Israël en guerre - Jour 141

Rechercher

Washington veut que la guerre entre Israël et le Hamas prenne fin « dès que possible »

Gallant à Sullivan : la guerre pour détruire le Hamas prendra "plus que plusieurs mois" ; 8 soldats grièvement blessés lors des combats à Gaza * Bilan des opérations terrestres : 116 * Tsahal : 70 hommes armés du Hamas se rendent depuis l'hôpital du nord de Gaza * La Knesset adopte la mise à jour du budget de guerre

  • Une manifestante montre un message écrit sur ses mains qui dit en hébreu « il n'y a pas de temps » lors d'une manifestation appelant à la libération des otages israéliens détenus par des terroristes palestiniens depuis l'attaque du 7 octobre, devant la Knesset à Jérusalem le 12 décembre 2023. (Crédit : AHMAD GHARABLI/AFP)
    Une manifestante montre un message écrit sur ses mains qui dit en hébreu « il n'y a pas de temps » lors d'une manifestation appelant à la libération des otages israéliens détenus par des terroristes palestiniens depuis l'attaque du 7 octobre, devant la Knesset à Jérusalem le 12 décembre 2023. (Crédit : AHMAD GHARABLI/AFP)
  • Cette photo diffusée par l'armée israélienne le 14 décembre 2023 montre des troupes opérant dans la bande de Gaza au milieu de la guerre contre le Hamas. (Crédit : armée israélienne)
    Cette photo diffusée par l'armée israélienne le 14 décembre 2023 montre des troupes opérant dans la bande de Gaza au milieu de la guerre contre le Hamas. (Crédit : armée israélienne)
  • John Kirby porte un collier avec une plaque 'Bring Them Home-Now'  réclamant la libération des otages en hébreu et en anglais lors d'un point-presse à la Maison Blanche, à Washington, le 13 décembre 2023. (Crédit : Chip Somodevilla/Getty Images/AFP)
    John Kirby porte un collier avec une plaque 'Bring Them Home-Now' réclamant la libération des otages en hébreu et en anglais lors d'un point-presse à la Maison Blanche, à Washington, le 13 décembre 2023. (Crédit : Chip Somodevilla/Getty Images/AFP)
  • Cette photo diffusée par l'armée israélienne le 14 décembre 2023 montre des troupes opérant dans la bande de Gaza au milieu de la guerre contre le Hamas. (Crédit : armée israélienne)
    Cette photo diffusée par l'armée israélienne le 14 décembre 2023 montre des troupes opérant dans la bande de Gaza au milieu de la guerre contre le Hamas. (Crédit : armée israélienne)
  • Ashira Grinberg, épouse du lieutenant-colonel Tomer Grinberg, commandant du 13e bataillon de la brigade Golani, tué au combat avec plusieurs soldats à Shejaiya, dans la bande de Gaza, est saluée par le ministre de la Défense Yoav Galant lors des funérailles qui ont eu lieu au cimetière militaire du mont Herzl à Jérusalem, le 13 décembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
    Ashira Grinberg, épouse du lieutenant-colonel Tomer Grinberg, commandant du 13e bataillon de la brigade Golani, tué au combat avec plusieurs soldats à Shejaiya, dans la bande de Gaza, est saluée par le ministre de la Défense Yoav Galant lors des funérailles qui ont eu lieu au cimetière militaire du mont Herzl à Jérusalem, le 13 décembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
  • Cette photo diffusée par l'armée israélienne le 14 décembre 2023 montre des troupes opérant dans la bande de Gaza au milieu de la guerre contre le Hamas. (Crédit : armée israélienne)
    Cette photo diffusée par l'armée israélienne le 14 décembre 2023 montre des troupes opérant dans la bande de Gaza au milieu de la guerre contre le Hamas. (Crédit : armée israélienne)
  • Des soldats israéliens portent le cercueil drapé du major Roei Meldasi lors de ses funérailles à Afula, le 13 décembre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP)
    Des soldats israéliens portent le cercueil drapé du major Roei Meldasi lors de ses funérailles à Afula, le 13 décembre 2023. (Crédit : Ariel Schalit/AP)
  • Jonathan Dekel-Chen, père de l'otage, Sagui Dekel-Chen, s'adressant aux journalistes aux côtés d'autres parents d'otages américains pris en otage à Gaza lors des attaques terroristes du 7 octobre en Israël, après une rencontre avec le président américain Joe Biden à Washington, le 13 décembre 2023. (Crédit : Evan Vucci/AP Photo)
    Jonathan Dekel-Chen, père de l'otage, Sagui Dekel-Chen, s'adressant aux journalistes aux côtés d'autres parents d'otages américains pris en otage à Gaza lors des attaques terroristes du 7 octobre en Israël, après une rencontre avec le président américain Joe Biden à Washington, le 13 décembre 2023. (Crédit : Evan Vucci/AP Photo)
  • Le chef d'état-major de l’armée israélienne, le lieutenant-général Herzi Halevi, rencontrant des soldats blessés, à l'hôpital de Sheba, à Ramat Gan, le 13 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
    Le chef d'état-major de l’armée israélienne, le lieutenant-général Herzi Halevi, rencontrant des soldats blessés, à l'hôpital de Sheba, à Ramat Gan, le 13 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
  • Le Premier ministre Benjamin Netanyahu visite un centre de détention dans le sud d'Israël où les détenus du Hamas sont interrogés par l'unité de renseignement 504, le 13 décembre 2023. (Crédit :  Kobi Gideon/GPO)
    Le Premier ministre Benjamin Netanyahu visite un centre de détention dans le sud d'Israël où les détenus du Hamas sont interrogés par l'unité de renseignement 504, le 13 décembre 2023. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Biden exhorte Israël à « faire davantage attention » pour préserver la vie des civils à Gaza

Joe Biden a exhorté jeudi Israël à faire davantage pour mieux protéger les civils à Gaza, après que la Maison Blanche a appelé à ce que la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas « cesse dès que possible ».

« Je veux qu’ils se concentrent sur la préservation de la vie des civils. Pas de s’arrêter contre le Hamas, mais à faire davantage attention », a déclaré le président américain en marge d’un déplacement près de Washington.

A LIRE : Joe Biden sur le Hamas, la solution à deux États et ce que doit faire Israël

Mélenchon demande des sanctions économiques contre Israël

Jean-Luc Mélenchon, au micro de Radio J, dimanche 10 mai 2020. (Crédit : capture d’écran YouTube / Jean-Luc Mélenchon)
Jean-Luc Mélenchon, au micro de Radio J, dimanche 10 mai 2020. (Crédit : capture d’écran YouTube / Jean-Luc Mélenchon)

« Tout les crimes de guerre doivent être punis, quiconque les commet », a déclaré Jean-Luc Mélenchon, dénonçant ce qu’il a appelé « les massacres qui se déroulent à Gaza ».

Dans le conflit en cours entre Israël et le groupe terroriste Hamas, « la France doit défendre à tout prix des principes qui ne soient pas à géométrie variable », a-t-il lancé, exhortant au « respect du droit international ».

« Il paraît que les sanctions économiques ramènent à la raison les violents, c’est bien ce qui a été fait contre la Russie ? Alors il faut demander des sanctions économiques contre le gouvernement de l’Etat d’Israël », a prôné Jean-Luc Mélenchon.

