Israël en guerre - Jour 236

Rechercher
Interview

Un groupe recueille les témoignages de survivants du 7 octobre pour contrer le négationnisme

Les objectifs d’Edut 710, composé de cinéastes, d’universitaires et de professionnels de la santé mentale, sont d'aider les victimes et de documenter les atrocités du Hamas

Adele Raemer du kibboutz Nirim s'entretient avec Talya Avishai dans le cadre du projet Edut 710. (Crédit : Edut 710)
Adele Raemer du kibboutz Nirim s'entretient avec Talya Avishai dans le cadre du projet Edut 710. (Crédit : Edut 710)

Le matin du 7 octobre, Sharon Weisberger regardait le lever du soleil au festival Supernova. Elle venait d’avoir une conversation avec un photographe sur la musique et l’amour, et sur le fait « qu’on ne vit qu’une fois, et qu’il faut aller jusqu’au bout de ses rêves ».

Quand tout a basculé avec l’attaque sauvage lancée par le groupe terroriste palestinien du Hamas sur le festival, où ses membres ont assassiné 364 personnes lors de la rave et en ont kidnappé 40 autres, dont certaines sont toujours retenues en otage à Gaza. L’attaque du festival faisait partie du vaste assaut du Hamas au cours duquel des milliers de terroristes ont déferlé sur Israël depuis la bande de Gaza par voie terrestre, aérienne et maritime, pour y massacrer près de 1 200 personnes, des civils pour la plupart, et en enlever 253 autres qu’ils ont emmenés dans la bande de Gaza.

Weisberger a réussi à s’échapper, mais elle a perdu son « feu » intérieur et ne sait plus s’il existe encore une place dans ce monde pour les choses qu’elle aimait autrefois.

Weisberger est l’une des 700 survivants des massacres du 7 octobre qui ont accepté de témoigner par vidéo pour Edut 710, la plus grande organisation de base de documentaristes israéliens, d’universitaires et de professionnels de la santé mentale qui ont entrepris de filmer des témoignages dans les jours qui ont suivi les atrocités du 7 octobre. Le nom du groupe est tiré du mot hébreu signifiant « témoignage » et de la date du massacre.

« Nous avons très vite réalisé la nécessité de recueillir les témoignages des personnes qui se trouvaient dans la ligne de mire », a expliqué Sagi Aloni, cofondateur d’Edut 710. Le groupe compte environ 400 bénévoles impliqués dans le projet. Chaque témoin raconte son histoire de manière authentique, avec ses mots, ajoutant au flot collectif de traumatismes, de peurs, d’incertitudes et de survie.

« Nous devons penser à l’avenir et à la façon dont les gens essaieront de trouver des preuves et de nier que l’événement a même eu lieu », a expliqué un autre fondateur, Itay Ken-Tor, réalisateur de documentaires et producteur du documentaire lauréat « A Film Unfinished », sur un film de propagande nazi tourné dans le ghetto de Varsovie.

« Parce que j’ai fait des recherches sur la Shoah et que j’ai recueilli de nombreuses preuves, je connais l’importance des témoignages de première main », a expliqué Ken-Tor. « Il est très important que la qualité de nos vidéos soit vraiment bonne afin qu’elles puissent être visionnées à l’avenir et être conservées pour les cent prochaines années. »

L’art d’écouter

L’éthique d’Edut 710 est guidée par les enseignements du Dr Dori Laub, un survivant de la Shoah qui a recueilli les témoignages d’autres survivants et enseigné l’art d’écouter les personnes ayant subi un traumatisme.

« Nous n’interrogeons pas les survivants », a expliqué Talya Avishai, l’une des fondatrices d’Edut 710, « nous les écoutons, nous les écoutons attentivement. Nous ne faisons rien d’autre. Nous sommes attentifs. Nous le faisons de manière éthique afin de ne pas blesser les personnes qui sont encore plongées dans leur traumatisme. »

Elia Ben Shmuel de Kerem Shalom témoigne pour le projet Edut 710. (Crédit : Edut 710)

Avishai, qui dit avoir écouté plus de 70 survivants, explique que les mots que les survivants essaient d’utiliser ne reflètent pas la profondeur de leur douleur.

« Nous ne pouvons pas utiliser des mots qui existent depuis si longtemps pour décrire quelque chose qui ne s’est jamais produit auparavant », a expliqué Avishai. Elle est attentive au ton, au langage corporel et aux regards des survivants, qui n’ont « rien à voir avec les mots ».

« Je regarde leurs yeux », dit-elle. « J’observe leur âme. »

« Ils racontent leur histoire comme une partie de l’histoire des Juifs », a ajouté Avishai. « Le fait que je m’asseye et que je les écoute est une victoire. C’est déchirant, mais c’est une fin heureuse parce qu’ils sont toujours en vie. »

Roni Levy de Talmei Eliyahu témoigne pour le projet Edut 710 en face de Talya Avishai. (Crédit : Edut 710)

Bat-El Segev, mère de six enfants, dont un bébé d’un mois, a survécu à l’assaut dans son appartement-jardin de Sderot. Elle s’est entretenue avec Avishai tandis que le vidéaste Kfir Amir la filmait quelques mois après le 7 octobre.

