Un groupe pro-israélien autrefois “combatif” rejoint Hillel International
Rechercher

Un groupe pro-israélien autrefois “combatif” rejoint Hillel International

Le dirigeant de David Project indique que la fusion permettra de se concentrer davantage sur l'impact du dialogue pro-israélien dans les universités

Phillip Brodsky, directeur exécutif du groupe David Project. (Autorisation)
Phillip Brodsky, directeur exécutif du groupe David Project. (Autorisation)

L’organisation pro-israélienne David Project, ancien groupe de défense « combatif » qui s’était métamorphosé en un programme d’éducation plus traditionnel pour les militants des campus universitaires, va rejoindre Hillel International, ont annoncé les deux associations.

David Project s’intégrera dans le département d’éducation et d’engagement pro-israélien d’Hillel, appelé Hinenu. Hillel et le David Project travaillent en partenariat depuis cinq ans.

« Hillel attache une grande valeur à l’approche du David Project visant à construire des relations fortes sur les campus avec une large gamme d’étudiants, pour renforcer la communauté pro-israélienne », a déclaré le directeur général de Hillel, Eric Fingerhut, dans un communiqué. « Ce travail vient compléter la vision d’Hillel, qui veut élargir les réseaux de soutien à Israël sur les campus. »

Au cours de la dernière année universitaire, le David Project a atteint 10 000 étudiants juifs ou non sur 45 campus américains, cultivant l’appui apporté par les dirigeants et les organisations universitaires à Hillel et à la communauté pro-israélienne, a dit Hillel en annonçant cette collaboration.

Le David Project continuera à être mené par ses employés actuels sous l’orientation d’un comité consultatif qui sera créé avec Hillel.

Il forme les militants à éduquer les étudiants sur les campus à travers des entretiens individuels et des programmes de groupe.

Le David Project a été lancé en 2002 pour s’attaquer à ce que le groupe avait identifié comme des influences radicalement anti-israéliennes et pro-islamistes sur les campus universitaires. Le groupe avait produit un film controversé affirmant l’existence d’une partialité anti-israélienne à l’université de Columbia et son fondateur, Charles Jacobs, s’était publiquement opposé à la construction d’une mosquée à Boston.

En 2015, il avait modéré son approche sous le direction de David Bernstein, qui est dorénavant à la tête du Conseil juif des affaires publiques. Dans un document annonçant la fusion avec Hillel, le directeur exécutif actuel, Phillip Brodsky, a décrit ce changement.

« Notre approche combative n’a pas atteint son objectif plus vaste de débarrasser les campus universitaires du sentiment anti-israélien. Nous avons donc décidé de changer », a écrit Brodsky.

« Au cours des deux dernières années, notre personnel, notre conseil d’administration, nos donateurs et nos étudiants ont focalisé les activités du groupe David Project autour de deux principes essentiels, qui continuent à modeler notre travail aujourd’hui. Le premier était de concentrer nos efforts sur l’influence du discours israélien sur les campus des universités, et le second était de modifier notre modèle de sensibilisation pour épouser la construction relationnelle en tant que stratégie clé d’organisation. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...