« Ce ne serait pas des sanctions contre les Israéliens mais contre le gouvernement qui les conduit à ce massacre », a-t-il estimé, déclenchant des applaudissements nourris dans une salle comble.

Visant Netanyahu, Gantz fustige ceux qui tentent de brouiller Israël et les États-Unis

Le président de HaMahane HaMamlahti faisant une déclaration à la presse, le 14 décembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de la Douzième chaîne)
Le président de HaMahane HaMamlahti faisant une déclaration à la presse, le 14 décembre 2023. (Crédit : Capture d'écran de la Douzième chaîne)

Le ministre du cabinet de la guerre, Benny Gantz, semblait s’adresser au Premier ministre Benjamin Netanyahu, lorsqu’il a dénoncé ceux qui « participent à créer des faux différends » et qui nuisent aux liens d’Israël avec l’administration Biden.

Lors d’une conférence de presse à Tel Aviv, Gantz a soigneusement évité d’identifier Netanyahu par son nom, mais la même accusation a été formulée hier par le chef de l’opposition Yair Lapid, qui a été plus direct dans ses accusations contre le Premier ministre.

« Le rôle des dirigeants est de dire concrètement à la population quels sont les plans et de lutter pour atteindre [cet objectif] sans fabriquer des différends pendant que nos soldats se battent côte à côte sur le champ de bataille », a affirmé Gantz.

« Malheureusement, même à l’heure actuelle, certains s’efforcent de créer des conflits artificiels au sein de la population et de nuire aux relations importantes avec les États-Unis. »

Le dirigeant de HaMahane HaMamlahti semblait là faire allusion aux efforts de Netanyahu, qui s’est prononcé à plusieurs reprises ces derniers temps contre l’idée d’un retour de l’Autorité palestinienne (AP) à la tête de la bande de Gaza après la guerre. Or, c’est pourtant l’objectif déclaré de l’administration Biden, même si elle reconnaît qu’une période de transition sera nécessaire avant que l’AP ne soit prête et qu’elle devra d’abord être « revitalisée ».

Des responsables américains et arabes ont indiqué au Times of Israel que la rhétorique de Netanyahu avait contrarié les efforts américains visant à rallier les dirigeants arabes pour qu’ils participent à l’élaboration de la stratégie d’après-guerre dans la bande de Gaza.

Sullivan exhorte Israël à cesser les combats de « haute intensité » très prochainemenent

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu accueillant le conseiller à la Sécurité nationale américain Jake Sullivan, à la Kirya, à Tel Aviv, le 14 décembre 2023. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu accueillant le conseiller à la Sécurité nationale américain Jake Sullivan, à la Kirya, à Tel Aviv, le 14 décembre 2023. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

L’administration Biden souhaiterait voir Tsahal conclure la phase actuelle de combats « de haute intensité » à Gaza d’ici quelques semaines, a déclaré le conseiller américain à la Sécurité nationale, Jake Sullivan, aux dirigeants israéliens lors de réunions à Tel Aviv aujourd’hui, a indiqué un responsable israélien au Times of Israel.

Un second responsable israélien a déclaré que les États-Unis avaient fait pression pour que la phase actuelle se termine à la fin de l’année 2023.

Il semble entendu que Tsahal restera actif à Gaza bien au-delà de la fin de la phase actuelle, mais Sullivan a clairement indiqué que les États-Unis s’attendaient à une « nette diminution » de l’intensité des combats dans les semaines à venir, a déclaré le responsable israélien, confirmant des informations provenant de Walla news.

Interrogé à ce sujet, le porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby, a déclaré lors d’un briefing que Sullivan « a parlé de la possibilité de passer de ce que nous appellerions des opérations de haute intensité, qui sont celles qui sont menées actuellement, à des opérations de plus faible intensité dans un avenir proche ».

« Mais je ne veux pas mettre de date sur ce point. La dernière chose que nous souhaitons faire serait de télégraphier au Hamas ce à quoi il risque d’être confronté dans les semaines et les mois à venir », a ajouté Kirby.

Lors de ses entretiens à Tel Aviv, Sullivan a également expliqué aux responsables israéliens que le fait d’entamer des discussions sérieuses sur la question de Gaza « après le Hamas » permettrait à l’administration Biden de gagner du temps pour continuer à soutenir la guerre, selon Walla, qui citait un haut responsable américain.

Plus tôt dans la journée, le ministre de la Défense Yoav Gallant avait indiqué à Sullivan, lors d’une rencontre publique avant leur rencontre, que la guerre de Tsahal contre le Hamas à Gaza prendrait « plus de plusieurs mois ». Gallant n’a pas fait état de différentes étapes de la guerre lorsqu’il a tenu ces propos.

Le New York Times a également rapporté que les États-Unis faisaient pression pour qu’Israël mette fin aux combats à grande échelle d’ici la fin de l’année.

Le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu a répondu à cet article en disant qu’il avait « clairement indiqué qu’Israël poursuivrait la guerre jusqu’à ce que nous ayons atteint tous ses objectifs. »

Les essais d’inondation des tunnels de Gaza à l’eau de mer sont concluants

Un tunnel du Hamas découvert par l'armée israélienne dans le complexe de l'hôpital al-Shifa, à Gaza, le 16 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Un tunnel du Hamas découvert par l'armée israélienne dans le complexe de l'hôpital al-Shifa, à Gaza, le 16 novembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Selon des informations obtenues par le Times of Israel, les premiers essais de Tsahal visant à injecter de l’eau de mer dans les tunnels du Hamas dans la Bande de Gaza, ainsi que l’ont rapporté les médias étrangers ces dernières semaines, semblent avoir été couronnés de succès.

En début de semaine, le Wall Street Journal rapportait que l’armée israélienne avait commencé à injecter de l’eau de mer dans le réseau de tunnels souterrains du Hamas, dans le but de détruire le réseau souterrain utilisé par le groupe terroriste palestinien comme moyen de déplacement et comme cachette, et d’en déloger les terroristes.

Le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, a indiqué la semaine dernière que l’inondation des tunnels était « une bonne idée, mais je ne donnerai pas de détails à ce sujet ».

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré que l’armée opérait sur la base des renseignements dont elle disposait concernant l’endroit où elle pensait que les otages étaient détenus et qu’elle ne prendrait pas de mesures susceptibles de leur nuire.

Porte-parole de Tsahal : le Hamas n’est pas en sécurité dans les tunnels de Gaza

Un soldat israélien faisant visiter aux journalistes un tunnel utilisé par des terroristes palestiniens pour des attaques transfrontalières, à la frontière entre Israël et la bande de Gaza, le 25 juillet 2014. (Crédit : Jack Guez, Pool/AP Photo/Dossier) 
Un soldat israélien faisant visiter aux journalistes un tunnel utilisé par des terroristes palestiniens pour des attaques transfrontalières, à la frontière entre Israël et la bande de Gaza, le 25 juillet 2014. (Crédit : Jack Guez, Pool/AP Photo/Dossier) 

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a affirmé que le Hamas n’était « plus en sécurité » dans ses tunnels sous la bande de Gaza, à la suite de la publication d’images montrant des agents terroristes tués par des troupes dans un tunnel.

