Un adolescent israélien condamné pour avoir uriné sur un monument à Auschwitz
Rechercher

Un adolescent israélien condamné pour avoir uriné sur un monument à Auschwitz

Il s'agit d'un incident inédit, selon le musée ; le jeune de 19 ans a été arrêté et interrogé par la police polonaise

Vebeke, le négationniste flamand nie l’utilisation des chambres à gaz d'Auschwitz pour l'extermination des juifs. Ici, l'inscription allemande tristement célèbre : "Le travail rend libre" à la porte principale du camp d'extermination d'Auschwitz I, le 15 novembre 2014 à Oswiecim, en Pologne. (Christopher Furlong/Getty Images via JTA/File)
Vebeke, le négationniste flamand nie l’utilisation des chambres à gaz d'Auschwitz pour l'extermination des juifs. Ici, l'inscription allemande tristement célèbre : "Le travail rend libre" à la porte principale du camp d'extermination d'Auschwitz I, le 15 novembre 2014 à Oswiecim, en Pologne. (Christopher Furlong/Getty Images via JTA/File)

Un Israélien de 19 ans a été arrêté au musée d’État d’Auschwitz-Birkenau après avoir été surpris en train d’uriner sur un mémorial commémorant les victimes du camp.

Il a été interrogé pendant plusieurs heures et libéré mercredi après avoir accepté une amende comme punition, selon des médias locaux. L’amende s’élèverait à 1 500 dollars.

Selon la loi polonaise, ceux qui profanent un monument ou tout lieu public commémorant un événement historique ou une personne sont passibles d’une amende ou d’une peine d’emprisonnement.

Le jeune Israélien a été arrêté mercredi vers 13 heures. Selon des témoins, il a uriné sur un monument situé près des ruines des crématoires de l’ancien camp de Birkenau. Il a été remarqué par le guide du musée qui a averti les gardes du musée qui, à leur tour, ont appelé la police.

Le porte-parole du Musée d’Auschwitz, Bartosz Bartyzel, a déclaré qu’il ne se souvenait pas avoir entendu parler d’un événement similaire impliquant un citoyen israélien.

Le ministère israélien des Affaires étrangères a confirmé que l’adolescent a été libéré après avoir été interrogé pendant plusieurs heures, selon Ynet.

L’année dernière, un groupe d’activistes antimilitaristes a massacré un mouton, s’est déshabillé et s’est enchaîné à la porte du mémorial d’Auschwitz. Ils ont été condamnés en janvier à des peines de prison et à des amendes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...