Rechercher

Tsahal essuie des tirs alors qu’elle cartographiait la maison de terroristes

Les soldats sont entrés dans la ville palestinienne de Silat al-Harithiya et ont remis un ordre de démolition à la famille de deux hommes soupçonnés d'avoir tué Yehuda Dimentman

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Des soldats des Tsahal opérant dans la ville palestinienne de Silat al-Harithiya en Cisjordanie, le 20 décembre 2021. (Crédit : porte-parole de Tsahal)
Des soldats des Tsahal opérant dans la ville palestinienne de Silat al-Harithiya en Cisjordanie, le 20 décembre 2021. (Crédit : porte-parole de Tsahal)

Les forces de sécurité israéliennes ont pris les mesures de la maison de deux frères palestiniens soupçonnés d’avoir perpétré la semaine dernière en Cisjordanie une fusillade qui a tué Yehuda Dimentman et blessé deux autres Israéliens, première étape avant la démolition du bâtiment, a indiqué l’armée lundi.

Les troupes sont entrées dans la ville de Silat al-Harithiya, près de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, où elles ont été accueillies par des tirs nourris et des émeutes, a indiqué l’armée israélienne dans un communiqué.

« Des tirs massifs ont été dirigés vers les soldats de Tsahal, qui ont riposté », a déclaré l’armée.

Des dizaines de Palestiniens ont également lancé des pierres et des explosifs sur les forces de sécurité, qui ont riposté avec des armes de dispersion des émeutes, a indiqué l’armée israélienne.

Aucun soldat israélien n’a été blessé.

Israël démolit les maisons des Palestiniens accusés d’avoir mené des attaques terroristes meurtrières. L’armée commence par mesurer ou cartographier le bâtiment afin de déterminer la meilleure façon de le raser. Les familles des suspects sont informées à l’avance de la démolition, ce qui leur donne la possibilité de faire appel devant la Haute Cour de justice israélienne. Ces tentatives aboutissent rarement, bien que dans certains cas, le tribunal puisse limiter l’ordre de démolition aux seules parties de la maison utilisées par le terroriste.

Selon les médias palestiniens, un grand nombre de soldats ont pris part au raid.

Des vidéos partagées sur les réseaux sociaux ont montré des troupes de l’armée israélienne affluant dans la ville et des hommes armés tirant sur les unités de Tsahal.

L’agence de presse Maan a identifié la maison comme étant celle d’Ahmed Muhammad Yassin Jaradat, le père des frères Ghaith et Omar, qui sont soupçonnés d’avoir mené la fusillade meurtrière, avec l’aide de plusieurs complices. L’agence de sécurité intérieure du Shin Bet a déclaré que les suspects étaient membres du groupe terroriste palestinien du Jihad islamique.

Selon des médias palestiniens, les résidents de la maison ont reçu des documents les avertissant d’évacuer les lieux avant sa démolition et la famille a commencé à retirer ses meubles.

Les deux frères et quatre autres suspects ont été arrêtés lors d’un raid mené dimanche à l’aube à Silat al-Harithiya par l’armée, le Shin Bet et l’unité antiterroriste Yamam de la police israélienne. Ils ont tous été remis au Shin Bet pour interrogatoire.

Le Shin Bet a déclaré que les troupes ont également récupéré des armes soupçonnées d’avoir été utilisées dans l’attaque de jeudi, ainsi qu’au moins une autre qui était en possession de la cellule, notamment deux fusils M-16 et une mitraillette de type Carlo, une arme de fortune produite localement. La police a ensuite publié des photos des armes.

Yehuda Dimentman. (Autorisation)

Les terroristes ont ouvert le feu sur la voiture dans laquelle Dimentman voyageait avec deux autres hommes, le tuant et les blessant légèrement alors qu’ils quittaient l’avant-poste de Homesh. Un responsable militaire a déclaré que leur voiture avait été prise en embuscade depuis le bord de la route.

Dimentman était étudiant dans une yeshiva près de l’endroit où l’attaque a eu lieu. Homesh est une ancienne implantation qui devait être abandonnée dans le cadre de l’expulsion de 2005 – le « désengagement » – mais qui est maintenant le site de la yeshiva illégale.

Le jeune homme de 25 ans était père d’un fils de neuf mois et vivait dans l’implantation de Shavei Shomron, en Cisjordanie.

Ces dernières semaines, les attentats terroristes palestiniens se sont multipliés, quatre ayant eu lieu dans la seule ville de Jérusalem, dont une fusillade mortelle commise par un membre du Hamas.

Des soldats des Tsahal opérant dans la ville palestinienne de Silat al-Harithiya en Cisjordanie, le 20 décembre 2021. (Crédit : porte-parole de Tsahal)

On a également constaté une importante augmentation de la violence des résidents d’implantations envers les Palestiniens.

Par ailleurs, trois Palestiniens ont été blessés par des jets de pierres lancées par des Israéliens près de l’avant-poste de Homesh, dans le nord de la Cisjordanie, selon un responsable palestinien. Le représentant de l’Autorité palestinienne Ghassan Daghlas, qui suit les activités dans les implantations, a déclaré lors d’un appel téléphonique qu’aucun Palestinien n’avait été sérieusement blessé par les jets de pierres. Selon Daghlas, les Palestiniens conduisaient leur voiture près de l’entrée de Burqa, une ville palestinienne locale, lorsqu’ils ont été attaqués. L’armée israélienne a déclaré qu’elles examinaient les signalements relatifs à cet incident. Certains médias ont initialement indiqué qu’un Palestinien avait été grièvement blessé.

La police a aussi arrêté trois personnes soupçonnées d’avoir mis le feu à une voiture palestinienne dans la région de Naplouse samedi. Les trois personnes ont été interrogées et seront déférées devant un juge.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...