« Nos troupes ont placé des explosifs dans les tunnels du Hamas… nous avons identifié les terroristes à l’aide de caméras et nous en avons tué plusieurs au cours de cet incident », a indiqué Hagari lors d’une conférence de presse.

« Les terroristes du Hamas, en particulier ses membres les plus hauts placés, ont choisi de se cacher sous terre. C’est le mode de fonctionnement du Hamas, qui se cache et utilise les civils au-dessus de lui comme boucliers humains », a-t-il ajouté.

Hagari a précisé que Tsahal disposait de « nouveaux moyens de combat » pour tuer les agents du Hamas dans ses tunnels.

« Nous entrerons, nous placerons des explosifs dans les zones où se trouvent les terroristes et nous attendrons le bon moment pour les tuer sous terre. Les terroristes ne seront plus en sécurité sous terre », ajoute-t-il.

À la question portant sur les informations publiées dans la presse étrangère selon lesquelles Tsahal aurait déversé de l’eau de mer dans les tunnels du Hamas, Hagari a répondu : « Nous utilisons différents moyens » pour détruire les tunnels et en déloger les terroristes.

Mousa Abu Marzouk clarifie : le Hamas ne reconnaîtra pas Israël

Le numéro 2 du groupe terroriste Hamas, Moussa Abu Marzouk, évoque les "collaborateurs" avec Israël qui ont été arrêtés ou ont fui vers Israël ces dernières semaines. (Capture d'écran : Al-Mayadeen TV)
Le numéro 2 du groupe terroriste Hamas, Moussa Abu Marzouk, évoque les "collaborateurs" avec Israël qui ont été arrêtés ou ont fui vers Israël ces dernières semaines. (Capture d'écran : Al-Mayadeen TV)

Mousa Abu Marzouk, haut responsable du Hamas, tente de revenir sur les commentaires qu’il a faits plus tôt, suggérant que son groupe terroriste pourrait reconnaître Israël pour la première fois.

Abu Marzouk tweete qu’il y a eu un « malentendu dans les déclarations des médias ». Il affirme que « le Hamas ne reconnaît pas la légitimité de l’occupation israélienne et n’accepte de renoncer à aucun des droits de notre peuple palestinien. Nous affirmons que la résistance se poursuivra jusqu’à la libération et jusqu’au retour ».

« Plusieurs points et phrases évoqués dans mon entretien avec Al-Monitor ont été déformés et n’expriment pas ma position ni celle du mouvement, qui n’a pas changé », ajoute-t-il.

Washington veut que la guerre entre Israël et le Hamas cesse « dès que possible »

Le porte-parole du Pentagone John Kirby pendant un point-presse à Washington, le 17 février 2021. (Crédit : AP Photo/Alex Brandon, File)
Le porte-parole du Pentagone John Kirby pendant un point-presse à Washington, le 17 février 2021. (Crédit : AP Photo/Alex Brandon, File)

Les Etats-Unis souhaitent que la guerre entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas « cesse dès que possible », a déclaré jeudi un porte-parole de la Maison Blanche, après que le ministre israélien de la Défense a prévenu que la guerre durerait « plus que quelques mois ».

Le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a discuté au cours de sa visite ce jour en Israël d’un basculement « dans le futur proche » de l’offensive israélienne sur le territoire de Gaza vers des « opérations de faible intensité », a ajouté le porte-parole John Kirby.

Le Maroc appelle à un « processus politique sérieux » pour la solution à 2 États

Le chef de la diplomatie marocaine Nasser Bourita estime, aux côtés de son homologue espagnol, que « la communauté internationale doit assumer la responsabilité de lancer un processus politique sérieux conduisant à la mise en place d’une solution à deux Etats, avec un Etat palestinien dans les frontières de 1967 et avec Jérusalem-est comme capitale ».

Madrid : Israël doit se défendre « dans les limites du droit international humanitaire »

Le ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel Albares (à gauche) et le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita participent à une conférence de presse après leur rencontre à Rabat, le 14 décembre 2023. (Crédit : AFP)
Le ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel Albares (à gauche) et le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita participent à une conférence de presse après leur rencontre à Rabat, le 14 décembre 2023. (Crédit : AFP)

« La voix de l’Espagne va toujours s’élever pour la protection des droits de la population civile palestinienne à Gaza. Il faut faire la différence entre les objectifs terroristes et la population civile. On ne peut pas avoir comme cibles des lieux de culte, des hôpitaux, des sièges des Nations Unies », a déclaré Jose Manuel Albares lors d’une conférence de presse avec son homologue marocain Nasser Bourita.

« Nous avons condamné le 7 octobre l’attaque terroriste du Hamas contre Israël et nous avons dit très clairement que Israël a le droit de se défendre. Nous avons souligné également que cette défense face à cette attaque terroriste doit se faire dans les limites du droit international humanitaire », a-t-il ajouté.

A LIRE : Le Hamas a tiré 116 roquettes depuis une zone humanitaire désignée – Tsahal

Le Hamas est largement accusé de se fondre dans la population civile – comme l’a rappelé mercredi la présidente de la Commission européenne, Ursula Von Der Leyen.

Selon M. Albares, la population de Gaza « doit avoir la garantie des fournitures les plus essentielles : l’eau, les aliments, les médicaments, le fioul ».

Il a réitéré l’appel de l’Espagne à la tenue d’une conférence de paix internationale qui doit selon lui aboutir à la création d’un État palestinien « réaliste, viable avec Gaza et Cisjordanie connectés et avec sa capitale à Jérusalem-Est ».

Tsahal diffuse des images de soldats tuant des membres du Hamas dans un tunnel « important »

L’armée israélienne et l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet révèlent des images montrant plusieurs membres du Hamas tués par les troupes israéliennes dans l’un des tunnels du groupe terroriste dans le nord de Gaza.

Selon un communiqué commun, le tunnel « important » a été découvert ces derniers jours par la Brigade Nord de la division de Gaza aux côtés du Shin Bet.

Les membres du Hamas ont été identifiés et tués par l’unité d’élite Yahalom du Corps du génie de combat, en utilisant « divers moyens », affirme l’armée israélienne, sans donner plus de détails.

Les images semblent montrer une caméra descendue dans le tunnel, avec un agent touchant l’appareil, avant d’être apparemment abattu ou touché par un explosif.

La vidéo passe ensuite à un autre clip, montrant les corps de plusieurs membres du Hamas sur le sol dans le tunnel.

Netanyahu et Sullivan discutent de la guerre et des menaces iraniennes

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu accueillant le conseiller à la Sécurité nationale américain Jake Sullivan, à la Kirya, à Tel Aviv, le 14 décembre 2023. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu accueillant le conseiller à la Sécurité nationale américain Jake Sullivan, à la Kirya, à Tel Aviv, le 14 décembre 2023. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a remercié le conseiller à la Sécurité nationale américain en visite, Jake Sullivan, pour le soutien de Washington à Israël dans sa guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas, lors d’une réunion avec le cabinet de guerre à la Kirya à Tel Aviv ce soir.

