Rechercher

Restauration en plein jour du Tombeau de Joseph vandalisé

Les précédentes rénovations étaient nocturnes ; le chef du conseil de Samarie demande à l'armée israélienne de reprendre le contrôle du site pour le protéger

Le chef du conseil régional de Samarie, Yossi Dagan, au centre, lors d'une intervention exceptionnelle, en plein jour, pour restaurer le tombeau de Josehp en Cisjordanie, le 13 avril 2022. (Crédit : Roee Chedi/Conseil régional de Samarie)
Le chef du conseil régional de Samarie, Yossi Dagan, au centre, lors d'une intervention exceptionnelle, en plein jour, pour restaurer le tombeau de Josehp en Cisjordanie, le 13 avril 2022. (Crédit : Roee Chedi/Conseil régional de Samarie)

Le sanctuaire de Cisjordanie qui abrite le Tombeau du Joseph, personnage biblique, qui a été vandalisé à deux reprises ces derniers jours par des Palestiniens dans un contexte de tensions croissantes avec Israël, a été restauré et rénové mercredi matin lors d’une rare intervention diurne.

Plusieurs équipes de construction sont arrivées sur le site de Naplouse, accompagnées de forces militaires de la brigade de Samarie. L’opération a été coordonnée à l’avance avec l’administration civile, qui supervise l’opération.

À leur entrée dans l’enceinte, les véhicules israéliens ont été la cible de jets de pierres. Des visites similaires pour rénover le site en 2010 et 2015 avaient été menées sous couvert de l’obscurité, afin d’éviter des affrontements inutiles avec les Palestiniens de la région.

Selon les médias palestiniens, deux Palestiniens ont été blessés par des balles en caoutchouc lors d’affrontements près du site mercredi matin.

Selon le quotidien Haaretz, des tireurs d’élite de l’armée israélienne étaient postés sur les toits voisins alors que les équipes se rendaient sur le site.

Dans un autre incident, six Palestiniens auraient été blessés lors d’affrontements avec l’armée israélienne dans le village de Beita, près de Naplouse, dans le cadre d’une vaste opération militaire visant à procéder à des arrestations en Cisjordanie. Les forces sont également entrées dans les villes palestiniennes de Jenin, Tulkarm, Naplouse et dans les villages d’Urif, Kabatia et Jaba, a indiqué l’armée.

L’intervention de mercredi au Tombeau de Joseph était la première du genre depuis que l’ancien Premier ministre Ehud Barak a confié le contrôle du site en 2000 à la police palestinienne, qui s’était engagée à préserver l’intégrité du sanctuaire et à empêcher tout dégât.

En pénétrant sur le site vandalisé, les équipes ont constaté pour la première fois l’ampleur des dégâts causés par des nuits consécutives de vandalisme. Certaines parties du tombeau étaient carbonisées et la pierre tombale fortement endommagée.

En plus de restaurer les sections endommagées de la tombe, les équipes ont repeint les murs carbonisés du site, remplacé les fenêtres du complexe et installé de nouveaux systèmes de plomberie et d’électricité.

Yossi Dagan, chef du conseil régional de Samarie, qui a supervisé l’opération, a déclaré que l’armée israélienne devrait reprendre le contrôle du site pour le protéger.

« Nous sommes arrivés ici tôt ce matin et nous travaillons pour restaurer l’honneur de Joseph le Juste et du peuple d’Israël. Tsahal et les forces de sécurité israéliennes ont tout mon soutien et ma reconnaissance… Nous sommes ici pour restaurer le site et nous promettons que nous ne partirons jamais ni ne nous disperserons. Je demande au gouvernement de rétablir la présence militaire sur le site », a-t-il déclaré.

Le vandalisme sur la tombe survient dans un contexte de tensions accrues à l’intérieur et à l’extérieur de la Ligne verte ces dernières semaines.

Dans la nuit de samedi à dimanche, une centaine de Palestiniens ont fait irruption sur le site, provoquant des émeutes. Ils ont mis le feu et ont brisé des objets à l’intérieur du sanctuaire avant d’être dispersés par les forces de sécurité palestiniennes et l’armée israélienne, a indiqué cette dernière.

Le lendemain, des Palestiniens sont à nouveau entrés dans le site, causant davantage de dégâts.

Deux Juifs israéliens ont été blessés par balle alors qu’ils tentaient d’atteindre le tombeau sans s’être préalablement coordonnés avec l’armée.

Les pèlerins juifs ne sont généralement autorisés à se rendre au tombeau qu’une fois par mois, sous haute surveillance. Lors de ces visites, les Palestiniens jettent régulièrement des pierres sur les troupes, et les attaquent parfois avec des cocktails Molotov et des coups de feu.

Des Palestiniens brûlant des pneus en bloquant les rues menant au tombeau de Joseph, près du camp de réfugiés de Balata, dans la ville de Naplouse, en Cisjordanie, le 11 avril 2022. (Crédit : Nasser Ishtayeh/Flash90)

La zone a été le théâtre de récents affrontements entre des hommes armés palestiniens et des soldats de Tsahal, qui ont pénétré dans le camp de réfugiés de Balata, situé à proximité, dans le cadre d’opérations antiterroristes menées à la suite de plusieurs attaques terroristes meurtrières.

Le Premier ministre Naftali Bennett a été le premier à condamner dimanche le vandalisme du tombeau de Joseph, se disant consterné par les dégâts.

 » Nous ne tolérerons pas de telles attaques sur un lieu qui nous est sacré – à la veille de Pessah – et nous nous attaquerons aux émeutiers », a-t-il déclaré. « Et bien sûr, nous ferons en sorte de reconstruire ce qu’ils ont détruit, comme nous le faisons toujours ».

Le ministre de la Défense, Benny Gantz, a déclaré que le vandalisme était un « événement grave », et a dit qu’il avait envoyé un « message fort » à l’Autorité palestinienne au sujet de l’attaque du sanctuaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...