Un complément alimentaire permettrait de réduire le dosage du Prozac – étude
Rechercher

Un complément alimentaire permettrait de réduire le dosage du Prozac – étude

La substance d'origine végétale, associée au médicament, réduit la dose nécessaire pour apaiser des souris ; les chercheurs espèrent transposer ces résultats à l'homme

Image d'illustration : un flacon de Prozac (Crédit : AP Photo/Darron Cummings, File)
Image d'illustration : un flacon de Prozac (Crédit : AP Photo/Darron Cummings, File)

Des scientifiques israéliens affirment avoir trouvé un moyen de réduire le dosage de l’antidépresseur fluoxétine – largement vendu sous le nom de Prozac – chez l’homme, ce qui pourrait réduire les effets secondaires indésirables.

L’équipe du département des sciences biomoléculaires de l’Institut Weizmann des sciences a découvert que le bêta-sitostérol, une substance d’origine végétale vendue comme complément alimentaire et largement utilisée par les personnes qui tentent de faire baisser leur taux de cholestérol, réduisait les niveaux d’anxiété chez les souris. Cette substance est naturellement présente dans les avocats, les pistaches, les amandes et d’autres fruits à coque, mais en quantités bien inférieures à celles qui ont eu un effet sur les souris.

Dans l’étude, l’équipe a constaté que les souris ayant reçu du bêta-sitostérol étaient moins anxieuses que les autres. Par exemple, elles n’étaient pas nerveuses lorsqu’elles se rendaient au centre d’un enclos très éclairé, alors que d’autres souris qui n’avaient pas reçu de bêta-sitostérol prenaient soin de rester dans la zone périphérique plus sombre, évitant ainsi le stress de la lumière vive. Elles se déplaçaient également plus calmement dans un labyrinthe.

Lorsque le supplément était administré en même temps que la fluoxétine, les deux substances réduisaient l’anxiété des souris avec des doses plus faibles par rapport aux quantités nécessaires pour produire le même effet lorsqu’elles étaient administrées séparément.

« Cette recherche est porteuse d’espoir car lorsqu’un traitement réduit les niveaux d’anxiété chez les souris, cela représente pour les scientifiques un candidat pour le traitement des effets du stress et de la dépression chez l’homme », a déclaré le Dr Nicolas Panayotis, l’un des auteurs, au Times of Israël.

Panayotis et son équipe ont publié leurs résultats mardi dans la revue à comité de lecture Cell Reports Medicine. Ils espèrent maintenant faire passer leurs recherches de la souris à l’homme et voir si le bêta-sitostérol peut être utilisé pour traiter la dépression.

Les recherches de Panayotis indiquent que le bêta-sitostérol pourrait être utile en tant que traitement autonome. Mais lorsqu’il est administré en même temps que la fluoxétine, il permet de réduire la dose de médicament nécessaire pour réduire l’anxiété chez les souris. Et étant donné que des doses plus faibles entraînent moins d’effets secondaires, qui peuvent inclure un impact sur l’état d’esprit ainsi que des nausées, de la somnolence et des vertiges, si ces résultats sont transposés à l’homme, ils pourraient aider de nombreuses personnes.

Le bêta-sitostérol n’est pas connu pour avoir des effets secondaires majeurs.

« L’un des grands problèmes du Prozac, ce sont les effets secondaires, qui peuvent inclure le fait que les gens se sentent très inhibés, donc tout progrès qui peut réduire les effets secondaires est important », a déclaré Panayotis. « Nous sommes optimistes et pensons que nos recherches pourraient permettre à ce complément, qui a déjà un profil de sécurité très élevé car il est largement utilisé, de réduire les doses et donc les effets secondaires. »

Cette option est intéressante car elle pourrait permettre aux médecins de s’appuyer sur les vertus éprouvées du Prozac tout en réglant le problème des effets secondaires, selon Panayotis.

Illustration : une personne dépressive. (Crédit : bodnarchuk/iStock by Getty Images)

Au vu de ces résultats, son équipe espère passer à des essais sur l’homme pour évaluer les avantages potentiels de l’administration de bêta-sitostérol aux humains, ou d’une combinaison de bêta-sitostérol et de Prozac.

Panayotis a déclaré que « la prochaine étape de la recherche est d’essayer de valider chez l’homme nos résultats qui, jusqu’à présent, n’ont été observés que chez la souris. Comme le supplément est déjà approuvé pour les humains, nous pouvons avancer rapidement. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...