Lors de la réunion, ils ont discuté de « la poursuite de la guerre jusqu’à la victoire et de la réalisation des objectifs communs, qui sont avant tout : l’élimination du Hamas, la libération de tous les otages, le démantèlement des capacités armées du Hamas et la fin de son règne à Gaza », indique le bureau du Premier ministre dans un communiqué.

Ils ont également discuté de la poursuite de l’aide humanitaire aux civils de Gaza, de la menace posée par le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah, soutenu par l’Iran, et de la menace que représentent les Houthis pro-Iran du Yémen pour le sud d’Israël, selon le communiqué.

Le ministre de la Défense Yoav Gallant, le ministre du cabinet de guerre Benny Gantz, le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-colonel Herzl Halevi, le chef du Shas Aryeh Deri, le conseiller à la Sécurité nationale Tzahi Hanegbi, le chef d’état-major de Netanyahu Tzahi Braverman, le secrétaire du cabinet Yossi Fuchs et l’ambassadeur d’Israël aux États-Unis Mike Herzog étaient présents lors de la réunion.

Du côté américain, l’envoyé spécial du président américain au Moyen-Orient Brett McGurk, l’envoyé spécial pour les affaires humanitaires David Satterfield et l’ambassadrice adjointe des États-Unis en Israël Stephanie L. Hallett étaient également présents à la réunion.

Halevi visite les troupes à Shejaiya, où a eu lieu l’embuscade meurtrière

Le chef d'état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, rend visite aux troupes de la brigade Golani dans le quartier Shejaiya de la ville de Gaza, le 14 décembre 2023. (Crédit : armée israélienne)
Le chef d'état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, rend visite aux troupes de la brigade Golani dans le quartier Shejaiya de la ville de Gaza, le 14 décembre 2023. (Crédit : armée israélienne)

Le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, a rendu visite aux troupes de la brigade Golani dans le district de Shejaiya à Gaza, au lendemain d’une embuscade meurtrière dans le secteur en début de semaine, au cours de laquelle neuf soldats ont été tués, dont deux commandants de haut rang.

« N’oubliez pas que vous vous battez aujourd’hui à Shejaiya, à Zeitoun, dans des batailles féroces, dans des zones urbaines denses. Derrière vous, se trouvent Nahal Oz [et] Kfar Aza, des communautés qui ont été la cible d’attaques très, très violentes », a souligné Halevi, en référence aux massacres perpétrés par le Hamas le 7 octobre dans des localités frontalières d’Israël.

« Nous devons, comme vous le faites, mener [les opérations] de manière extrêmement ferme et méticuleuse afin de pouvoir rétablir le très haut niveau de sécurité à Nahal Oz et Kfar Aza », a-t-il ajouté.

Tsahal a indiqué que le général Halevi avait procédé à une évaluation avec le commandant de la 36e division, le général de brigade Dado Bar Kalifa, et le chef de la brigade Golani, le colonel Yair Palai, lors de sa visite à Shejaiya.

Le commandant de la base d’entraînement de la Brigade Golani blessé dans le sud de Gaza

Le commandant de la base d’entraînement de la Brigade Golani, le lieutenant-colonel Shahar Barkaï, a été modérément blessé aujourd’hui dans le sud de la bande de Gaza.

Barkaï a été blessé lors d’un incident au cours duquel cinq autres soldats ont été gravement blessés, suite à l’explosion d’un engin explosif à proximité des troupes.

Le lieutenant-colonel Barkaï remplaçait le commandant du 12e bataillon de Golani, le lieutenant-colonel Omer Suleiman, qui avait été blessé dans le sud d’Israël au début de la guerre.

Suleiman va maintenant reprendre le commandement de son bataillon.

La présidente du CICR en Israël rencontre des familles d’otages et Eli Cohen

Mirjana Spoljaric Egger, présidente du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), à gauche, avec le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen, au centre, et le ministre de la Santé Uriel Busso, à droite. (Crédit : Bruno Sharvit/Ministère des Affaires étrangères)
Mirjana Spoljaric Egger, présidente du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), à gauche, avec le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen, au centre, et le ministre de la Santé Uriel Busso, à droite. (Crédit : Bruno Sharvit/Ministère des Affaires étrangères)

Le ministre des Affaires étrangères Eli Cohen, le ministre de la Santé Uriel Busso, le directeur-général du ministère de la Santé Moshe Bar Siman Tov et plusieurs représentants du Forum des familles des otages et disparus rencontrent la présidente du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) Mirjana Spoljaric Egger à l’aéroport Ben Gurion, près de Tel Aviv.

Spoljaric, qui effectue sa première visite en Israël depuis le 7 octobre, doit également rencontrer le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président Isaac Herzog.

Elle devrait également rencontrer ce soir, à l’hôtel Carlton de Tel Aviv, une délégation restreinte de parents des 135 otages restants – dont 20 sont morts, selon les autorités israéliennes – à Gaza.

Le Forum des familles des otages et disparus a appelé la population à se rassembler à 20h avec les membres des familles des otages et les équipes médicales en face de l’hôtel Carlton pour exiger que le CICR rende visite aux otages afin d’évaluer leur état et de leur fournir tous les soins médicaux nécessaires.

Le gouvernement israélien et l’équipe médicale du Forum des familles des otages et disparus ont fourni au CICR un document détaillant les conditions médicales et les maladies connues des otages, ainsi que les médicaments dont ils ont besoin. Certains otages souffrent de maladies graves qui nécessitent une prise quotidienne de médicaments et un suivi médical régulier. D’autres ont été gravement blessés par des terroristes palestiniens du Hamas en Israël ou alors qu’ils étaient traînés vers Gaza.

Le CICR a affirmé à maintes reprises qu’il n’avait pas pu accéder aux otages parce que le groupe terroriste palestinien ne le lui avait pas permis. L’organisation internationale, qualifié de « Uber d’otages du Hamas », fait l’objet de très vives critiques en Israël.

Tsahal découvre une cache d’armes dans le véhicule d’un élu du Hamas à Gaza 

Une cache d'armes a été trouvée dans un véhicule appartenant au parlementaire du Hamas Mushir al-Masri, selon Tsahal le 14 décembre 2023. (Crédit : armée israélienne)
Une cache d'armes a été trouvée dans un véhicule appartenant au parlementaire du Hamas Mushir al-Masri, selon Tsahal le 14 décembre 2023. (Crédit : armée israélienne)

Il y a plusieurs semaines, des troupes opérant dans la bande de Gaza ont trouvé une cache d’armes dans un véhicule appartenant à un parlementaire du Hamas, révèle Tsahal.

Dans une publication sur X, le porte-parole en langue arabe de Tsahal, le lieutenant-colonel Avichay Adraee, a indiqué que lors de l’opération à Beit Lahiya, les troupes avaient découvert une voiture près de la maison du député du Hamas, Mushir al-Masri.

Il a précisé que la voiture contenait « de nombreuses armes », notamment des RPG et des fusils d’assaut, ainsi que le permis de conduire d’al-Masri.

Cela prouve selon Adraee « l’étendue de l’implication d’éminents dirigeants ‘politiques’ du Hamas dans des activités militaires terroristes ».

Plus de 500 frappes aériennes dirigées par des forces terrestres à Gaza cette semaine

L’armée de l’air israélienne a effectué plus de 500 frappes aériennes dans la bande de Gaza cette semaine, dirigées par les forces terrestres, indique Tsahal.

