Rechercher

Un colonel réprimandé après avoir assimilé Tsahal au mouvement pro-implantations

Roy Zweig a été convoqué pour une "clarification" sur ses remarques et pour ne pas avoir coordonné sa présence à un événement de résidents d’implantation avec l'armée

Roy Zweig, commandant de la brigade régionale de Samarie de Tsahal. (Crédit: Wikipedia Commons)
Roy Zweig, commandant de la brigade régionale de Samarie de Tsahal. (Crédit: Wikipedia Commons)

Un colonel de Tsahal a été réprimandé mercredi après avoir déclaré que l’armée et le mouvement pro-implantations sont « une seule et même chose » lors d’une apparition à un événement organisé par les résidents d’implantation qui n’a pas été coordonné avec l’armée.

Le major Roy Zweig, qui dirige la brigade régionale de Samarie, dans le nord de la Cisjordanie, s’exprimait lors d’un discours prononcé dimanche à l’occasion de Yom Yeroushalayim devant des étudiants de la yeshiva de l’implantation d’Elon Moreh.

« On a souvent dit que l’armée et le mouvement pro-implantations travaillent ensemble. Je ne suis pas d’accord avec cela, je pense que l’armée et le mouvement pro-implantations sont une seule et même chose », a déclaré Zweig, ajoutant que ceux qui prétendent qu’ils travaillent ensemble cherchent à « faire une distinction entre les deux groupes ».

Ces commentaires ont suscité de vives critiques de la part d’experts de gauche, qui ont affirmé qu’ils constituaient une preuve supplémentaire de la relation inappropriée entre Tsahal et les résidents d’implantation de Cisjordanie, qui, selon eux, se fait au détriment des Palestiniens et empêche les soldats d’agir contre les résidents d’implantation qui enfreignent la loi.

Dans un communiqué, Tsahal a déclaré que Zweig a été convoqué pour une « conversation de clarification » avec son supérieur, le colonel de la division de Judée et Samarie Avi Blot, qui a étudié le contenu des propos. Blot a également noté que Zweig a participé à l’événement des résidents d’implantation sans avoir obtenu l’autorisation de l’armée.

Un officier proche du dossier a déclaré au site d’information Walla que la décision de réprimander Zweig venait du chef d’état-major de Tsahal, Aviv Kohavi.

Le président du parti Sionisme religieux, Bezalel Smotrich, a critiqué la décision de Tsahal de réprimander Zweig, déclarant que sa remarque était tout à fait exacte « et que mille capitulations humiliantes du haut commandement de Tsahal face aux attaques de la gauche et du journal Haaretz n’y changeront rien ».

Zweig a fait les gros titres le mois dernier lorsqu’il a ignoré les ordres du Général de division, Yehuda Fuchs, concernant la rénovation du tombeau de Joseph, situé dans la ville palestinienne de Naplouse. Fuchs avait coordonné la rénovation du lieu saint vandalisé avec l’Autorité palestinienne afin de limiter les affrontements avec les Palestiniens locaux lors de l’entrée de Tsahal  dans la zone A de la Cisjordanie, où l’Autorité palestinienne est désignée pour exercer un contrôle total. Les parties avaient convenu que les médias n’accompagneraient pas les soldats et les résidents d’implantation qui réparaient le site, mais Zweig a tout de même invité des reporters.

Au cours de l’opération, Zweig a déclaré à la radio à ses soldats qu’ils étaient entrés dans le lieu saint « non pas comme des voleurs dans la nuit, mais comme des fils de rois » et que « nous aussi avons le privilège de restaurer l’honneur de la terre et du peuple d’Israël ». Il a ensuite été critiqué pour l’utilisation d’une telle rhétorique messianique au cours d’une opération militaire officielle.

Plus tôt cette année, Zweig a comparu au procès d’un jeune agent de sécurité accusé d’avoir commis un crime racial contre des Palestiniens, témoignant de la bonne moralité du suspect, un résident de l’avant-poste illégal Havat Gilad.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...