Israël en guerre - Jour 200

Rechercher

Un général controversé une nouvelle fois écarté des nouvelles promotions de l’armée

Ofer Winter devrait démissionner suite à l'annonce du remaniement de l'état-major général, le chef du Commandement du Sud prenant en charge les affaires iraniennes

Emanuel Fabian est le correspondant militaire du Times of Israël.

Le général de brigade Ofer Winter assistant à une réunion de la commission des Affaires étrangères et de la Défense, à la Knesset, le 22 octobre 2018. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Le général de brigade Ofer Winter assistant à une réunion de la commission des Affaires étrangères et de la Défense, à la Knesset, le 22 octobre 2018. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Tsahal a annoncé mercredi une série de nominations au sein de l’état-major général, un forum de hauts commandants responsables des différentes branches et départements de l’armée.

Une nouvelle fois, le général de brigade Ofer Winter, n’a pas été promu et devrait prendre sa retraite de l’armée israélienne.

Ofer Winter a fait l’objet de nombreuses critiques lors de la guerre de Gaza de 2014, en raison des commentaires qu’il avait faits à l’époque et qui présentaient l’opération comme un combat religieux, pour la transmission présumée d’informations à des hommes politiques sans l’approbation requise et de ses actions lors de la bataille très controversée du « vendredi noir » à Rafah.

Depuis la guerre, connue en Israël sous le nom d’Opération Bordure protectrice, la carrière de Winter a quelque peu stagné, bien qu’il ait auparavant fait preuve d’un grand potentiel d’avancement dans les échelons supérieurs de l’armée israélienne.

Winter a été promu de colonel à général de brigade en 2015 et a été nommé chef d’état-major du Commandement du Centre. En 2017, il a été nommé secrétaire militaire du ministre de la Défense de l’époque, Avigdor Liberman, et ce n’est qu’en 2019 qu’il s’est vu confier le commandement d’une division. Winter a dirigé la 98e division du Commandement du Centre jusqu’en septembre 2022 et n’a plus joué aucun rôle depuis.

Selon le parcours normal de promotion de l’armée, Winter aurait été en bonne voie pour prendre le commandement d’une division en 2018, mais il n’avait pas été promu par Gadi Eisenkot, alors chef d’état-major de Tsahal.

Le commandant de brigade Givati Ofer Winter au centre, avec le chef d’état-major Benny Gantz et le général de division Sami Turjeman, pendant l’Opération Bordure protectrice, le 2 août 2014.. (Crédit : Armée israélienne)

Winter est souvent présenté comme un merveilleux exemple de la communauté nationaliste religieuse. Les militants de droite ont demandé à maintes reprises qu’il soit promu dans l’armée et ont exprimé leur indignation mercredi à la suite de l’annonce des dernières promotions qui n’incluaient pas Winter.

Le général Winter était l’un des 14 généraux de brigade susceptibles d’être promus au grade de général de division lors du remaniement actuel de l’état-major de Tsahal.

Le général de division Eliezer Toledano sur une photo officielle non datée. (Crédit : Armée israélienne)

Selon le site d’information Ynet, on s’attendait à ce que Winter prenne sa retraite de l’armée suite à la décision de ne pas le promouvoir.

Tsahal a publié mercredi la liste des dernières nominations du chef d’état-major, le lieutenant-général Herzi Halevi, qui ont été approuvées par le ministre de la Défense Yoav Gallant.

Le général de division Eliezer Toledano, qui dirige actuellement le Commandement du Sud, a été nommé officier responsable des Affaires iraniennes et de la Division de la Planification stratégique.

Le général de brigade Yaron Finkelman remplacera Toledano à la tête du Commandement du Sud et sera promu général de division dans les mois à venir.

Le général de brigade Nimrod Aloni sera nommé à la tête du Corps de la Défense et des Collèges militaires ; le général de brigade David Zini sera nommé à la tête du Commandement de la Formation et du Corps de l’État-major général ; et le contre-amiral Eyal Harel sera nommé à la tête du Directorat de la Planification.

Tous trois seront également promus au grade de général de division dans les mois à venir.

Le ministre de la Défense Yoav Gallant, à droite, s’entretenant avec le chef d’état-major de Tsahal Herzi Halevi, à gauche, à la frontière libanaise, le 16 mars 2023. (Credit : David Cohen/Flash90)

Le général Winter a été critiqué pendant l’Opération Bordure protectrice, alors qu’il était commandant de la brigade Givati, pour une lettre adressée à ses officiers subalternes dans laquelle il décrivait l’opération comme une guerre religieuse contre un ennemi « blasphématoire ».

Dans des interviews accordées aux médias, l’officier avait également décrit ses troupes comme étant protégées au combat par des « nuées de gloire », ce qui a fait craindre aux défenseurs de la liberté religieuse que Winter ne théocratise l’armée.

L’ancien commandant de la brigade Givati a également été accusé par la suite de transmettre des informations sensibles sur l’effort de guerre au ministre de l’Économie de l’époque, Naftali Bennett, en contournant la chaîne de commandement habituelle.

Il a commandé les forces lors de la sanglante bataille du « vendredi noir » dans la ville de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 1er août 2014. Les combats qui s’y sont déroulés ont été au cœur d’un rapport des Nations unies sur la guerre, avec des accusations de crimes de guerre. Dans sa propre enquête, l’armée israélienne a identifié des défaillances dans la manière dont la bataille a été menée, mais pas d’actes criminels.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.