Ces frappes aériennes, menées par des avions de chasse, des hélicoptères d’attaque et des drones, ont été dirigées par l’unité de coopération 5620 de Tsahal, qui coordonne les opérations entre l’armée de l’air et les forces terrestres pendant les manœuvres.

« L’unité de coopération de l’armée de l’air dirige la connexion entre les forces terrestres et aériennes, et ensemble ils éliminent les cellules terroristes et détruisent les sites d’observation, les dépôts d’armes, les entrées de tunnels et bien d’autres infrastructures terroristes, afin de priver de capacités et de porter des coups au groupe terroriste du Hamas », indique Tsahal dans un communiqué, en joignant une vidéo des récentes frappes.

8 soldats grièvement blessés dans des combats à Gaza aujourd’hui – Tsahal

L’armée israélienne a indiqué que quatre soldats du 603e bataillon du Corps du Génie Militaire et un soldat du 12e bataillon de la Brigade d’infanterie Golani ont été grièvement blessés lors de combats dans le sud de la bande de Gaza aujourd’hui.

Deux autres soldats de l’unité Maglan de la Brigade Commando ont été gravement blessés dans le sud de Gaza.

Dans le nord de la bande de Gaza, un officier du 82e bataillon de la 7e brigade Blindée a été grièvement blessé.

Selon les données de Tsahal, depuis le début de l’incursion terrestre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas, 116 soldats ont été tués et 648 autres ont été blessés au cours des combats à Gaza, dont 146 dans un état grave, 257 dans un état modéré et 245 légèrement blessés.

Paris maintient ses efforts pour faire sortir des journalistes de l’AFP de Gaza

La France a exprimé jeudi ses « préoccupations sur le lourd tribut » payé par les journalistes dans le conflit entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas.

« Nous maintenons nos efforts s’agissant des employés de l’AFP », a déclaré lors d’une conférence de presse Christophe Lemoine, porte-parole adjoint du ministère des Affaires étrangères, rappelant qu’il s’agissait « d’une opération complexe ».

« Nous avons travaillé depuis le mois d’octobre à permettre la sortie de la bande de Gaza des Français sur place ainsi que de leurs ayants droit et nous avons assuré la sortie des agents palestiniens de l’Institut français de Gaza », a-t-il dit, ajoutant que Paris avait déjà permis la sortie de 154 personnes au total.

« S’agissant des employés palestiniens des sociétés françaises, d’ONG et ainsi que des personnalités qui nous sont signalées, nous cherchons toujours avec nos partenaires de la région des solutions pour la mise en sécurité hors de la bande de Gaza », a-t-il également ajouté, interrogé par l’AFP.

Il a par ailleurs rendu hommage aux journalistes tués dans l’exercice de leur profession.

« Je souhaite exprimer les préoccupations de la France sur le lourd tribut payé par les journalistes dans le cadre du conflit entre Israël et le Hamas », a-t-il dit. « Les civils doivent être protégés et c’est particulièrement le cas des journalistes. Ils doivent pouvoir exercer leur profession librement et en toute sécurité », a-t-il déclaré, soulignant qu’il s’agissait d’une obligation internationale et d’un « impératif moral ».

Au moins 63 journalistes et employés de médias – 56 Palestiniens, 4 Israéliens et trois Libanais – sont morts depuis le 7 octobre, selon le Comité pour la protection des journalistes (CPJ).

Une quarantaine de journalistes travaillant avec l’AFP et leurs ayants droit espèrent sortir de la bande de Gaza.

Gallant à Sullivan : la guerre pour détruire le Hamas prendra « plus que plusieurs mois »

Le ministre de la Défense Yoav Gallant, à droite, rencontrant le conseiller américain à la Sécurité nationale Jake Sullivan, à Tel Aviv, le 14 décembre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)
Le ministre de la Défense Yoav Gallant, à droite, rencontrant le conseiller américain à la Sécurité nationale Jake Sullivan, à Tel Aviv, le 14 décembre 2023. (Crédit : Ariel Hermoni/Ministère de la Défense)

Le ministre de la Défense Yoav Gallant a rencontré jeudi le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, pour lui dire que la guerre contre le Hamas à Gaza prendra « plus que plusieurs mois ».

« Le Hamas est une organisation terroriste qui s’est construite pendant une décennie pour combattre Israël. Ils ont construit des infrastructures souterraines et aériennes et il n’est pas facile de les détruire. Cela prendra du temps – cela durera plus que plusieurs mois, mais nous gagnerons et nous les détruirons », a déclaré Gallant, selon un communiqué de son bureau.

Gallant et Sullivan ont discuté des développements opérationnels à Gaza, ainsi que des tensions dans le nord avec le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah et des menaces régionales posées par les actions de l’Iran et son soutien à des supplétifs au Liban, au Yémen, en Irak et en Syrie.

Gallant a exprimé en outre sa gratitude pour le soutien américain à Israël dans la guerre et pour les efforts déployés par l’administration Biden pour obtenir la libération des otages détenus par les terroristes palestiniens depuis le 7 octobre.

« Merci d’être venu en Israël pendant cette période de guerre – nous l’apprécions beaucoup », a déclaré Gallant dans un communiqué. « Nous apprécions votre engagement personnel envers l’État d’Israël – pour la libération des otages, ainsi que pour l’effort diplomatique [que vous dirigez] et votre soutien militaire. »

« Les États-Unis et Israël partagent des intérêts communs, des valeurs communes et dans cette guerre, nous partageons [également] des objectifs communs. C’est important pour l’État d’Israël et c’est essentiel pour le reste de la région, pour le Moyen-Orient », a-t-il ajouté.

Tsahal détaille les opérations de la Brigade Nahal à Jabaliya, dans le nord de Gaza

L’armée israélienne détaille les opérations de l’unité de reconnaissance de la Brigade Nahal dans le camp de Jabaliya au nord de Gaza au cours de la semaine dernière, durant laquelle les troupes ont rencontré et tué des dizaines de terroristes palestiniens du Hamas.

Tsahal indique que lors de l’un des combats, des explosifs ont été déclenchés et des terroristes du Hamas ont ouvert le feu avec des mitrailleuses et lancé des missiles antichars depuis deux directions vers les soldats.

« Les terroristes ont été éliminés par les tirs des troupes et les tirs précis des chars des forces blindées sous le commandement de l’unité de reconnaissance », précise Tsahal.

Tsahal indique que dans le cadre d’un autre combat, un missile antichar a été tiré sur les soldats, qui ont riposté et abattu trois terroristes. Un quatrième tireur, qui faisait partie de la cellule terroriste, a été tué lors d’une attaque de drone dirigée par les troupes de Nahal.

Un missile tiré par les Houthis du Yémen manque un porte-conteneurs dans le détroit de Bab el-Mandeb

Un missile tiré depuis le territoire tenu par les Houthis pro-Iran du Yémen a manqué un porte-conteneurs qui traversait le détroit stratégique de Bab el-Mandeb, a déclaré un responsable de la défense américaine. Il s’agit de la dernière attaque en date menaçant la navigation dans ce point de passage maritime fréquenté.

