Un champ de blé d’un kibboutz à côté de Gaza incendié par un cerf-volant en feu
Rechercher

Un champ de blé d’un kibboutz à côté de Gaza incendié par un cerf-volant en feu

Les résidents du kibboutz ont déclaré qu’il s’agissait de la cinquième fois qu’un champ avait été visé ; les pompiers travaillent à éteindre les flammes

Illustration : Un agriculteur israélien éteint un incendie dans son champ qui a été allumé par un cerf-volant incendiaire envoyé de Gaza aux abords du kibboutz de Nahal Oz, dans le sud d'Israël, le 14 mai 2018 (Crédit :  Judah Ari Gross/Times of Israel)
Illustration : Un agriculteur israélien éteint un incendie dans son champ qui a été allumé par un cerf-volant incendiaire envoyé de Gaza aux abords du kibboutz de Nahal Oz, dans le sud d'Israël, le 14 mai 2018 (Crédit : Judah Ari Gross/Times of Israel)

Un feu a éclaté samedi dans un champ de blé à proximité du kibboutz Mefalsim le long de la frontière de Gaza à cause de ce qui semble être un autre cerf-volant incendiaire lancé depuis l’enclave côtière palestinienne.

Les pompiers sur place ont éteint les flammes à proximité de la frontière avec Gaza. Il n’y a pas eu d’informations directes sur des blessés ou des dégâts matériels.

Les résidents locaux ont déclaré que c’était la cinquième fois que le champ de blé était incendié par des cerfs-volants au cours des deux derniers mois.

Au cours des récentes semaines, des Gazaouis ont lancé vers Israël des cerfs-volants équipés de cocktails Molotov et de conteneurs de combustibles enflammés, incendiant des larges étendues de champs.

La tactique a été introduite dans le cadre des manifestations de la « Marche du Retour » à la barrière de la frontière, qui ont commencé le 30 mars et ont atteint un paroxysme quand les Etats-Unis ont transféré leur ambassade à Jérusalem et qu’au moins 60 Palestiniens ont été tués dans les affrontements, dont une majorité de membres du Hamas, ce que le groupe terroriste a reconnu.

Depuis le 30 mars, des dizaines de milliers de Palestiniens ont pris part à des manifestations hebdomadaires, dont Israël dit qu’elles sont orchestrées par le groupe terroriste du Hamas et les a utilisées comme une couverture pour des tentatives d’attaques terroristes et des brèches dans la barrière de la frontière.

Les violentes manifestations devaient s’arrêter le 15 mai, mais les dirigeants du Hamas ont déclaré qu’ils voulaient les continuer.

Dimanche dernier un autre cerf-volant en flamme a survolé la frontière de Gaza et a entraîné un incendie dans le sud d’Israël. Un jour auparavant, des cerfs-volants à Gaza ont causé deux feux de broussailles dans la Forêt de Beeri et le kibboutz Kfar Azza, à côté de la frontière, selon la chaîne d’information Hadashot.

L’incendie le plus important causé par des cerfs-volants portant de bombes incendiaires s’est produit mercredi à proximité du kibboutz Beeri, une communauté israélienne située à environ sept kilomètres à l’est du camp de réfugié Bureji de Gaza. Il a fallu six heures pour en venir à bout et l’incendie a consommé des dizaines de dunams de terres et de champs agricoles dans la zone.

Un Palestinien prépare un dispositif incendiaire attaché à un cerf-volant avant de tenter de le lancer à la clôture frontalière avec Israël, au sud de Jabalia, dans la bande de Gaza, le 4 mai 2018 (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

Des planificateurs militaires ont commencé à mettre en pratique des nouvelles mesures pour combattre les menaces, y compris les options issues des réponses de l’armée aux lancers des roquettes et d’autres attaques terroristes.

Des drones spécialement conçus pour détruire les cerfs-volants enflammés en plein air ont été utilisés avec succès pour la première fois lors des manifestations de vendredi dernier, a annoncé Walla news. Un officiel de l’armée israélienne a déclaré au site internet que les drones ont détruit plus de 40 cerfs-volants enflammés lors des manifestations à la frontière.

Hadashot a annoncé plus tôt ce mois que l’armée israélienne pensait riposter aux lancers de cerfs-volants avec des frappes aériennes contre les infrastructures du Hamas, comme a chaque fois qu’elle le fait quand une roquette de Gaza est lancée sur Israël. L’armée réfléchit aussi à déployer des snipers basés au sol pour cibler les Gazaouis qui lancent les cerfs-volants.

Un des Palestiniens qui a lancé un cerf-volant la semaine dernière aurait été abattu par un sniper israélien, dans ce qui constituerait la premier exemple où des forces de sécurité israélienne auraient réprimé les tentatives d’incendies criminels.

L’armée a averti les Gazaouis de ne pas envoyer des cerfs-volants à la frontière, déclarant qu’Israël ne tolérerait pas le « phénomène des incendies criminels ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...