Tsahal ouvre une enquête sur des explosifs placés dans un village palestinien
Rechercher

Tsahal ouvre une enquête sur des explosifs placés dans un village palestinien

D’après les premiers interrogatoires, les soldats n'auraient pas obtenu l'autorisation d'opérer à Kafr Qaddum, où des manifestations ont lieu régulièrement

Des Palestiniens s'affrontent avec des soldats israéliens lors d'une manifestation contre le plan d'annexion de certaines parties de la Cisjordanie, dans le village de Kfar Qaddum, près de la ville de Naplouse en Cisjordanie, le 19 juin 2020. (Nasser Ishtayeh/Flash90)
Des Palestiniens s'affrontent avec des soldats israéliens lors d'une manifestation contre le plan d'annexion de certaines parties de la Cisjordanie, dans le village de Kfar Qaddum, près de la ville de Naplouse en Cisjordanie, le 19 juin 2020. (Nasser Ishtayeh/Flash90)

L’armée israélienne enquêterait sur un incident au cours duquel des soldats auraient placé des engins explosifs improvisés à l’intérieur d’un village palestinien en Cisjordanie, selon un article publié mercredi.

Les troupes de la brigade Nahal ont placé au moins trois engins explosifs près d’une route à la périphérie de Kafr Qaddum, où des manifestations régulières et souvent violentes ont lieu contre la présence israélienne en Cisjordanie, a rapporté le quotidien Haaretz la semaine dernière.

Selon l’article, les engins ont été dissimulés à l’aide de pierres, de matériel et de boîtes de munitions, et laissés prêts à l’explosion, de sorte que simplement les toucher pourrait déclencher leur détonation.

Suite à cet article, Haaretz a déclaré mercredi que la division des enquêtes criminelles de l’armée a lancé une enquête sur l’incident lundi, sur ordre de l’avocat général militaire en chef, Sharon Afek.

D’après une première enquête menée par le général de brigade Yaniv Alaluf, le commandant de la division de Judée et Samarie, les responsables ont conclu que les soldats n’avaient pas reçu l’autorisation nécessaire et n’avaient pas rapporté leurs actions à leurs supérieurs, selon l’article.

Les engins explosifs ont été placés près des maisons, avec une pancarte en hébreu placée à proximité disant « N’approchez pas ou vous mourrez, danger mortel. »

L’un des engins a été trouvé par un garçon de 7 ans, dont la mère a appelé un membre de la famille qui a déplacé la boîte, selon l’article. L’appareil a explosé et lui a causé de légères blessures au visage et aux mains.

Les membres de la famille ont ensuite trouvé le second dispositif et lui ont lancé des pierres, le faisant exploser. Le troisième a été neutralisé par les démineurs de Tsahal appelés sur les lieux.

L’avocat Michael Sfard a appelé Tsahal à « enquêter sérieusement sur ce grave incident, tout comme les autorités israéliennes auraient enquêté sur un incident au cours duquel des Palestiniens auraient placé des engins explosifs à proximité d’une communauté israélienne, et ont contacté les plus hauts responsables impliqués ».

La semaine dernière, Tsahal a indiqué à Haaretz que des grenades paralysantes – et non des engins explosifs – avaient été placées « dans une zone ouverte et inhabitée, où de violentes émeutes ont eu lieu pendant plusieurs années ». Tsahal a déclaré qu’elles avaient été placées à des fins de dissuasion, et « après avoir découvert qu’elles pouvaient causer des dommages, les forces se sont attelées à les enlever ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...