Israël en guerre - Jour 201

Rechercher

Tsahal a détruit une partie de l’un des plus longs tunnels du Hamas au nord de Gaza

Selon l'armée, le réseau souterrain relie les terroristes du nord au sud de la bande ; un soldat a été grièvement blessé vendredi dans les combats ; Netanyahu promet que l’incursion dans Rafah "aura lieu"

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

La destruction d'une partie de l'un des plus longs réseaux de tunnels du Hamas dans le nord de Gaza, sur une capture d’écran vidéo publiée le 17 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)
La destruction d'une partie de l'un des plus longs réseaux de tunnels du Hamas dans le nord de Gaza, sur une capture d’écran vidéo publiée le 17 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne a déclaré dimanche qu’elle avait récemment détruit ce qu’elle considère comme l’un des plus longs réseaux de tunnels du Hamas, qui relie les bataillons et les brigades du groupe terroriste palestinien dans le nord et le sud de la bande de Gaza.

Les soldats du Corps du Génie Militaire de la 162e division, ainsi que l’unité d’élite Yahalom, ont démoli environ 2,5 kilomètres du réseau de tunnels dans le nord de la bande de Gaza, a indiqué Tsahal.

L’armée a également déclaré dimanche que les troupes de la Brigade Nahal avaient tué dix-huit terroristes du Hamas dans le centre de la bande de Gaza au cours de la journée écoulée.

Les terroristes ont été tués par des tirs de snipers et par des tirs de chars et des frappes aériennes.

Dans le sud de la bande de Gaza, à Khan Younès, Tsahal a déclaré que les troupes de la Brigade Givati ont repéré deux terroristes du Hamas qui chargeaient une moto avec du matériel de guerre et ont demandé une frappe aérienne. Deux autres terroristes qui s’approchaient des troupes ont également été tués dans une frappe aérienne, a précisé l’armée.

À Khan Younès, la 7ème Brigade du Corps Blindé Mécanisé a tué plusieurs autres terroristes du Hamas et a saisi des armes, selon Tsahal.

Lors d’une opération, l’armée a indiqué que les troupes avaient bombardé un bâtiment d’où avaient été tirés des missiles anti-char. L’attaque de missiles n’a fait aucun blessé.

Un soldat du 601e bataillon a été grièvement blessé vendredi lors de combats dans le centre de la bande de Gaza, a déclaré Tsahal. Le soldat a été évacué à l’hôpital pour y être soigné. Sa famille a été informée de la situation.

Le ministère de la Santé de Gaza, dirigé par le Hamas, a déclaré dimanche que les corps de 92 personnes tuées lors de frappes aériennes israéliennes auraient été transportés dans les hôpitaux de Gaza au cours des dernières 24 heures. Les hôpitaux auraient également reçu 130 blessés. Ces chiffres n’ont pas pu être vérifiés de manière indépendante.

Au moins onze personnes de la famille Thabet, dont cinq enfants et une femme, ont été tuées lors d’une frappe aérienne dans la ville de Deir al-Balah, dans le centre de Gaza, selon le Croissant-Rouge palestinien et un journaliste de l’Associated Press. Le corps d’un nourrisson gisait parmi les morts.

Des soldats de l’armée israélienne opérant dans la bande de Gaza, sur une photo non datée publiée le 17 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Une jeune Palestinienne, Leen Thabet, a raconté en pleurant que sa cousine a été tuée dans la frappe.

« Elle est morte. Il ne reste que sa robe », a dit la fillette en montrant une robe blanche sortie des décombres. « Que veulent-ils de nous ? Il n’y a plus d’enfants à Gaza. »

La guerre en cours a poussé la plupart des 2,3 millions d’habitants de Gaza à quitter leurs maisons. Selon les Nations unies, un quart de la population de Gaza serait en train de mourir de faim.

Les États-Unis et d’autres pays continuent de larguer de l’aide humanitaire par voie aérienne, tandis que les livraisons par une nouvelle route maritime ont commencé, mais les groupes d’aide affirment qu’il faut davantage de routes terrestres et moins de restrictions israéliennes pour répondre aux besoins humanitaires de manière significative.

Israël affirme qu’il n’y a pas de limite à la quantité d’aide qui peut entrer dans la bande de Gaza et reproche aux groupes d’aide de ne pas distribuer correctement les fournitures.

Face aux critiques internationales croissantes concernant l’opération militaire, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a réaffirmé dimanche sa détermination à attaquer le Hamas à Rafah et a déclaré que son gouvernement avait approuvé les plans militaires pour une telle incursion.

« Nous opérerons à Rafah. Cela prendra plusieurs semaines, mais cela se fera », a-t-il déclaré lors de la réunion hebdomadaire du cabinet.

Le bureau de Netanyahu a indiqué vendredi qu’il avait approuvé les plans opérationnels militaires en vue d’une incursion dans la ville du sud de la bande de Gaza.

Des Palestiniens transportant de l’eau vers un camp de déplacés à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 17 mars 2024. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

Israël a déclaré que Rafah, où quatre bataillons du Hamas sont déployés, reste le dernier grand bastion du groupe terroriste palestinien dans la bande de Gaza après que Tsahal a opéré dans le nord et le centre de l’enclave palestinienne. L’armée a affirmé qu’une opération dans cette ville était nécessaire pour atteindre les objectifs de la guerre et qu’il ne s’agissait pas de savoir « si », mais « quand ».

La communauté internationale s’est inquiétée du coût humanitaire d’un assaut planifié sur Rafah, où vivent environ 1,4 million de Palestiniens déplacés. Israël a promis d’évacuer la population civile avant l’incursion terrestre, mais n’a pas rendu publics les détails de l’endroit où elle sera déplacée.

La guerre a éclaté lorsque des terroristes du Hamas se sont déchaînés sur les communautés du sud le 7 octobre, massacrant près de 1 200 personnes, pour la plupart des civils, et emmenant de force 253 otages à Gaza, où plus de la moitié d’entre eux se trouvent encore. Cet assaut barbare et l’opération israélienne qui en a découlé – visant à anéantir le Hamas et à restituer les otages – ont fait craindre une conflagration régionale.

Plus de 31 600 personnes seraient mortes à Gaza depuis le début de la guerre, selon le ministère de la Santé du Hamas. Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza.

Tsahal dit avoir éliminé 13 000 terroristes palestiniens dans la bande de Gaza, en plus d’un millier de terroristes qui ont pris d’assaut Israël le 7 octobre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.