient pas Lookstein, 84 ans, le dirigeant spirituel de la congrégation Kehilath Jeshurun, que sa famille a fondée en 1872, comme un îlot orthodoxe à un moment où la communauté juive de Manhattan était principalement réformée.

‘Aux Etats-Unis, tout est grand ouvert’

« Les Etats-Unis sont énormes, et il y a des millions de juifs là-bas », a déclaré la cour. En Israël, il y a un grand rabbinat qui peut déterminer qui pourrait devenir rabbin et qui ne pourrait pas, a noté la cour. « Aux Etats-Unis, tout est grand ouvert, et donc le rabbinat essaie d’y faire de l’ordre » et de réguler le processus d’examen des rabbins de Diaspora.

Lookstein est membre du RCA, et a longtemps été proviseur de Ramaz, un lycée orthodoxe mixte, qui a vu passer dans ses rangs des générations de dirigeants juifs. Récemment, le nom de Lookstein a été associé à la conversion d’Ivanka Trump, qu’il a dirigée en suivant les pratiques standardisées du RCA, avec deux autres rabbins orthodoxes modernes respectés.

Pendant l’audience de jeudi, Tubul a expliqué que les deux grands rabbins israéliens s’étaient porté garant de Lookstein. Pour prendre la décision de rejeter Lookstein, la cour de Petah Tikva a demandé par erreur à un rabbin différent, qui a dans le passé été lié à la Diaspora, mais ne l’est plus. Bien que ce rabbin ait dans le passé accepté les conversions de Lookstein, pour une raison inconnue, il a décidé que dans cette affaire, il n’était pas reconnu.

Itamar Tubul, le chef du service du statut personnel au Grand Rabbinat d'Israël, qui décide quels rabbins de diaspora sont qualifiés pour témoigner de la judéité des immigrants en Israël. (Crédit : JTA)
Itamar Tubul, le chef du service du statut personnel au Grand Rabbinat d’Israël, qui décide quels rabbins de diaspora sont qualifiés pour témoigner de la judéité des immigrants en Israël. (Crédit : JTA)

Selon la cour suprême rabbinique, la cour de Petah Tikva « était certaine qu’il y avait une liste officielle, c’est ce qui a été compris. » Comme le nom de Lookstein n’apparait pas sur une liste, devant les informations conflictuelles, la cour a décidé de rejeter Lookstein.

Tubul a affirmé que son bureau avait enquêté indépendamment sur Lookstein, et conclu que ses conversions étaient acceptables à 100 %. Il a de plus reporté la demande des grands rabbins que la hiérarchie de la cour soit maintenue, pour que l’acceptation de Tubul de la conversion de Lookstein prévale sur le rejet de la cour de Petah Tikva.

Natan Sharansky, président de l’Agence juive, s’est exprimé jeudi pendant la manifestation de Jérusalem, et le soutien à Lookstein est venu de toute la Diaspora, puisque qu’il est aimé comme dirigeant spirituel et comme militant des années 1970 des Prisonniers de Sion, ces juifs piégés en Union soviétique.

« Ce qui arrive à présent, c’est la délégitimation de l’Etat d’Israël, non pas par nos ennemis, mais par notre propre gouvernement », a déclaré jeudi Sharansky au Times of Israël.

Selon le rabbin David Stav, dirigeant de l’organisation rabbinique israélienne Tzohar, le rejet de Lookstein va à l’encontre de la halacha [la loi juive], qui interdit l’oppression d’un converti.

« La conversion qui a été annulée par la cour est une conversion d’un ‘converti religieux’ clairement bien intentionné, et il est inconcevable que simplement pour des considérations purement bureaucratiques, une conversion soit annulée », a déclaré Stav. De plus, « la décision approfondit encore les divisions déjà inquiétantes entre Israël et la Diaspora. »

Comme il est noté dans les comptes-rendus de l’audience, la cour suprême rabbinique compte annoncer sa décision « bientôt ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...