Un demi-million d’Israéliens sur le point de perdre leurs allocations chômage
Rechercher

Un demi-million d’Israéliens sur le point de perdre leurs allocations chômage

Le ministre des Affaires sociales appelle au prolongement de la période de versement, sous peine de laisser des centaines de milliers de personnes sans travail et sans aucun revenu

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Le ministre du Travail et des Affaires sociales Itzik Shmuli pendant une cérémonie au ministère, à Jérusalem, le 18 mai 2020 (Crédit : Shlomi Cohen/Flash90)
Le ministre du Travail et des Affaires sociales Itzik Shmuli pendant une cérémonie au ministère, à Jérusalem, le 18 mai 2020 (Crédit : Shlomi Cohen/Flash90)

Un demi-million d’Israéliens sans emploi se retrouveront sans allocations chômage d’ici la fin juillet, les laissant sans source de revenus, a prévenu lundi le ministre du Travail et des Affaires sociales, Itzik Shmuli.

« C’est une bombe à retardement », a-t-il averti lors d’un point de presse en compagnie du directeur général de l’Institut national d’assurance, Meir Spiegler.

M. Shmuli a exhorté le ministère des Finances à prolonger la période de droit aux allocations chômage pour aider ceux qui ont perdu leur emploi en raison de l’épidémie de coronavirus.

Bien que le ministère ait déjà accordé des prolongations pour ces allocations, il a annoncé au début du mois qu’il ne poursuivrait pas cette pratique en juin. Les allocations spéciales versées en mars, avril et mai aux chômeurs ayant dépassé l’âge de 67 ans ne seront plus accordées non plus.

Selon une analyse de l’Institut national d’assurance, d’ici le début du mois d’août, 469 314 personnes ne pourront plus prétendre à ces allocations et « deviendront de nouveaux pauvres », a prévenu Itzik Shmuli. Parmi ces personnes, 70 % sont âgées de 27 ans ou moins, a-t-il souligné.

Les droits au chômage durent généralement de 50 à 175 jours, en fonction de la durée pendant laquelle le demandeur a travaillé avant de perdre son emploi.

M. Shmuli a déclaré il y a deux semaines qu’il avait demandé une réunion du cabinet pour discuter de l’impact social et économique du coronavirus, mais qu’elle n’avait pas encore été convoquée. Il s’est plaint que le « cabinet Corona », le groupe de ministres chargé de traiter l’épidémie, passe la plupart de ses réunions à discuter de la levée ou de l’imposition de mesures de confinement.

« Il y a ceux qui pensent que l’économie s’en sortira toute seule », a-t-il indiqué.

Un embargo imposé à la mi-mars pour freiner la propagation du coronavirus a conduit l’économie à un arrêt quasi-total et en avril, plus d’un million d’Israéliens avaient perdu leur emploi ou avaient été mis en congé sans solde. Le taux de chômage est passé d’environ 4 % avant les restrictions à plus de 24 %.

En raison de la crise provoquée par le coronavirus, le ministère des Finances avait accepté de prolonger les allocations de chômage pendant la période de confinement. Bien que le marché du travail se soit quelque peu rétabli grâce à l’assouplissement des restrictions ces dernières semaines, plus d’un million d’Israéliens sont toujours sans emploi.

Plutôt que de continuer à prolonger le versement des allocations, le ministère des Finances a cherché à verser des subventions aux employeurs qui réembauchent les personnes qu’elles avaient mises en congé sans solde.

A LIRE : Les subventions à l’emploi excluent les entreprises qui n’ont pas licencié…

La levée de la quarantaine a entraîné une augmentation du nombre de nouveaux cas de coronavirus.

Les ministres chargés de diriger la lutte du gouvernement contre l’épidémie ont voté lundi pour demander au système de santé de préparer les hôpitaux du pays à recevoir 2 000 patients supplémentaires contaminés par le coronavirus et nécessitant une assistance respiratoire.

Les ministres ont également décidé d’augmenter l’amende pour défaut de port de masque en public, de 200 shekels (51 euros) à 500 shekels (130 euros).

Ces mesures ont été prises alors que le ministère de la Santé a fait état de 183 nouveaux cas d’infections au cours des 24 heures précédentes, soit un total de 20 869 cas. Un nouveau décès a fait porter le bilan à 307.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...