Rechercher

Trump à la Coalition juive républicaine: je n’ai aucune raison de revenir sur Twitter

S’exprimant à distance lors de la conférence RJC, l’ex-président a dit apprécier Musk mais lui préférer Truth Social, la plate-forme qu’il a créée après sa mise au ban de Twitter

Des gens écoutent l’ex-président américain Donald Trump qui s'exprime à distance lors de la réunion annuelle de la Coalition juive Républicaine, le 19 novembre 2022, à Las Vegas. (Crédit : AP Photo/John Locher)
Des gens écoutent l’ex-président américain Donald Trump qui s'exprime à distance lors de la réunion annuelle de la Coalition juive Républicaine, le 19 novembre 2022, à Las Vegas. (Crédit : AP Photo/John Locher)

LAS VEGAS (JTA) – Au moment-même où Elon Musk interrogeait les utilisateurs de Twitter pour savoir s’il devait rétablir le compte de Donald Trump, l’ex-président déclarait samedi aux Républicains juifs qu’il ne voyait « aucune raison » de revenir sur Twitter, affirmant que sa propre plateforme comptait des « voix intelligentes », parmi lesquelles des voix pro-israéliennes.

Le PDG de la Coalition juive républicaine avait interrogé Trump, qui s’adressait à la conférence du groupe par vidéo depuis son domicile, en Floride, au sujet de ce sondage.

« Je ne sais pas si vous avez suivi. Twitter bouillonne : Elon Musk a publié un sondage auquel ont déjà répondu plus de 13 millions de personnes, demandant si oui ou non vous devriez être réintégré sur Twitter », a expliqué Brooks. Ma question est la suivante: que pensez-vous du rachat de Twitter par Elon Musk ? Et si vous êtes réintégré, vous reverrons-nous sur Twitter ? »

La réponse de Trump a paru quelque peu hésitante.

« Je ne vois aucune raison à cela. Il y a beaucoup de problèmes sur Twitter, vous voyez ce qui se passe », a-t-il déclaré.

« Ils pourront ou non les régler, mais ce sont de gros problèmes. La dynamique est négative. Il y a beaucoup de bots et de faux comptes. »

Trump a dit apprécier Musk, mais lui préférer Truth Social, la plate-forme qu’il a créée après sa mise au ban de Twitter, suite à l’insurrection meurtrière au Capitole, le 6 janvier 2021, menée par les partisans de Trump.

« Je l’aime bien (…). Vous savez, c’est un sacré personnage et j’aime les sacrés personnages », a-t-il dit. Mais il a son propre réseau maintenant, a-t-il ensuite fait valoir.

Sur Truth Social justement, il avait encouragé ses abonnés à « voter avec positivité » avant d’ajouter : « Mais ne vous inquiétez pas, nous n’allons nulle part. Truth Social est spécial. »

L’ex-président américain Donald Trump prend la parole à distance lors de la réunion annuelle des dirigeants de la Coalition juive républicaine à Las Vegas, dans le Nevada, le 19 novembre 2022. (Crédit : Wade Vandervort / AFP)

Twitter lutte depuis longtemps contre les robots et les discours de haine, même si les organismes de surveillance estiment qu’il faut en faire plus.

Mais depuis le rachat de l’entreprise par Musk ces dernières semaines, des milliers de collaborateurs ont été licenciés et beaucoup d’autres ont démissionné, y compris les responsables de la lutte contre la haine en ligne.

Twitter est aujourd’hui considéré comme vulnérable, prêt à s’effondrer.

« Truth Social est un énorme succès, elle marche incroyablement bien », a déclaré Trump à propos de sa plate-forme, qui serait en fait également sur le point de s’effondrer.

Cette photo d’illustration montre la nouvelle application de médias sociaux de Donald Trump, Truth Social, qui présente un dysfonctionnement sur un smartphone à Los Angeles, le 21 février 2022. (Crédit :Chris DELMAS / AFP)

Trump a assuré compter d’importantes voix pro-israéliennes sur cette plate-forme.

« Il faut prendre soin des voix qui veulent compter, des voix vraiment intelligentes, des voix brillantes. Elle sont souvent des deux côtés, mais je peux vous dire qu’il y a beaucoup de voix pour Israël et de pouvoir pour Israël [sur ma plateforme] », a-t-il déclaré.

« Truth Social s’est fait une place et il y a beaucoup de personnes que je ne vois pas revenir sur Twitter », a-t-il ajouté.

Quelques heures plus tard, Musk annonçait la réintégration de Trump sur Twitter, en raison des résultats de son sondage.

« Le peuple s’est exprimé. Trump va être rétabli », a tweeté le fantasque entrepreneur sur son propre compte après le résultat d’un sondage lancé auprès de ses abonnés.

Plus de quinze millions y ont répondu et 51,8% ont voté en faveur du « oui » au retour de l’homme politique républicain sur la plateforme.

