Un enfant de 11 ans grièvement blessé dans le drame de Meron sort de l’hôpital
Rechercher

Un enfant de 11 ans grièvement blessé dans le drame de Meron sort de l’hôpital

Le garçon de 11 ans, hospitalisé à l'hôpital Rambam de Haïfa, s'est réveillé et son état s'est rapidement amélioré

Des Juifs ultra-orthodoxes se rassemblent sur la tombe de Rabbi Shimon Bar Yochai au mont Meron, dans le nord d'Israël, le 29 avril 2021, alors qu'ils célèbrent la fête juive de Lag BaOmer. (JALAA MAREY / AFP)
Des Juifs ultra-orthodoxes se rassemblent sur la tombe de Rabbi Shimon Bar Yochai au mont Meron, dans le nord d'Israël, le 29 avril 2021, alors qu'ils célèbrent la fête juive de Lag BaOmer. (JALAA MAREY / AFP)

Un garçon de 11 ans, grièvement blessé lors de la bousculade de Meron vendredi, a pu quitter le centre médical Rambam de Haïfa.

Le garçon, qui était inconscient et placé sous respirateur immédiatement après la catastrophe, s’est réveillé et son état s’est rapidement amélioré, selon les informations recueillies.

Seize enfants et adolescents sont mors dans le mouvement de foule.

Lundi, un étudiant de yeshiva (école talmudique) de 21 ans, originaire d’Argentine, a été enterré à Jérusalem en présence de plusieurs centaines de personnes et du ministre de l’Intérieur Aryeh Deri, ont rapporté des médias israéliens. Aryeh Deri s’était vanté à la station de radio haredi Kol Hai d’avoir réussi à empêcher les fonctionnaires du ministère de la Santé de limiter le nombre de participants par crainte du coronavirus. Deri a déploré que l’échelon professionnel du ministère n’ait pas compris que les participants seraient protégés par l’influence spirituelle de Rabbi Shimon Bar Yochaï, le sage du deuxième siècle commémoré lors des festivités de Meron.

« Les agents du gouvernement ne comprennent pas », a-t-il dit. « C’est un jour saint, et le plus grand rassemblement de Juifs [chaque année]. » Les mauvaises choses, a-t-il suggéré, n’arrivent pas aux Juifs en pèlerinage religieux : « On devrait faire confiance à Rabbi Shimon dans les moments de détresse. »

Alors même qu’il se vantait de son pouvoir politique et de celui de la communauté haredi, il a ensuite déployé, instinctivement, la rhétorique de la victimisation. Il a exhorté ses auditeurs à « prier pour le monde de la Torah et pour le judaïsme, qui sont en danger. Ils sont en grand danger ».

Les funérailles des victimes avaient commencé dès vendredi, quelques heures après le drame. Elles s’étaient interrompues pendant le shabbat, jour de repos, et avaient repris samedi soir.

Parmi les morts, dont l’identification s’est achevée dimanche, figurent notamment six Américains, deux Canadiens et au moins deux Franco-Israéliens.

Le contrôleur de l’Etat israélien a annoncé lundi l’ouverture d’une enquête sur la bousculade ayant fait 45 morts la semaine dernière lors d’un pèlerinage auquel participaient des milliers de juifs orthodoxes, tandis que les dernières funérailles s’achevaient en matinée.

Le drame survenu très tôt vendredi « aurait pu être évité et nous avons maintenant le devoir de déterminer comment », a affirmé Matanyahu Englman lors d’une conférence de presse, annonçant l’ouverture d’une « enquête spéciale ».

Chargé de superviser le fonctionnement des institutions publiques, le bureau du contrôleur d’Etat avait à deux reprises, en 2008 et 2011, mis en garde sur les déficiences de l’équipement du site au mont Meron (nord d’Israël) qui a accueilli jeudi plusieurs dizaines de milliers de juifs orthodoxes dans le cadre de la fête juive de Lag Baomer.

« Si cela avait été corrigé, la catastrophe aurait peut-être pu être évitée », a estimé M. Englman.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...