Un ancien collègue d’Isaac Herzog sera jugé pour un don aux primaires
Rechercher

Un ancien collègue d’Isaac Herzog sera jugé pour un don aux primaires

Un homme d'affaires qui avait fait un don problématique de 40 000 shekels au cours de la campagne de 2013 est également poursuivi

Le député israélien Isaac Herzog se tient devant une affiche électorale pour le chef du parti, Shelly Yachimovich, alors que le parti organise des élections primaires le 21 novembre 2013 (Crédit : Gideon Markowicz / Flash90)
Le député israélien Isaac Herzog se tient devant une affiche électorale pour le chef du parti, Shelly Yachimovich, alors que le parti organise des élections primaires le 21 novembre 2013 (Crédit : Gideon Markowicz / Flash90)

Un ancien haut responsable de la campagne pour le président de l’opposition, le député Isaac Herzog (travailliste), sera jugé pour une contribution problématique effectuée au cours d’une primaire du parti en 2013.

Gilad Ramot, l’homme d’affaires qui a fait la contribution de 40 000 shekels, sera également inculpé, a annoncé l’accusation samedi soir.

Herzog, qui a perdu la direction du parti travailliste au profit de Avi Gabbay dans une primaire cette année, a été initialement soupçonné d’être impliqué dans la contribution en violation des lois sur la campagne.

Cependant, en septembre 2016, les enquêteurs de la police ont déclaré qu’ils fermaient l’enquête de plusieurs mois après n’avoir trouvé aucune preuve qu’Herzog était au courant de la donation problématique.

Ramot, qui a fait le don, possédait une compagnie, RPM, qui était susceptible d’être affectée par les lois en vigueur à la Knesset.

Le don, prétendument facilité par Shimon Batat, membre du personnel de la campagne travailliste, a contribué à payer une campagne publicitaire négative contre le challenger de Herzog dans la primaire, la députée Shelly Yachimovich.

Il n’a pas été rapporté dans le dépôt obligatoire fait par la campagne – qui a été signé par Herzog – au contrôleur de l’état Yossef Shapira après le vote primaire.

En outre, les dons de sociétés sont illégaux dans les campagnes primaires.

L’État a offert à Batat et à Ramot un accord de plaidoyer en vertu duquel ils ne seraient reconnus coupables que de n’avoir pas déclaré une contribution légale.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...