Quelques minutes après le message d’Elon Musk, le compte de Donald Trump était de nouveau visible, le dernier tweet datant du 8 janvier 2021.

Elon Musk, arrive au Met Gala 2022 au Metropolitan Museum of Art à New York, le 2 mai 2022. (Crédit : Angela Weiss / AFP / Archive)

Le nombre d’abonnés s’est montré erratique, montant en moins de deux heures à 3 millions avant de redescendre brusquement. L’ancien président en compte 4,57 millions sur Truth Social.

A la tête du réseau social depuis trois semaines, le multimilliardaire propriétaire de Tesla et de SpaceX notamment avait suggéré au lancement du sondage vendredi soir que son résultat pourrait influencer une décision sur le retour ou non de l’ancien chef d’Etat sur Twitter puisqu’il l’avait accompagné du message « Vox Populi, Vox Dei » (La voix du peuple est la voix de Dieu).

Au nom de la liberté d’expression, il a déjà rétabli vendredi plusieurs autres comptes d’utilisateurs suspendus.

Peu après la finalisation du rachat de la plateforme pour 44 milliards de dollars fin octobre, le dirigeant avait assuré qu’aucune décision majeure sur les contenus ou réactivation de compte n’aurait lieu sans l’intervention d’un conseil dédié. Un geste destiné entre autres à rassurer les annonceurs, principale source de revenus du groupe.

Il n’a pas indiqué publiquement si ce conseil avait été établi.

Trump reste sur Truth Social 

Twitter avait banni Donald Trump le 8 janvier 2021, deux jours après l’invasion du Capitole par ses partisans, face au « risque de nouvelles incitations à la violence ».

Estimant que cette sanction constituait « une décision mauvaise moralement et insensée à l’extrême », Elon Musk avait évoqué dès mai un possible retour de l’ex-président républicain sur la plateforme.

Alors que de nombreuses associations, autorités et annonceurs craignent que les contenus ne soient plus suffisamment modérés sur le réseau social, laissant libre cours à la désinformation, au harcèlement et à d’autres abus, l’homme d’affaires était attendu au tournant sur le sujet.

« Vous trahissez notre démocratie », a ainsi réagi, sur Twitter, le président de l’organisation de défense des droits civiques NAACP Derrick Johnson, affirmant que les abonnés d’Elon Musk « ne représentent pas l’Amérique ».

Le rétablissement du compte de Donald Trump devrait provoquer des vagues dans la société et la politique américaines, d’autant qu’il s’est de nouveau lancé dans la course à la Maison Blanche pour 2024.

Tout en se réjouissant qu’avec Elon Musk, Twitter soit « entre de bonnes mains », Donald Trump a toutefois affirmé ces derniers jours qu’il resterait sur son réseau Truth Social, même si cette plateforme ne lui offre qu’une petite caisse de résonance comparativement à Twitter où il comptait plus de 88 millions d’abonnés.

La décision de faire revenir Donald Trump sur Twitter va en tout cas probablement créer un peu plus de remous au sein de l’entreprise, déjà fortement secouée depuis sa prise en main par Elon Musk.

Le slogan de Twitter sur le siège de l’entreprise à San Francisco, le 4 novembre 2022. (Crédit : AP Photo/Jeff Chiu)

Il a imprimé sa marque en congédiant dès son premier jour les principaux dirigeants du groupe avant d’engager un plan social massif.

Des fonctionnalités controversées ont été lancées avant d’être reportées et des annonceurs ont fui.

Et, cette semaine, plusieurs centaines d’employés ont répondu « non » à l’ultimatum du nouveau propriétaire, qui leur demandait de travailler sans relâche « pour bâtir un Twitter 2.0 révolutionnaire ».

Elle a en revanche été saluée par ses alliés politiques, notamment au Congrès.

« Welcome back @realdonaldtrump! », a tweeté le républicain Paul Gosar, membre de la Chambre des représentants. « Quiconque pense que le président Trump ne va pas remporter la primaire en 2024 se met le doigt dans l’oeil », a tweeté de son côté Marjorie Taylor Greene, autre parlementaire républicaine fervente partisane de l’ancien président.

En revanche, la républicaine Liz Cheney, devenue l’ennemi juré de Donald Trump, a réagi à la nouvelle en renvoyant ses abonnés sur Twitter à une vidéo montrant l’une des auditions réalisées par la commission d’enquêtes lancée après l’assaut du Capitole le 6 janvier 2021, qu’elle co-préside.

« Avec Trump de retour sur Twitter, c’est le bon moment pour regarder cette audition sur le 6 janvier », a-t-elle tweeté. « Cela concerne chacun des tweets envoyés par Trump, y compris ceux qui ont été effacés, et montre plusieurs responsables de la Maison Blanche décrivant sa conduite inexcusable pendant ces violences », a-t-elle ajouté.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...