Israël en guerre - Jour 149

Rechercher

Un conseiller de Trump soutient Netanyahu sur le « nettoyage ethnique »

David Friedman a ajouté qu'Hillary Clinton, avait fait l"apologie de l'Iran" en défendant l'accord nucléaire

David Friedman, conseiller de Donald Trump, sur la Deuxième chaîne israélienne, le 22 juin 2016. (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne)
David Friedman, conseiller de Donald Trump, sur la Deuxième chaîne israélienne, le 22 juin 2016. (Crédit : capture d'écran Deuxième chaîne)

Un conseiller de Donald Trump et sa campagne présidentielle ont soutenu le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dans sa déclaration sur les exigences palestiniennes – de déloger les implantations – qui seraient équivalentes à un nettoyage ethnique.

« Le Premier ministre israélien a fait très justement remarquer que l’exigence des Palestiniens, à savoir, déplacer les populations juives de la terre de leur ancêtres de Judée et de Samarie n’est rien d’autre que du nettoyage ethnique », a déclaré David Friedman à Haaretz. Friedman est depuis longtemps l’avocat du candidat républicain et est son conseiller de campagne sur Israël.

La Judée et la Samarie sont les dénominations bibliques de la région de Cisjordanie.

« Le département d’État devrait avoir honte de sa réaction face aux propos de M. Netanyahu », a déclaré Friedman au quotidien israélien.

Le candidat républicain à la présidentielle, Donald Trump, pendant un meeting de campagne à North Charleston, en Caroline du Sud, le 19 février 2016. (Crédit : AFP/Jim Watson)
Le candidat républicain à la présidentielle, Donald Trump, pendant un meeting de campagne à North Charleston, en Caroline du Sud, le 19 février 2016. (Crédit : AFP/Jim Watson)

L’administration Obama a qualifié les propos de Netanyahu de « déplacés » quand ce dernier a affirmé que l’opposition aux implantations revient à prôner une purification ethnique.

« Nous estimons que le recours à cette terminologie est déplacé et inutile », avait déclaré Elizabeth Trudeau, la porte-parole du département d’État.

Dans la vidéo postée la semaine dernière sur Facebook, Netanyahu assimile les résidents des implantations à des Arabes nés en Israël.

D’autre part, Friedman a concédé à la télévision israélienne que la déclaration de Donald Trump la semaine dernière selon laquelle à moins qu’il ne soit élu président, l’accord sur le nucléaire iranien causerait la destruction d’Israël était « légèrement exagérée ».

Mais, selon Friedman, Trump « a mis le doigt sur quelque chose », étant donné qu’il y a des différences « flagrantes, dramatiques, et potentiellement existentielles » entre Trump et sa rivale démocrate Hillary Clinton.

« Mme Clinton a montré qu’elle pouvait faire l’apologie de l’Iran. Mais l’Iran est un pays très dangereux. Nous devons élire un président qui protègera Israël méticuleusement. »

La nominée démocrate à la présidentielle, Hillary Clinton, s'adresse aux délégués pendant le quatrième et dernier soir de la Convention démocrate nationale, à Philadelphie, en Pennsylvanie, le 28 juillet 2016. (Crédit : AFP/Saul Loeb)
La nominée démocrate à la présidentielle, Hillary Clinton, s’adresse aux délégués pendant le quatrième et dernier soir de la Convention démocrate nationale, à Philadelphie, en Pennsylvanie, le 28 juillet 2016. (Crédit : AFP/Saul Loeb)

Il y a une semaine, le candidat républicain avait déclaré aux syndicalistes à Cleveland que les sanctions levées l’année dernières pour le démantèlement nucléaire allaient « détruire Israël, à moins que je ne sois élu », avait rapporté le Colombus Dispatch. « Ensuite, Israël ira très bien. »

Dans une interview accordée à la Deuxième chaîne jeudi dernier, Clinton a accusé Trump d’être « désinformé au sujet d’Israël. Il a peut-être des gens qui lui disent dans l’oreillette ‘dis ça, ça deviendra peut-être populaire chez certains.’ Il n’a aucune base, aucun sentiment. »

Clinton a dit que la seule expérience qu’avait Trump d’Israël était d’avoir « défilé sur la Cinquième Avenue pendant la parade d’Israël Day. » Elle a ajouté que « sa perception des dangers de la région devrait inquiéter chaque Israélien, indépendamment de sa position politique. »

En réponse aux propos de Clinton, Friedman a déclaré sur la même chaîne que la politique républicaine à propos d’Israël était détaillée et constituait la « plateforme la plus pro-israélienne que les deux pays n’aient jamais connue. »

« Il n’y a rien d’ambigu à propos du soutien que porte M. Trump à Israël », a-t-il déclaré.

Friedman a estimé que Clinton avait échoué à préciser comment elle se différencierait de la présidence Obama.

Pendant les quatre années durant lesquelles elle a rempli la fonction de secrétaire d’État, elle a « fait des choses sans précédent qui ont détérioré les relations entre Israël et les États-Unis », a-t-il déclaré. Il faisait par exemple référence à la demande unilatérale du gel des constructions dans les implantations sans concessions de la part des Palestiniens.

Il a déclaré qu’il était « intellectuellement insultant de sa part de faire abstraction de ces points cruciaux. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.