« Les jours où nous nous sentons comme des épaves, les gens du projet sont pour nous une ancre, une oreille attentive et un refuge contre la douleur », a expliqué Segev après l’entretien. « Le simple fait de parler, de raconter, d’écouter nous a redonné des forces et nous a permis de faire le premier pas vers le retour à la vie ».

Les vidéos montrent comment « les gens passent du statut de survivants à celui de témoins », a déclaré Ohad Ufaz, cinéaste et l’un des fondateurs d’Edut.

Le Dr Dori Laub dans un plan fixe des archives vidéo Fortunoff pour les témoignages sur la Shoah. (Crédit : CC BY-SA 3.0/ Fortunoff Video Archive for Holocaust Testimonies)

Ufaz a réalisé le film « The Listener » sur Shoah, qui « a permis à des survivants de la Shoah de livrer leur témoignage et de faire l’expérience d’être véritablement écoutés pour la première fois ».

« Nous avons un protocole à Edut, une méthode pour approcher les survivants », explique Ufaz.

« Le risque de déclencher un syndrome de stress post-traumatique [TSPT] est faible, mais présent, c’est pourquoi nous donnons aux survivants tout le temps dont ils ont besoin pour mener la discussion et témoigner de leur propre histoire. Nous sommes très sensibles. Nous ne les interrompons jamais.

Ufaz a déclaré que les vidéos permettaient également aux survivants de se présenter comme des « personnes ordinaires » décrivant leur vie et la semaine avant le 7 octobre.

Shirel Habaz de Kerem Shalom est photographié pour le projet Edut 710 (Crédit : Edut 710)

Le traumatisme émotionnel est comme une blessure, dit-il, et « une mémoire blessée est morcelée ». Dans la mesure du possible, l’objectif est d’aider les survivants à « reprendre le contrôle de leurs histoires et de leurs souvenirs ».

Être attentif et ne pas poser de questions

Edut 710 publie des témoignages d’une minute et de cinq minutes sur les réseaux sociaux et sur YouTube, ainsi que des témoignages complets sur son site web, afin de lutter contre le négationnisme des attaques du 7 octobre.

« Il n’y a rien de plus persuasif et convaincant que quelqu’un qui partage son expérience, avec des détails que personne ne pourrait inventer », explique Ufaz.

Gil Levin, un photographe impliqué dans le projet, a travaillé comme travailleur social auprès d’enfants négligés et maltraités. Il est bénévole à Edut, à la fois comme auditeur et comme photographe.

Adele Raemer du kibboutz Nirim s’entretient avec Talya Avishai dans le cadre du projet Edut 710. (Crédit : Edut 710)

« Nous avons appris à écouter et à ne pas poser de questions », a souligné Levin. « Nous ne forçons pas les gens à parler. Nous ne cherchons pas le ‘drame' ».

L’histoire de chacun fait partie de l’histoire globale, depuis les soldats et les secouristes jusqu’aux femmes qui se sont cachées avec leurs enfants dans des chambres sécurisées. L’histoire d’une femme qui « s’est accrochée à la porte d’une pièce sécurisée pour que les terroristes ne puissent pas l’ouvrir » a révélé son « ingéniosité et sa détermination à survivre ».

« Personne d’autre qu’eux ne peut parler de ces atrocités et les raconter », a déclaré Ufaz. Alon Davidi, le maire de Sderot, a apporté son témoignage « de citoyen » à Edut 710 et a exhorté les autres à faire de même.

« C’est très important, non seulement pour les générations futures, mais aussi pour nous-mêmes », a affirmé Davidi.

Renana Keydar, professeure adjointe de droit et d’humanités numériques à l’Université hébraïque, et Yael Netzer, scientifique en chef au Centre des humanités numériques de l’Université, se sont portées volontaires pour constituer une archive numérique des vidéos d’Edut 710 qui sera stockée à la Bibliothèque nationale d’Israël. Les témoignages utiliseront des modèles sophistiqués d’apprentissage automatique et d’intelligence artificielle (IA) pour perpétuer le projet au profit des futurs chercheurs.

Shirel Habaz de Kerem Shalom témoigne pour le projet Edut 710. (Crédit : Edut 710)

Keydar a précisé que près de 100 initiatives ont vu le jour à travers le pays pour documenter ce qui s’est passé le 7 octobre et après. Ayant grandi en Israël, elle a entendu de nombreux témoignages de première main. Chaque année, lors de Yom HaShoah (la journée nationale israélienne de commémoration de la Shoah), « il y avait toujours quelqu’un qui venait vous raconter son histoire ».

Les personnes qui l’écoutaient participaient ainsi à la transmission du fardeau de l’histoire.

Cela a-t-il un rapport avec le rôle de la mémoire chez les Juifs dans leur tradition et leur histoire ?

Dans une interview accordée au Times of Israel, le fondateur d’Edut 710, Aloni, a répondu par l’affirmative. Même après le pogrom de Kishinev en 1903, raconte Aloni, il y avait un chercheur qui recueillait des témoignages.

Il a eu un petit rire triste et a ajouté : « Je suppose que nous sommes des experts en matière de deuil ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.