Un Arabe israélien arrêté pour avoir appelé à des attaques à la voiture bélier
Rechercher

Un Arabe israélien arrêté pour avoir appelé à des attaques à la voiture bélier

Pour la police, “l’incitation à la violence est les menaces” sur les réseaux sociaux ne sont pas protégées par la liberté d’expression

La scène de l'attentat au camion bélier qui a tué quatre soldats dans le quartier d'Armon Hanetziv de Jérusalem le 8 janvier 2017. (Crédit : Sebi Berens/Flash90)
La scène de l'attentat au camion bélier qui a tué quatre soldats dans le quartier d'Armon Hanetziv de Jérusalem le 8 janvier 2017. (Crédit : Sebi Berens/Flash90)

Un homme habitant à Rahat, ville du sud du pays majoritairement bédouine, a été arrêté pour avoir publié sur sa page Facebook une vidéo appelant à mener des attaques à la voiture bélier, a déclaré la police dans un communiqué mercredi.

La vidéo montrait l’attaque terroriste de dimanche, dans laquelle un homme de Jérusalem est a fauché avec son camion un groupe de soldats israéliens, puis fait marche arrière pour leur rouler à nouveau dessus. Il a tué quatre personnes et fait 16 blessés.

En bande son, une voix encourage, en arabe, à mener des attaques similaires.

La police a déclaré que le suspect, un home de 30 ans, avait été arrêté mardi et resterait en détention au moins jusqu’au 15 janvier.

« Tout en protégeant la liberté d’expression, nous ne pouvons pas autoriser des incitations [à la violence] et des menaces sur Facebook », a déclaré la police.

Graffiti en arabe retrouvé dans la Vieille Ville de Jérusalem rendant hommage au terroriste Fadi al-Qunbar pour le meurtre de 4 soldats, le 9 janvier 2017. (Crédit : police israélienne)
Graffiti en arabe retrouvé dans la Vieille Ville de Jérusalem rendant hommage au terroriste Fadi al-Qunbar pour le meurtre de 4 soldats, le 9 janvier 2017. (Crédit : police israélienne)

Cette semaine, la police avait déjà arrêté quatre habitants de la Vieille Ville de Jérusalem pour des graffitis rendant hommage à Fadi al-Qunbar, le chauffeur de l’attentat de dimanche.

Les graffitis avaient été découverts sur des vitrines du quartier musulman la nuit suivant l’attaque. Ils rendaient hommage à Qunbar et déclaraient que son attentat au camion bélier était un acte « de résistance, pas de terrorisme ».

Il avait également été écrit, en hébreu, « l’attaque d’hier n’est que le début de 2017. »

Les suspects, âgés de 13 à 20 ans, ont été arrêtés quand la police a découvert des bombes de peinture en fouillant leurs maisons, a déclaré une porte-parole de la police.

Le suspect de 13 ans a été assigné en résidence surveillée, et les autres resteront en détention jusqu’à la fin de l’enquête, où ils seront présentés à la cour, a ajouté la porte-parole.

Les quatre soldats israéliens tués par un attentat au camion bélier à Jérusalem, le 8 janvier 2017. De gauche à droite, le lieutenant Yael Yekutiel, le cadet Shir Hajaj, le cadet Shira Tzur, et le cadet Erez Orbach. (Crédit : via le porte-parole de l'armée israélienne)
Les quatre soldats israéliens tués par un attentat au camion bélier à Jérusalem, le 8 janvier 2017. De gauche à droite, le lieutenant Yael Yekutiel, le cadet Shir Hajaj, le cadet Shira Tzur, et le cadet Erez Orbach. (Crédit : via le porte-parole de l’armée israélienne)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...