Trajtenberg, choisi pour être le ministre des Finances, démissionne
Rechercher

Trajtenberg, choisi pour être le ministre des Finances, démissionne

L'économiste de renom a dit qu'il formulera une nouvelle vision économique et sociale pour le pays, car il est “évident” que le mandat de Netanyahu touche à sa fin

Marissa Newman est la correspondante politique du Times of Israël

Manuel Trajtenberg, député de l'Union sioniste, le 25 juillet 2016. (Crédt : Yonatan Sindel/Flash90)
Manuel Trajtenberg, député de l'Union sioniste, le 25 juillet 2016. (Crédt : Yonatan Sindel/Flash90)

Deux ans après son entrée à la Knesset, le député de l’Union sioniste Manuel Trajtenberg, économiste respecté par l’ensemble des députés, a annoncé jeudi qu’il quittait le Parlement israélien.

Trajtenberg, qui a rejoint l’Union sioniste avant les élections de 2015, avait été choisi pour être le ministre des Finances du parti s’il avait remporté assez de sièges pour former une coalition. Dans cette élection, l’Union sioniste, composée du Parti travailliste et de Hatnua, avait été battue par le Likud, et est depuis resté dans l’opposition.

« Comme on le sait, les élections de 2015 n’ont pas permis cela, et je me retrouve sur les bancs de l’opposition, dans une transition difficile entre le rôle de formulation et de mise en place de politiques au travail parlementaire », a écrit Trajtenberg sur Facebook dans un post publié jeudi pour expliquer sa décision.

L’économiste, docteur de l’université de Harvard, qui a immigré d’Argentine quand il était adolescent, dirigeait une commission spéciale mise en place après les manifestations pour plus de justice sociale de l’été 2011. A l’époque, il avait été nommé par le Premier ministre Benjamin Netanyahu pour négocier avec les leaders du mouvement populaire, et pour fournir des recommandations en réponse à leurs demandes.

Professor Manuel Trachtenberg sits beside Prime Minister Benjamin Netanyahu during a recent meeting (photo credit: Marc Israel Sellem/Pool/Flash90)
Manuel Trajtenberg, à gauche, avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu, en février 2013. (Crédit : Marc Israel Sellem/Pool/Flash90)

De 2006 à 2009, il avait été le premier conseiller économique du bureau du Premier ministre, en tant que président du Conseil économique national.

Dans son communiqué, Trajtenberg, ancien professeur de l’université de Tel Aviv, a indiqué qu’il continuerait à soutenir l’Union sioniste face au Likud du Premier ministre, et qu’il allait dédier son temps à formuler une nouvelle vision économique et sociale pour Israël.

« [Cette décision] est par conséquent une pause et non un retrait de la vie publique, et il est possible que je puisse revenir à la vie politique elle-même », a-t-il précisé.

Il a ajouté qu’il était « aujourd’hui évident que le mandat de Premier ministre de Netanyahu touche à sa fin amère », faisant référence à deux enquêtes sur des faits de corruption contre le Premier ministre.

« De plus, l’élection d’Avi Gabbay [à la tête du Parti travailliste] a apporté un nouvel esprit, une détermination et un espoir pour le Parti travailliste et pour l’Union sioniste, et par conséquent la possibilité d’un changement de gouvernement est plus proche que jamais », a-t-il affirmé.

Dans un communiqué, Isaac Herzog, chef de l’opposition, s’est dit « très triste d’apprendre » la démission de Trajtenberg.

Le député sera remplacé par le militant druze Salah Saad, du Parti travailliste.

En tant que député, Trajtenberg siégeait à la puissante commission des Finances de la Knesset, et était la voix économique du parti pour critiquer le budget de l’Etat et l’accord sur le gaz naturel permettant à deux consortiums privés de commencer à extraire du gaz de Léviathan, immense champ situé au large de la côte israélienne.

En décembre 2016, Trajtenberg, par solidarité avec sa conseillère parlementaire, s’était déshabillé à l’entrée de la Knesset. Des dizaines de femmes travaillant au Parlement s’étaient vues refuser son accès en raison de la longueur de leur juge. « Demain vous serez toutes en burka », avait-il alors dit ironiquement.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...