Un candidat au Congrès diabolise Soros et prétend que Beyoncé n’est pas Noire
Rechercher

Un candidat au Congrès diabolise Soros et prétend que Beyoncé n’est pas Noire

KW Miller, pro-Trump, prétend que le milliardaire juif contrôle les médias et les Démocrates, accuse les célébrités Afro-Américaines de jeter de l’eau sur le feu du conflit racial

Beyoncé sur scène le 9 mai 2016 avec une robe créée par le styliste israélien Inbal Dror (Crédit : autorisation Formation Nation)
Beyoncé sur scène le 9 mai 2016 avec une robe créée par le styliste israélien Inbal Dror (Crédit : autorisation Formation Nation)

Un candidat au Congrès indépendant en Floride a fait des vagues ce week-end en tweetant une étrange diatribe affirmant que la pop star Beyoncé Knowles ne prétendait être Noire que dans le cadre d’un prétendu « programme Deep State de Soros pour le mouvement Black Lives Matter ».

KW Miller, – un fervent partisan de Trump et membre de la QAnon groupe qui répand de prétendues théories du complot, qui se présente contre le Républicain sortant Brian Mast dans le 18e district de Floride – a affirmé que l’ancienne chanteuse star de Destiny’s Child était en fait une femme italienne nommée Ann Marie Lastrassi.

Dans un long fil Twitter, Miller, qui a plus de 17 000 abonnés, a dit que la chanson « Formation » de Beyoncé « était un message secret codé pour les mondialistes », dans laquelle elle admettait clairement être démoniaque et adorer les églises satanistes d’Alabama et de Louisiane.

Dans la « chanson, Beyoncé hurle un ”Bill Gates Noir en devenir”. En conséquence, en 2020, on voit Black Lives Matter terroriser le pays en même temps que Bill Gates impose un vaccin CoVid », a-t-il dit.

Miller a également accusé la célèbre chanteuse Afro-Américaine Patti LaBelle d’être « une autre marionnette mondialiste Illuminati » ayant été impliquée dans un « plan secret pour réinstaller Barak Obama comme président des Etats-Unis ».

Les récents tweets de Miller incluent également un appel aux présentateurs télé noirs pour qu’ils « élèvent la communauté noire plutôt que d’essayer de dire à leurs frères et sœurs de couleur qu’ils sont des victimes », une promesse selon laquelle il allait « guérir le fossé entre les races » ; il affirme également que le milliardaire juif George Soros manipule en secret les Etats-Unis à travers les médias, le parti Démocrate, le Mouvement Black Lives Matter, et d’autres groupes.

Ses tweets comprennent un certain nombre de hashtags QAnon, notamment #GreatAwakening, #QAnon, et #WWG1GWA ainsi que #Trump2020.

La théorie non corroborée de QAnon s’est répandue dans les zones les plus sombres d’Internet depuis la fin de l’année 2017. Elle est fondée par un haut fonctionnaire anonyme et haut placé, connu sous le nom de « Q », qui prétend dévoiler un complot étatique contre le président Donald Trump, qui implique le satanisme et le trafic d’enfants pour le marché du sexe.

Trump a déjà retweeté un certain nombre de comptes Twitter faisant la promotion de QAnon. Les abonnés se bousculent aux rassemblements de Trump avec des symboles et slogans de QAnon sur leurs vêtements et chapeaux.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...