Rechercher

Un don de 40 M NIS pour le Centre national de recherche sur l’autisme en Israël

L'argent permettra d'accélérer considérablement le projet visant à améliorer le diagnostic et le traitement à partir d'une vaste base de données d'enfants israéliens atteints d'autisme

Une thérapeute avec des affiches d'icônes rouges et bleues enseigne à un enfant autiste. (Crédit : Katarzyna Bialasiewicz via iStock by Getty Images)
Une thérapeute avec des affiches d'icônes rouges et bleues enseigne à un enfant autiste. (Crédit : Katarzyna Bialasiewicz via iStock by Getty Images)

Une recherche israélienne ambitieuse qui devrait permettre d’améliorer le diagnostic et le traitement de l’autisme a reçu un investissement massif de 40 millions de shekels pour accélérer le projet.

La Fondation canadienne-israélienne Azrieli a fait ce don, le plus important jamais fait pour un projet d’infrastructure sur l’autisme en Israël, au Centre national de recherche sur l’autisme d’Israël.

Ce centre est le fruit d’une collaboration entre des scientifiques de l’université Ben-Gurion du Néguev et des cliniciens de l’hôpital universitaire Soroka, tous deux situés à Beer Sheva.

Cet investissement renforcera l’importance d’Israël dans la recherche sur l’autisme au niveau international, car une masse d’études importantes sera générée, a déclaré le directeur du centre, le professeur Ilan Dinstein.

« Notre centre est extrêmement unique d’un point de vue international », a-t-il déclaré au Times of Israel. « Très peu de pays dans le monde disposent de ce type d’infrastructure de recherche avec sa capacité unique à suivre les enfants de manière longitudinale et à déterminer qui s’améliore et qui ne s’améliore pas.

« Nous espérons que nos études auront un impact sur la politique de santé en Israël et dans le monde entier ».

Le centre a été rebaptisé Centre national Azrieli pour la recherche sur l’autisme et le neuro-développement en reconnaissance du don et pour souligner le fait que ses travaux ne se limitent pas à l’autisme mais portent également sur d’autres troubles du développement neurologique.

Son projet phare est une base de données qui contient une masse d’informations – fournies avec le consentement des parents – sur les difficultés et les progrès des enfants autistes israéliens. Ces informations sont destinées à aider les experts à mieux comprendre les meilleures pratiques en matière de diagnostic et de traitement.

Une fillette tient un ruban pour sensibiliser à l’autisme (Crédit : iStock)

Il dispose actuellement d’informations sur 1 200 enfants sur les quelque 20 000 enfants autistes que compte le pays. Grâce au nouveau financement, il devrait atteindre environ 6 000 enfants, ce qui est suffisant pour générer des recherches ayant une base très solide et un fort impact international, a déclaré M. Dinstein.

« Notre vision est d’améliorer le diagnostic et le traitement, et avoir une grande cohorte de personnes contribuant à de nombreux types de données est très précieux pour cela », a déclaré Dinstein.

« Les recherches antérieures sur différents aspects de l’autisme ont souvent utilisé des données provenant de différents échantillons, ce qui rend difficile la connexion des résultats entre les études. Par exemple, il est difficile de savoir si les résultats génétiques d’une étude sont liés aux résultats comportementaux d’une autre étude.

« Pour relier les points, nous recueillons toute une série de données sur les mêmes enfants : de la génétique aux données de la biobanque en passant par le comportement et les enregistrements vidéo et audio. Cela augmente considérablement la valeur des données et permet aux généticiens et aux psychologues de travailler ensemble et de voir comment leurs résultats sont liés. »

Le bâtiment devant abriter le centre national Azrieli pour la recherche sur l’autisme et le neurodéveloppement (Crédit : avec l’aimable autorisation de l’université Ben Gurion).

L’une des conclusions de la base de données actuelle a été l’importance du diagnostic précoce.

« Nous avons montré dans les études de ces dernières années que le diagnostic précoce est important pour obtenir les meilleurs résultats et nous avons constaté que les enfants diagnostiqués avant l’âge de deux ans et demi ont trois fois plus de chances de voir leur état s’améliorer dans les systèmes de base de l’autisme en l’espace d’un an ou deux, c’est un exemple clair de la façon dont ce type de recherche peut avoir un impact sur la politique », a déclaré Dinstein.

Il a ajouté que la recherche a démontré que l’autisme est en fait une famille de troubles multiples, avec une variété de symptômes qui sont causés par différentes raisons.

« Le grand défi est de déterminer combien de types d’autisme il y a, comment les identifier le plus tôt possible et, surtout, quelles sont les interventions qui fonctionnent le mieux pour chaque type », a déclaré M. Dinstein. « Pour ce faire, les scientifiques doivent s’associer à des cliniciens et étudier un grand nombre d’enfants autistes sur de longues périodes. »

« Afin de prendre des décisions éclairées en matière de politique de santé pour l’autisme, vous devez savoir ce qui fonctionne pour quels enfants et nous serons en mesure de fournir des données et des analyses pour ces décisions qui n’existent pas aujourd’hui. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...