Le missile a plongé dans les eaux près du Maersk Gibraltar, un porte-conteneurs sous pavillon de Hong Kong qui se rendait de Salalah (Oman) à Jeddah (Arabie saoudite), a indiqué le responsable.

Le fonctionnaire s’est exprimé sous le couvert de l’anonymat pour discuter des questions de renseignement. Les propos du fonctionnaire ont été tenus après que les opérations commerciales maritimes de l’armée britannique, qui surveillent les voies maritimes du Moyen-Orient, ont lancé une alerte concernant un incident dans le détroit, qui sépare l’Afrique de l’Est de la péninsule arabique.

Maersk, l’un des plus grands armateurs du monde, n’a pas répondu encore à une demande de commentaire.

L’attaque d’aujourd’hui est la dernière en date des attaques maritimes attribuées aux Houthis pro-Iran du Yémen dans le cadre de leur campagne de pression contre Israël et en soutien au groupe terroriste palestinien du Hamas.

Israël met à prix les chefs du Hamas : 400 000 $ pour Sinwar, 100 000 $ pour Deif

L’armée israélienne a vraisemblablement promis une prime pour tout renseignement sur les dirigeants du Hamas.

Les images d’un tract circulent sur les réseaux sociaux, montrant qu’il promet aux Gazaouis 400 000 dollars pour des informations sur le chef du Hamas à Gaza, Sinwar ; 300 000 dollars pour des informations sur son frère, Muhammed Sinwar, qui commande la brigade sud du groupe terroriste ; 200 000 dollars pour des informations sur Rafaa Salameh, le commandant du bataillon du Hamas à Khan Younès ; et un maigre 100 000 dollars pour des informations sur Mohammed Deif, le commandant de l’aile armée du Hamas.

Le tract contient un numéro de téléphone et un contact sur l’application de messagerie Telegram, Tsahal promettant la confidentialité.

Netanyahu accueille Sullivan, conseiller américain à la Sécurité nationale à la Kyria

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu salue le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, à Tel Aviv, le 14 décembre 2023. (Crédit : Amos Ben Gershon/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu salue le conseiller américain à la sécurité nationale, Jake Sullivan, à Tel Aviv, le 14 décembre 2023. (Crédit : Amos Ben Gershon/GPO)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu est actuellement en réunion avec le conseiller américain à la Sécurité nationale, Jake Sullivan, à la Kirya, le quartier général de l’armée, à Tel Aviv, indique le bureau du Premier ministre.

Le conseiller à la Sécurité nationale et chef du Conseil de Sécurité nationale, Tzachi Hanegbi, ainsi que l’envoyé spécial du Président américain pour le Moyen-Orient, Brett McGurk, assistent également à la réunion.

Sullivan doit rencontrer les ministres de la Guerre plus tard dans la journée.

Tsahal a frappé une cellule du Hezbollah et d’autres sites au Liban après des attaques

L’armée israélienne déclare avoir frappé une cellule qui se préparait à tirer des missiles antichars depuis le sud du Liban vers la communauté de Shtula, dans le nord d’Israël.

Des chars ont également bombardé un site appartenant au groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah dans la région.

Plusieurs roquettes ont été tirées depuis le Liban sur les zones d’Yiftah et de Margaliot à la frontière. Selon Tsahal, elles ont toutes atterri dans des zones ouvertes et n’ont pas fait de blessés.

Les troupes ripostent par des tirs d’artillerie sur les sites de lancement.

Le Hamas annonce un nouveau bilan de 18 787 morts

Les chiffres publiés par le groupe terroriste sont invérifiables, et ils incluraient ses propres terroristes et hommes armés, tués en Israël et à Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza, et les civils tués par les centaines de roquettes tirées par les groupes terroristes qui retombent à l’intérieur de la bande de Gaza.

Selon les estimations de l’armée israélienne, 5 000 membres du Hamas auraient été tués dans la bande de Gaza, auxquels s’ajoutent plus de 1 000 terroristes tués en Israël lors de l’assaut du 7 octobre.

Le budget révisé reçoit l’approbation finale de la Knesset

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, parlant avec le ministre du cabinet de guerre Benny Gantz lors d'une discussion et d'un vote sur la mise à jour du budget de l'État au plénum de la Knesset, à Jérusalem, le 14 décembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au centre, parlant avec le ministre du cabinet de guerre Benny Gantz lors d'une discussion et d'un vote sur la mise à jour du budget de l'État au plénum de la Knesset, à Jérusalem, le 14 décembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le budget réactualisé pour 2023 visant à couvrir les coûts de la guerre avec le groupe terroriste palestinien du Hamas passe son vote final au plénum de la Knesset par 59 voix contre 45.

Le parti HaMahane HaMamlahti de Benny Gantz, qui a rejoint la coalition en temps de guerre mais continue de s’opposer à de nombreuses politiques du gouvernement, n’a pas voté en faveur du budget.

Le député Yuli Edelstein (Likud) s’est abstenu et la ministre des Renseignements Gila Gamliel, également membre du parti au pouvoir, était absente.

Le budget prévoit quelque 28,9 milliards shekels pour couvrir les coûts de la guerre, notamment l’augmentation des dépenses militaires et des dépenses civiles telles que l’hébergement des Israéliens évacués des villes proches de Gaza et de la frontière avec le Liban. Il comprend également un financement substantiel pour de nombreux projets du ministère des Missions nationales.

Le ministre des Finances, Bezalel Smotrich (HaTzionout HaDatit), se félicite de l’adoption de ces fonds supplémentaires, le qualifiant de « bon budget qui apporte des réponses aux besoins de la guerre sur les lignes de front et à la maison ».

« Tsahal dispose, comme toujours, d’un soutien budgétaire total pour faire tout ce qu’il faut pour vaincre notre ennemi. Sur le front intérieur, ce budget (…) fournit des solutions générales pour les évacués, les entreprises et les survivants [du 7 octobre], [et] pour les ministères au bénéfice de tous les citoyens israéliens », a souligné Smotrich.

À VOIR : Des terroristes se dirigeant dans un hôpital du nord de Gaza, dont 70 se rendent à Tsahal

Des terroristes du Hamas se rendant aux troupes de l’armée israélienne, à l'hôpital Kamal Adwan au nord de Gaza, sur une image diffusée le 14 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)
Des terroristes du Hamas se rendant aux troupes de l’armée israélienne, à l'hôpital Kamal Adwan au nord de Gaza, sur une image diffusée le 14 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne révèle des images montrant des terroristes palestiniens se rendant aux troupes de l’armée israélienne à l’hôpital Kamal Adwan, dans le nord de Gaza.

Tsahal indique que ces derniers jours, les troupes de la 460e Brigade blindée, en collaboration avec l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet, ont localisé un bâtiment utilisé par des terroristes du Hamas dans la zone de l’hôpital.

Les soldats ont combattu et tué des terroristes dans la zone de l’hôpital Kamal Adwan, au cours de plusieurs échanges distincts, indique l’armée.

Selon Tsahal, quelque 70 terroristes du Hamas se sont rendus aux troupes israéliennes dans le périmètre, leur remettant des armes à feu et des équipements. Ils ont été emmenés pour être interrogés par l’unité 504 du Shin Bet et du Directorat des Renseignements militaires.

