Un cerf-volant gazaoui muni d’une caméra est brièvement entré en Israël
Rechercher

Un cerf-volant gazaoui muni d’une caméra est brièvement entré en Israël

L’objet est retourné dans le territoire palestinien juste après des tirs de sommation de l’armée israélienne

Les forces israéliennes devant la barrière de sécurité de la frontière entre Israël et le sud de la bande de Gaza. Illustration. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)
Les forces israéliennes devant la barrière de sécurité de la frontière entre Israël et le sud de la bande de Gaza. Illustration. (Crédit : Abed Rahim Khatib/Flash90)

Un cerf-volant auquel était accroché une caméra a été repéré samedi en train de flotter au-dessus de la barrière frontalière de la bande de Gaza, a annoncé l’armée israélienne.

L’armée a annoncé que des soldats israéliens avaient tiré des coups de sommation en réponse à l’entrée du cerf-volant en territoire israélien.

Le cerf-volant est immédiatement retourné vers l’intérieur de la bande de Gaza après les tirs de sommation, a annoncé Ynet.

L’incident a eu lieu dans un contexte de hausse des tenions au sud de la frontière entre Israël et l’enclave palestinienne dirigée par le Hamas.

Les démineurs de la police sortent un morceau de la roquette tirée depuis la bande de Gaza qui a atterri sur une route de Sdérot, le 5 octobre 2016. (Crédit : police israélienne)
Les démineurs de la police sortent un morceau de la roquette tirée depuis la bande de Gaza qui a atterri sur une route de Sdérot, le 5 octobre 2016. (Crédit : police israélienne)

Le ministre de la Défense Avigdor Liberman a déclaré jeudi que bien qu’Israël ne veuille pas déclencher de guerre contre le Hamas, il répondra à chaque attaque venue de la bande de Gaza avec une « réponse puissante ». Liberman parlait spécifiquement des tirs de roquettes et de mortiers qui ont frappé le territoire israélien ces derniers jours.

Jeudi, un tank israélien a frappé un poste du Hamas dans le sud de la bande de Gaza en réponse à un obus de mortier tiré dans le sud d’Israël ce même jour. Des médias gazaouis ont également annoncé que les forces israéliennes avaient touché un site dans le centre de Gaza, à l’est du camp de réfugiés de Bureij, mais ces informations n’avaient pas été confirmées par l’armée israélienne.

L’obus de mortier tiré depuis la bande de Gaza avait touché un terrain découvert de la région d’Eshkol, avait annoncé l’armée.

Il s’agissait de la seconde attaque palestinienne de la sorte en deux jours.

Mercredi, une roquette avait touché la ville israélienne de Sdérot, dans le sud du pays, et explosé au milieu d’une rue, entraînant des dégâts sur la route, les voitures et les maisons voisines. Trois personnes avaient été hospitalisées pour des crises d’angoisse.

Le groupe terroriste affilié à l’Etat islamique Ahfad al-Sahaba-Aknaf Bayt al-Maqdis avait revendiqué le lancement de la roquette de mercredi. Dans un communiqué, le groupe avait déclaré que l’attaque contre Sdérot était une réponse aux arrestations de plusieurs de ses membres par le Hamas.

En réponse, l’armée israélienne a frappé des cibles du Hamas, d’abord avec un tank qui a tiré environ une heure après la chute de la roquette sur Sdérot, puis avec une série de frappes aériennes sur la bande de Gaza, ciblant des « infrastructures stratégiques cruciales du Hamas », selon un responsable militaire.

Dans un communiqué, l’armée israélienne avait expliqué que le Hamas « porte la responsabilité de chaque incident terroriste provenant de » la bande de Gaza.

Après les frappes aériennes, le Hamas aurait envoyé un message à Israël appelant au calme et déclarant que le groupe terroriste n’était pas intéressé par une intensification supplémentaire des tensions.

Un responsable du Hamas a déclaré que le groupe avait dit à Israël qu’il ne permettrait pas que d’autres groupes terroristes de Gaza n’enflamment la situation, selon la radio publique israélienne. Il a ajouté que le groupe avait fait passer le message par une tierce partie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...