Un ado juif renvoyé d’une école allemande pour un salut nazi
Rechercher

Un ado juif renvoyé d’une école allemande pour un salut nazi

Maksym M. nie avoir fait le salut hitlérien, ses camarades le soutiennent, mais l'école refuse de le réintégrer

L'établissement de formation professionnelle Blindow de Leipzig, en Allemagne. Illustration. (Crédit : capture d'écran Youtube)
L'établissement de formation professionnelle Blindow de Leipzig, en Allemagne. Illustration. (Crédit : capture d'écran Youtube)

MUNICH — Un adolescent juif a été renvoyé d’une école de formation professionnelle en Allemagne pour avoir levé le bras et fait un salut nazi en classe.

Mais Maksym M., 18 ans, répète qu’il ne faisait que lever la main au moment de l’appel durant un cours de l’école Blindow-Schule de Leipzig, selon le journal Bild, qui a également annoncé qu’il était bon élève. Le procureur de l’Etat a refusé, pour sa part, d’instruire les plaintes à son encontre.

Les parents du jeune homme ont déclaré à Bild qu’ils attendaient des excuses de l’école.

« Notre fils a été sanctionné pour quelque chose qu’il n’a pas fait », ont-ils affirmé.

Il est illégal en Allemagne de faire le salut hitlérien ou d’utiliser d’autres symboles nazis.

« Je n’ai pas fait ce qu’ils disent », a indiqué l’adolescent, qui est à présent inscrit dans un autre établissement.

Selon son professeur, Stefan M., lorsque le nom de l’élève a été prononcé au moment de l’appel, Maksym « a levé le bras droit, la paume plate, en le tenant à la hauteur des yeux ».

Selon l’enseignant, un camarade de classe a défendu Maksymen en disant qu’il tentait de bloquer les rayons du soleil qui l’aveuglaient. Un autre a déclaré que dans la mesure où Maksym était un « étranger », il ne pouvait pas avoir fait intentionnellement ce qui lui est maintenant reproché.

Ses camarades de classe ont lancé une pétition en sa faveur mais Maksym n’a pas été réintégré au sein de son école. Un avocat de la famille a expliqué que l’enseignant avait été « manifestement débordé » et qu’il avait tenté de gagner le respect des autres élèves en punissant Maksym.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...