Des terroristes du Hamas se rendant aux troupes de l’armée israélienne, à l’hôpital Kamal Adwan au nord de Gaza, sur une image diffusée le 14 décembre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

Les soldats qui ont utilisé les enceintes d’une mosquée pour la prière juive seront sanctionnés

Des images qui circulent actuellement sur internet montrent des soldats israéliens, à Jénine, s’emparant du système des hauts-parleurs d’une mosquée locale et entonnant des chants de Hanoukka et la prière juive de Shema Yisrael.

Plusieurs médias israéliens ont cité des sources militaires qui ont indiqué que des sanctions disciplinaires seraient prises suite à l’incident.

Lapid dit que ceux qui soutiendront le budget révisé « ne seront pas excusés »

Le leader de l'opposition Yaïr Lapid s'adressant au plénum de la Knesset lors d'une discussion et d'un vote sur la mise à jour du budget de l'État, à Jérusalem, le 14 décembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le leader de l'opposition Yaïr Lapid s'adressant au plénum de la Knesset lors d'une discussion et d'un vote sur la mise à jour du budget de l'État, à Jérusalem, le 14 décembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Dans un discours enflammé prononcé depuis le podium de la Knesset, le chef de l’opposition Yaïr Lapid a fustigé le budget supplémentaire voté aujourd’hui en séance plénière, déclarant que ceux qui voteraient en faveur de ce budget « ne seraient pas pardonnés » et que leurs enfants « auront honte de vous aujourd’hui ».

Le budget comprend quelque 28,9 milliards de shekels pour couvrir les coûts de la guerre contre le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza et les escarmouches à la frontière avec le Liban, y compris l’augmentation des dépenses militaires et la nécessité de couvrir les dépenses civiles telles que l’hébergement d’au moins 130 000 personnes évacuées du nord et du sud.

Les députés de l’opposition s’opposent fermement aux augmentations de financement qui, selon eux, sont destinées à des intérêts sectoriels sans rapport avec l’effort de guerre, en particulier aux montants importants alloués au ministère des Missions nationales, dirigé par Orit Strouk, du parti d’extrême-droite du ministre des Finances Bezalel Smotrich, HaTzionout HaDatit.

« Nous sommes un pays où tout a changé. Ce n’est pas le même pays et ce ne sera plus [le même]. Pas après Shejaiya [l’embuscade à Gaza au cours de laquelle neuf soldats ont été tués], pas après [le massacre perpétré par le Hamas le 7 octobre lors du] Festival Nova. Il n’y a pas une seule personne dans le pays qui ne comprenne pas cela, à part la personne qui a mis ce budget honteux à l’ordre du jour de la Knesset », a déclaré Lapid.

« C’est vous qui pratiquez la politique la plus mauvaise et la plus cynique, alors que l’État d’Israël lutte pour sa survie », a accusé Lapid.

Tsahal a frappé des sites du Hezbollah au Sud-Liban ; un terroriste serait mort

L’armée israélienne confirme avoir frappé un certain nombre de sites du groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah dans le sud du Liban ce matin.

Tsahal ajoute qu’un projectile a également été tiré depuis le Liban sur une zone proche de la communauté de Shomera, dans le nord du pays.

Aucun blessé n’a été signalé suite à cette attaque contre Israël.

Le Hezbollah affirme qu’un de ses membres a été tué dans les frappes des Tsahal, ce qui porte à 104 le nombre de terroristes chiites libanais depuis le début des escarmouche dans le cadre de la guerre à Gaza.

L’Iran menace Washington s’il forme une coalition multinationale en mer Rouge

Le navire Galaxy Leader, récemment saisi, qui a été capturé par des rebelles houthis le 19 novembre, à côté d'un navire de soutien dans le sud de la mer Rouge, près de Hodeida, au Yémen, publiée le 28 novembre 2023. (Crédit : Maxar Technologies/AFP)
Le navire Galaxy Leader, récemment saisi, qui a été capturé par des rebelles houthis le 19 novembre, à côté d'un navire de soutien dans le sud de la mer Rouge, près de Hodeida, au Yémen, publiée le 28 novembre 2023. (Crédit : Maxar Technologies/AFP)

L’Iran met en garde contre les conséquences de la mise en place d’une coalition multinationale en mer Rouge pour protéger les navires contre les attaques des Houthis pro-Iran au large des côtes du Yémen.

La Maison Blanche a déclaré la semaine dernière que les États-Unis pourraient mettre en place une force navale pour escorter les navires commerciaux en mer Rouge, en raison des attaques répétées et croissantes des Houthis contre des navires qui auraient des liens avec Israël ou qui navigueraient vers ce pays, en guise de soutien au groupe terroriste palestinien du Hamas.

Le ministre iranien de la Défense, Mohammad Reza Ashtiani, a déclaré à l’agence de presse officielle de la République islamique, ISNA, que « s’ils agissent de manière aussi irrationnelle, ils seront confrontés à des problèmes extraordinaires », selon Reuters.

« Personne ne peut agir dans une région où nous sommes prédominants », affirme-t-il, sans préciser ce que Téhéran pourrait faire si une telle mesure était prise.

La plus importante formation de commandement militaire débute en pleine guerre

La plus importante formation de commandement militaire de toute l’histoire de Tsahal va commencer jeudi, a fait savoir la chaîne publique Kan, avec pour objectif de permettre rapidement à des commandants de rang moyen d’être aptes au service dans un contexte de guerre à Gaza.

Alors que de tels cursus accueillent habituellement cent nouveaux commandants, celui-ci accueille 130 personnes. Certaines auraient été rapatriées depuis la ligne de front pour y prendre part.

Le cursus n’a normalement pas lieu en temps de guerre.

De multiples commandants de compagnie et leurs adjoints ont été tués ou blessés dans la guerre contre le Hamas.

Des frappes israéliennes signalées dans le Sud-Liban suite à des attaques du Hezbollah

De la fumée s’élevant à l'horizon le long des collines du sud du Liban après des frappes israéliennes depuis une position le long de la frontière dans le nord d'Israël, le 14 décembre 2023. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)
De la fumée s’élevant à l'horizon le long des collines du sud du Liban après des frappes israéliennes depuis une position le long de la frontière dans le nord d'Israël, le 14 décembre 2023. (Crédit : Jalaa Marey/AFP)

Les médias libanais font état de frappes aériennes israéliennes dans le sud du Liban.

Ces frappes surviennent alors que le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah mène des attaques répétées contre le nord d’Israël.

L’armée israélienne n’a pas encore commenté ces frappes.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux montrent de grands panaches de fumée s’élevant au-dessus des villages libanais d’Aitaroun et de Maroun al-Ras.

Lloyd Austin condamne le Hezbollah lors d’un appel avec Yoav Gallant

Le chef du Pentagone américain Lloyd Austin et le ministre de la Défense Yoav Gallant lors d'une conférence de presse, le 13 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran)
Le chef du Pentagone américain Lloyd Austin et le ministre de la Défense Yoav Gallant lors d'une conférence de presse, le 13 octobre 2023. (Crédit : Capture d'écran)

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a condamné ouvertement le Hezbollah – un apparent durcissement de la rhétorique employée par les États-Unis à l’égard de l’organisation terroriste chiite libanaise.

Pendant son entretien téléphonique le plus récent avec son homologue israélien, Yoav Gallant, Austin a condamné le Hezbollah « qui menace les communautés israéliennes et il a appelé au calme le long de la Ligne bleue ».

Une phrase qui se distingue dans le compte-rendu américain dans la mesure où elle ne paraît pas être une reprise des éléments de langage de la Maison Blanche.

Des comptes-rendus antérieurs du secrétaire à la Défense, qui faisaient le point sur les échanges réguliers entre Austin et Gallant et qui mentionnaient les tensions sur la frontière nord ne soulignaient, de manière générale, que les inquiétudes du responsable américain portant sur une possible escalade.

Ce dernier communiqué désigne clairement du doigt le Hezbollah en lui attribuant la responsabilité du conflit sur la frontière nord d’Israël.

Un ministre du Likud n’exclut pas de s’implanter à Gaza, « dans certaines zones, là où ça a du sens »

Amichaï Chikli, ministre des Affaires de la Diaspora, arrivant à la réunion hebdomadaire du cabinet au Bureau du premier ministre, à Jérusalem, le 14 mai 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Amichaï Chikli, ministre des Affaires de la Diaspora, arrivant à la réunion hebdomadaire du cabinet au Bureau du premier ministre, à Jérusalem, le 14 mai 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le ministre de l’Égalité sociale, Amichai Chikli, a expliqué qu’il n’excluait pas la possibilité de construire des implantations israéliennes dans la bande de Gaza, « dans certaines zones, là où ça a du sens ».

Chikli, qui est issu du parti du Likud du Premier ministre Benjamin Netanyahu, a déclaré à Ynet que l’Autorité palestinienne, « qui enseigne le terrorisme et le meurtre de Juifs », ne pouvait pas prendre part à la gouvernance de Gaza après la guerre, reprenant à son compte le positionnement dit et répété par le chef du gouvernement.

« C’est une autorité imaginaire », a-t-il accusé. « Nous ne payons pas le prix du sang des meilleurs de nos fils pour que l’Autorité palestinienne prenne le contrôle ».

Il a vivement recommandé de « penser hors des cadres établis » concernant les solutions potentielles à mettre en place, suggérant par exemple que « Rafah pourrait être placé sous contrôle égyptien et Khan Younès sous contrôle émirati ».

Pause humanitaire de 10h à 14h dans le quartier Al-Salam de Rafah

La liaison militaire israélienne en Cisjordanie et à Gaza annonce une pause humanitaire tactique de 10h à 14h aujourd’hui dans le quartier Al-Salam de Rafah.

US : Sans arrêter les frappes à Gaza, Israël doit trouver un moyen de réduire leur intensité

Le conseiller à la Sécurité nationale, Jake Sullivan, s'exprimant lors de la séance d'information quotidienne à la Maison Blanche, à Washington, le 12 décembre 2022. (Crédit : Susan Walsh/AP)
Le conseiller à la Sécurité nationale, Jake Sullivan, s'exprimant lors de la séance d'information quotidienne à la Maison Blanche, à Washington, le 12 décembre 2022. (Crédit : Susan Walsh/AP)

Selon un rapport du bureau qui coordonne l’ensemble des agences américaines de renseignement (ODNI), environ 40 à 45 % des 29 000 munitions air-sol utilisées par l’armée israélienne depuis le début des frappes à Gaza sont « non guidées », donc moins précises, ce qui accroît le risque pour les civiles, souligne CNN sur la base de trois sources ayant eu accès à ce document confidentiel.

Sans arrêter les frappes à Gaza, Israël doit trouver un moyen de réduire l’intensité des frappes, a suggéré Jake Sullivan, conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche attendu ce jeudi et vendredi à Jérusalem pour des entretiens avec le Premier ministre Netanyahu.

« Cela veut simplement dire qu’il faut se diriger vers une phase différente du type de haute intensité que nous connaissons aujourd’hui », avait-il déclaré cette semaine lors d’un forum organisé par le Wall Street Journal.

« Nous souhaitons la fin de ce conflit (…) mais nous ne pensons pas non plus qu’il serait pertinent d’arrêter l’opération maintenant (…) car les attaques terroristes contre Israël se poursuivraient ce qui, à long terme, n’est dans l’intérêt sécuritaire de personne dans la région », a déclaré Matthew Miller, le porte-parole de la diplomatie américaine.

Sous la pression militaire, un officiel du Hamas suggère de reconnaître Israël

Le responsable du Hamas, Moussa Abu Marzouk, le 18 septembre 2014. (Crédit : Khalil Hamra/AP)
Le responsable du Hamas, Moussa Abu Marzouk, le 18 septembre 2014. (Crédit : Khalil Hamra/AP)

Mousa Abu Marzouk, haut-responsable du Hamas, a suggéré que le groupe palestinien pouvait reconnaître Israël pour la toute première fois – une initiative prise sous la forme d’une avancée vers l’unité palestinienne, ce qui indique potentiellement les pressions subies par le groupe terroriste dans le cadre de l’offensive lancée par l’armée israélienne – une campagne qui vise à l’écarter du pouvoir.

Ces propos ont été tenus peu après une déclaration faite par le chef du bureau politique du Hamas, Ismail Haniyeh, qui a fait savoir qu’il était ouvert à des pourparlers visant à mettre un terme aux hostilités et qu’il était prêt « à remettre le foyer palestinien en ordre en Cisjordanie et dans la bande de Gaza », ce qui pourrait potentiellement entraîner « une voie politique qui garantira le droit des Palestiniens à un état indépendant avec Jérusalem comme capitale ».

Le Hamas a toujours ouvertement cherché la destruction d’Israël et il s’était engagé à commettre des attaques similaires à celle qui avait semé la désolation dans le sud de l’État juif, le 7 octobre, dans la poursuite de cet objectif.

L’Organisation de libération de la Palestine (OLP), sa rivale, qui dirige l’Autorité palestinienne dans la bande de Gaza, avait reconnu Israël dans le cadre des Accords d’Oslo en 1990 – même si elle ne reconnaît pas Israël en tant qu’État juif.

« Vous devez suivre le positionnement officiel. Ce positionnement officiel, c’est que l’OLP a reconnu l’État d’Israël », a dit Abu Marzouk à Al-Monitor.

Deux morts et dix blessés dans une frappe au drone à Jénine – Autorité palestinienne

L’agence de presse officielle de l’Autorité palestinienne, Wafa, a affirmé que deux personnes ont été tuées dans la nuit de mercredi à jeudi dans une frappe au drone, dans le cadre de la vaste opération antiterroriste menée par l’armée israélienne à Jénine, en Cisjordanie.

Il s’agirait d’Ahmad Jamal Abu Zaina, 27 ans, et de Bashar Haytham Abu Zaid, un adolescent.

Dix autres personnes ont été blessées – au moins trois grièvement – alors que le raid d’arrestation lancé par Tsahal dans cette ville de Cisjordanie est entré dans sa 48è heure.

L’opération, qui a permis aux troupes de mettre en détention des centaines de suspects et de saisir des armes, a commencé mardi, également avec une frappe au drone qui avait pris pour cible des terroristes qui jetaient des explosifs.

L’armée n’a pas fait de commentaire sur les heurts survenus cette nuit.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.